Plus tard quand je serai vieille …

 

IMGP1870.JPG

 

                    Plus tard
quand je serai vieille …

 

Deux enfants

Aux innombrables printemps

Quatre vingt, quatre vingt dix 

Ou peut-être cent

Contemplent en souriant

Le soleil entrain de jouer

Dans le creux de leur tasse à café

Ils tendent l’oreille aux bruissements

D’hommes pressés s’affairant

D’autres parlant fort ou riant

D’autres encore blottis dans leurs pensées !

C’est comme sur un marché

Il y a des voix, des couleurs et des portraits

Ils aiment ce brouhaha des sens

Ce tumulte chaud et douillet

Ils s’humectent de cette vague

Avec patience et délice

Comme l’on laisserait doucement

L’eau venir à nos pieds

et en chatouiller la peau

Ils sont si bien

Dans ce petit coin de bistrot

Sans jamais parler du passé

Ni évoquer la moindre ride

Au coeur d’un présent qu’ils chérissent !

Plus tard quand je serai vieille

Je voudrais être assise à cette place

Dans un café

Te regarder déguster

Quelques gorgées du temps

N’en retenir que le nectar

Amoureusement

Encore ivre de rencontres et de hasards

Et avoir dans le regard

Le reflet doré du miel

Ce parfum d’éternel

Cette sublime élégance

Du savoir et de la pensée …

                      
              __________

 

Il y a quelques temps, en me promenant sur le site d’un poète et en y découvrant une de
ses compositions (je crois qu’il se reconnaîtra …), un portrait m’est alors apparu aussitôt : celui-là même qui illustre ce poème !

Ce portrait, nous en avons fait l’acquisition sur une brocante par un vrai temps d’hiver
à « ne pas mettre un poète dehors » !

Au départ, en l’apercevant, il nous a happé l’attention pendant un bon moment …Sans
doute la lumière extraordinaire qui jaillit de son regard !

Mais le cadre en défigurait la beauté : un cadre lourd, de couleur
dorée.

Nous sommes repartis sans le prendre. Toutefois, tout au long du trajet, cette image
nous hantait…elle était trop belle et …si on la prenait ! Elle nous manquait peut-être déjà !

Une bonne trentaine de kilomètres (plus près des 40 !) nous séparait alors de la maison.
Une fois parvenus au seuil de notre porte, nous y sommes retournés …Oui, rien que pour ce portrait et … toujours à une bonne trentaine de kilomètres et par un temps à ne pas mettre un poète
dehors !

Le vendeur ne parut pas étonné.

Nous avons repeint le cadre d’une couleur plus tendre et plus gaie.

Depuis …il trône sur le mur principal d’un palier de notre second étage , au beau
milieu d’autres cadres représentant chacun une fleur rencontrée sur le chemin de Stevenson, et, je crois …

                    … que cet
univers lui plaît bien !

                      
   Vive l’inattendu

                      
   Vive notre douce folie

                      et
 Vive les poètes !!!


12 réflexions sur « Plus tard quand je serai vieille … »

  1. Bonjour Sabine,
    Ce tableau est magnifique et ton poème l’est également. Il vont très bien ensemble ! Moi aussi, c’est ainsi que j’aimerais que soit notre vieillesse, avec, malgré les flétrissures et les raideurs
    de l’âge, cette lueur brillante dans les yeux, ce sourire qui puise sa source dans la vraie beauté intérieure, celle qui grandit avec le temps. Merci de ce beau moment.
    Amitiés. Alain

    PS : Bien entendu, tu peux mettre le lien de mon blog sur le tien. Cela me fait très plaisir. Je ferai la même chose si tu le veux bien.

    J’aime

  2. Lorsque je lis ton poème je me revois hier devant ma feuille blanche voulant écrire un poème sur nos anciens et, en pensant plus particulièrement à mes parents qui vieillissent ensemble en vivant
    pleinement leur amour.

    Aussi ton texte m’émerveille davantage comme si mes pensées avaient effleuré les tiennes et la photo (et son acquisition) et le poème me sont allé droit au coeur. C’est superbe, humain et dans ce
    bistrot je vous y vois tous deux….

    EvaJoe

    J’aime

  3. Bonsoir sabine
    Je comprend que ce tableau t’ai autant attiré il y a dans les regards l’histoire de toute une vie à s’aimer
    Je lis tes mots , très beaux d’ailleurs et je vois que toi aussi tu as lu dans leurs yeux
    Comme toi je rêverai d’être assis dans ce café, d’être ce vieil aimant
    Le « poète » c’est reconnu
    Bon début de semaine Sabine
    Amitiés
    Tony Yves

    J’aime

  4. Bonjour Sabine,

    Il se dégage de ce tableau, « une âme » qui ne laisse guère indifférent. Nous fonctionnons souvent « au coup de coeur » et il est indéniable que cela ait été le cas pour vous ce jour-là…
    Très bel écrit et beau tableau.

    Merci pour ce partage.

    Amitiés et bisous,
    Cathy.

    J’aime

  5. l’amour n’est pas un objet a jeter mais un diament a conserver au font de son coeur!ce diment je vous l’offre a vous que j’aime plus que tout!!!

    J’aime

  6. Bonsoir
    Je passais par chez TonyYves et ton com m’a attiré
    Ton blog est superbe et tes écrits tout autant
    Je repasserai te lire
    Il m’est arrivé presque la même histoire pour un tableau, sauf que c’était un paysage de sous-bois au milieu duquel coule une petite rivière …
    @bientôt donc

    J’aime

  7. waouh comme c’est charmant ! ben elle ne me ressemble pas du tout ! hihi !!! non, je trouve touchant leurs regards partagés ce tableau a une vie, une histoire, il en dit beaucoup ! on peut tout
    imaginer de leur conversation ! il est magique ! et ton poème est sublime ! bon je te l’accorde il me semble reconnaitre Philippe et moi plus tard mais alors beaucoup plus tard hein ? hihi !
    merci ma petite Sabine pour tes mots de bienvenue sur mon blog ils me touchent ! je t’aime et te fais de gros bisous bisous et à vous tous les pélerins fous !

    J’aime

  8. Ce tableau est magnifique : la lumière, le sourire des petits vieux (ce mot bannit de notre vocabulaire du XXIème, et pourtant si beau)si tendre, leur attitude si proche, nous les sentons, nous
    sentons leur amour dans leurs regards. Je comprends que cette oeuvre vous ait attirés pire qu’un aimant.
    Quant au poème il traduit cette peinture.
    Mille mercis pour tous tes mots de rêve.

    J’aime

  9. Bonsoir Sabine,

    Ce tableau s’harmonise parfaitement bien avec ton magnifique écrit Sabine. Dans le regard de ces deux personnes il y a cette lueur d’amour qui fait briller le passé d’un présent empreint de
    tendresse révélant une belle complicité durable entre ces deux êtres. Les sentiments résistent à l’usure du temps et rien ne s’essouffle pour un couple qui a gardé le parfum de l’amour au coeur
    de la pensée en affrontant la tourmente, celle qui rapproche et parfois emporte. Merci pour cet agréable moment de lecture. je t’embrasse bien fort en te souhaitant un agréable week-end. Corinne.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :