Page tendre

Il y a de cela quelques heures …la tendresse et le rire ont envahi notre demeure tel un splendide éclair
!
Sous les cris empressés de Lola, je franchis le seuil de notre maison côté pigeonnier, et je vis, blotti
sous les amas de feuilles laissés par notre tilleul …
                        
ce ravissant spectacle !
  
 

il nous observa sans la moindre crainte

Il était l’heure du repas et, attablées dans une pièce voisine, nous travaillions Lola et moi sur une
longue rédaction à présenter en devoir sous forme de « petit livre »
  , pendant que, cahin caha, nos
aliments mijotaient

sur le feu !

Patrick, devant s’absenter pour une course, nous lança d’un air empli de suspicion « N’oubliez pas la casserole
d’eau sur le feu, les filles » (celle qui enfermait les futurs « oeufs mimosas » et qui ont d’ailleurs bien vu le jour dans nos assiettes !).
Il est reparti, nous avoua-t-il par la suite, persuadé qu’il se passerait quelque chose d’étrange… connaitrait-il
à ce point ses 2 imparables « étourdies » ?
    pourtant nous n’avons pas oublié de retirer la casserole, je vous assure !
 
Petit indice : Non ! il ne s’agit malheureusement pas d’une bonne confiture de gelée cuite au feu de bois, sur les
photos qui vont suivre …(!)
 
 

mais d’une poêle sur laquelle j’avais placé une cloche afin d’éviter aux chats de s’emparer de notre nourriture
avant que nous ayions eu le bonheur d’y goûter et …que j’ai oublié d’ôter pour la cuisson !
Ce qui eut au moins le mérite de déclencher
 …une cascade de fous rires sans fin et des plus déchainés !
 
Moralité : un amour trop fervent pour la littérature peut vous perdre !
 
Et, tant pis, je continue à être une « inconditionnelle romantique » …Alors, maintenant que je vous
ai ouvert cette « page tendre » , que diriez-vous d’un retour sur l’automne ?
 
 

avec ces peupliers qui ne cessent de m’émerveiller de jour en jour et de m’apporter l’énergie dont je manque parfois
!
De notre cuisine véranda donnant sur le jardin, mes yeux se nourrissent  en permanence de la magie de leur
feuillage et errent dans la substance de leurs mots !
 
 
 
sans oublier … »le bonjour de l’oiseau » !
 
Et que diriez-vous encore, et pour clore cette page, d’une dernière note de douceur et d’évasion
avec ces 2 lampes marocaines dont j’ai fait l’acquisition hier, sur l’élan d’un coup de foudre
et qui, désormais, enchantent véritablement notre sommeil, l’enveloppant de grands soleils et de superbes ombres chinoises …
 
 

 A l’image de ces lueurs ressourçantes
je vous souhaite des journées d’automne
      pleines de paisibles vibrations …
 
 
 

4 réflexions sur « Page tendre »

  1. Philippe P – 1 Nov., 2009 Les œufs mimosas connait pas, ça doit être bon !!! Il est mignon le hérisson, il est encore dans le jardin, Lola la adopter..!!! Ces lampes marocaines sont vraiment très
    belle, sur la lampe ronde on dirait des constellations qui nage dans la lumière du bonheur, et c’est sans doute normal, car c’est la maison du Bonheur avec un grand B……

    J’aime

  2. Nanie Nanie – 2 Nov., 2009 superbe couleurs matinales j’aime lorsque la nature enveloppe dans son manteau de brume toutes choses…ce petit hérisson est trop mignon au mileu de ces feuilles il
    semble faire un calinou !
    étourdie tu es, étourdie je suis, c’est le genre de gaffe que je pourrais faire aussi ! mdr ! Lola est bien jolie sur cette photo !
    tes deux lampes sont superbes elles donnent une ambiance chaleureuse !
    bonne semaine je me mets en pause beaucoup à faire les devoirs que nous n’avons pas fait la semaine dernière alors on se retrouve la semaine prochaine OK ?
    bisous bisous
    Nanie

    J’aime

  3. EvaJoe Des mots – 2 Nov., 2009 Pour la casserole ce n’est qu’un détail, il te faudra beaucoup d’huile de coude pour la frotter…Mais que dire de tes magnifiques photos automnales, cela m’invite à
    connaitre ta maison et à l’aimer davantage en la voyant défiler au fil des saisons…..
    Mais pour ces lampes tu n’as pas ton pareil pour dénicher le petit truc insolite, j’aimerais écrire à la lumière d’une de ses lampes chacune ont des reflets différents et doivent inspirer mais ma
    préférence va à la ronde , je la sens enrobé de mille et une choses à raconter et en même temps très énigmatique…. Paradoxe …Quand au petit hérisson je le préfère dans ton jardin que traversant
    une route.

    Ta petite soeur des mots EvaJoe

    J’aime

  4. Nicole crouzillac – 16 Nov., 2009 ton hérisson blotti, m’a fait penser à une belette qui a croisé notre chemin.
    Nous marchions, dans une forêt au calme, ombragée, un moment divin, comme tu connais sur le chemin de St Jacques.
    Tout à coup, un animal, nous sommes surpris autant que lui. Nous nous arrêtons, lui aussi, à 5/6 mètres de nous. Nous nous regardons un moment (au temps suspend ton vol!) et puis part
    tranquillement dans la haie, et nous nous reprenons notre chemin.
    Ton hérisson m’a fait repensé, à quel délice de revivre ces moments. Merci pour tes photos.
    Pour ta cuisine, je n’aurai pas de leçons à donner, car je crois que je fais pire : certaines cocottes n’en sont pas revenues !!!!! au sens propre comme au sens figuré.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :