Farandole d’envies

 

Quel  régal ce défi proposé par Clara !

Il s’agissait de répondre à un questionnaire en indiquant notre préférence pour chacun des mots
inscrits.

Ces mots , les voici : une couleur – un sport – un chiffre – un pays – un animal – un objet – un
endroit du corps – Des chaussures – un bijou – un vêtement – un mois – un jour de la semaine – un des 4 éléments – une planète – un tatouage – un verbe – une fleur – une voiture – une autre
personne – un bonbon.

La façon d’aborder ce questionnaire était totalement libre : effectuer une simple réponse ou, selon
nos aspirations, l’égayer de quelques vers …

 

Voici ma …

« Farandole d’envies« 

 

Ce matin j’ai surpris le ciel

Ecoutant les rimes du soleil

D’orange alors il s’est paré

C’est ma couleur, je suis extasiée !

De quoi se lever du bon pied

Avec cette envie, éperdue, de bouger.

A l’instant même, à vous en étonner,

Je ne tiens pas mon bâton de berger

La marche n’est pas un sport

Mais une invitation à voyager

Courir sera plus en accord

Avec cette soif de me surpasser !

Je savais que la journée serait belle

Hier

Peu avant de fermer les paupières

J’ai compté 23 étoiles dans le ciel …

« 23 » chiffre devenu magique

Tes yeux en ombre mirifique

Ce 23 avril où tu naquis

Ce 23 octobre où tu t’envolas, aussi.

Etrange

Mon ange

Que depuis

A chaque fois que ce chiffre

Dans ma vie

S’inscrit

Ce ne sont plus qu’heureux évènements

Pluie de bonheur qui m’attend !

Serait-ce le message que tu as choisi

Pour, tout contre moi, refaire ton nid !

En courant, je pense à tout et à rien …

A rejoindre peut-être demain

Mon amie

L’Afrique 

Mon pays d’affection

Jardin de la communication…

Ou

 voler aux côtés de « Coco »

Car, pour lui, bel oiseau blessé

Que nous avons choyé, soigné

Je voudrais être un corbeau

Ou Encore

Je ferai de la lune un crayon

Mon objet favorit

Passant de l’artiste à l’enfant

Qui écrirait des choses tendres

Ou inventerait des sourires

En colliers de bonbons …

A ainsi penser

Le bitume ne m’a pas éreintée

De mon corps j’ai su m’envoler,

Et poser mes pieds

Sur cette terre de latérite

Rouge

Douce

Où ils rêveraient de naître

Pour marcher à l’infini,

Danser, frémir …

Là-bas pas de chaussures

Les jours défilent pieds nus

Cet effet de bien-être

M’épouse comme un bijou

Perlé sur mon être

Caresse de doudou !

Bientôt la fin

J’ai hâte soudain

D’enfiler mon sarouël

Plus qu’un vêtement, un art de vivre

Donnant à l’aisance des ailes

Aux tons châtoyants des îles !

Mais ma tête s’ennivre

En ce mois d’avril

Où, tout, autour de nous

Semble devenir fou.

Et pour ajouter à mon euphorie

Nous sommes samedi

Ce jour je l’adore,

De plaisir, de vie

Toujours je l’honore !

Mais revenons à mes rêves

Laissés un instant sur la grève …

Si

Je devais faire

D’un élément ma demeure

Ce serait la terre

Pour y sentir pousser les fleurs !

Je ne rêve pas de planète

Je n’aime que les nuages

Au point de les imaginer

Sur mon coeur en tatouages

Ils mettraient ma plume en fête

Et l’emplirait de mots pailletés !

A chaque âme sceptique

J’accrocherais le verbe aimer 

Mon pilier

Et l’embaumerais

De ce parfum unique

Celui de la fleur d’oranger !

Mais, rêves maudits, atterrissez !

Sur la placette, je suis arrivée,

Sur l’écorce de mon marronnier

Mes mains posées

Je m’étire

Avant de m’enfermer

Dans ma coquille d’escargot

Ma fidèle Renault.

Fidèle

Certes,

Mais point complice !

Car je cultive en secret

Un amour, un caprice

Pour une belle Méhari

Et cette sensation de liberté

Dont toutes deux sommes éprises !

Et si

Une autre je devais être

Prévert serait mon
nom

Lui qui déguiserait ces quelques vers
en,

Que sais-je,

Jolis petits elfes verts

Ou rires caméléons !

A l’époque où, les poches pleines

De « coquillages à
sucer
« 

Adorables friandises

Qui me faisaient chavirer

J’aimais déjà le lire

Bien plus que Verlaine,

M’élevant de plus en plus haut

Comme au jeu de l’élastique !

Tiens ! Deux phrases qui ne riment
guère

Sans doute mon petit côté contestataire

Ne vous êtes-vous pas trop égarés

Dans ce tortueux labyrinthe d’idées

Il y a beaucoup à lire

Quelques songes en délire

Je n’ai pas su m’arrêter

Vous me connaissez …

Je suis une passionnée !


***********    


17 réflexions sur « Farandole d’envies »

  1. Bonjour Sabine, amie de mon coeur,
    Il a fallu attendre un peu, mais quel magnifique texte. Je l’ai lu une fois, mais je vais le relire, le relire…J’adore !
    J’ai mis un article ce matin où j’ai indiqué toutes celles qui avaient fait cet exercice.
    Les coquillages à sucer, ce n’était pas ce qu’on appelait les « roudoudous » ?
    Merci mille fois ! Je t’embrasse très très fort !

    J’aime

  2. Un jeu devenu un chef d’oeuvre, je n’en n’ai jamais doutée venant de ta part…Hi..hi

    Mais j’ai lu aussi des (débuts de réponses à des propositions) j’avoue qu’à la fois j’en suis heureuse pour toi si tu concrétisais, mais en même temps un pincement au coeur si tu t’en allais, mais
    ta vie n’est pas en rapport avec moi elle est et reste ta Vie, votre avenir, vos désirs et votre amour…..

    Mais pour en revenir au texte le jeu en valait la chandelle car tu nous as dis avec ton coeur et ta façon bien à toi de bien belles choses, et même si je te connais énormément , ici je vois qu’en
    dehors de ton poète préféré j’ai découvert ton amour, rires pour la méhari mais cela va tout à fait avec ma réflexion plus haut….Sourires!!!!

    Douce journée ensoleillée(si tu n’as pas de soleil je t’en envois de Bourgogne) et bisous ma petite soeur à mien.

    J’aime

  3. Bonjour Chère Sabine,

    C’est tout simplement magnifique ! Tu as réellement « enfilé » tous ces éléments pour en faire un texte très agréable à lire…

    J’aime beaucoup « les pieds nus » comme chaussures préférées ! Cela m’a bien fait rire !
    Quant au reste, tout cela te correspond bien et sur d’autres aspects je te connais mieux encore.

    Bravo et merci.

    Je t’embrasse,

    Cathy.

    J’aime

  4. Sabine

    c’est superbe

    et c’est plein d’humeur, de tendresse, de joie de vivre, de soleil, je me suis régalée à te lire

    tu es une femme super

    bisous et bonne soirée

    rien ne te fait peur , accroche le verbe aimer partout !…

    J’aime

  5. Coucou Sabine

    Une chose est sure tu sais dompter les mots, ils se glissent délicatement jusque sur le clavier et nous emportent dans le rêve …
    Merci à Toi de tes partages
    Merci aussi pour tes passages
    Gros bisou

    J’aime

  6. Bonsoir Sabine
    Bravo , c’est exactement ce que je ne sais pas faire laisser courir la plume en toute liberté alors je ne peux que m’extasier
    L’Afrique est aussi un continent qui me fait rêver

    J’aime

  7. Bonjour Sabine,
    Je vois et je lis là bien plus qu’un défi, ta plume c’est littéralement envolée, tu t’es laissée emporter par les mots comme une entrée dans une farandole qui ne s’arrête plus et qui nous entraîne
    loin très loin….
    Belle journée pour une passionnée…Amitiés…écéa.

    J’aime

  8. Qu’elle est belle, cette passion de la vie et des mots ! Bravo pour ce défi très réussi. Quel merveilleux fourmillement d’ides et d’émotions ! Je m’attarde un instant sur « les coquillages à sucer ».
    Que de souvenirs d’école ils éveillent d’un coup!
    Merci Sabine pour ce bout de chemin en compagnie de tes mots. Bisous.Alain

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :