Rires d’antan

 

 

Alors …vous avez été bien sages ?

Vous vous souvenez,

notre voyage à poursuivre au  » royaume de l’argentique » ?

 

Aujourd’hui, il va revêtir un reflet un peu particulier !

 

 

Chacun des portraits d’ancêtres qui vont suivre ont
été rencontrés dans ce pays des volcans aux rides à présent sculptées sur la toile de notre âme, notre port d’attache, notre « second nous » …

en Haute loire.

 

Autant de visages qui retissent les quelques fils décousus de notre mémoire, encore toute
imbibée de senteurs et des sons vifs, ponctuels et précis de tous ces gestes qu’on ne fait plus mais qui, inconsciemment, continuent à retentir en nous dans l’euphorie d’un chant de cloches, la
candeur d’un ruisseau, le battement sûr d’une horloge …

 

Qu’ils nous inspirent le respect, la paix profonde ou le silence ,

nous avons toujours senti, en plongeant notre coeur dans leurs veines, une

incroyable force !

 

 

Avec certains de ces visages, nous avons vécu un instant, un mot, un sourire, que je ne
manquerai pas de vous conter ici.

Et, avec d’autres, nous avons simplement cueilli …la magie d’un regard
!

Mais,

je me souviens de tout,

du moindre souffle et craquement de vie …

 

 

 

 

img336

« Pierrot » de la Grange Neuve, posant pour moi dans un champ d’où nous nous ferons vite sortir !

 

 

Nous roulions vers le col des limites, entre le célèbre col des Pradeaux à 1196 m d’altitude et le col de
la Croix de l’homme mort …des noms bien évocateurs !

Nous étions en plein mois de juillet,

mais je savais déjà qu’en effleurant de mes doigts la vitre de notre fourgonnette, la sensation laissée
en serait des plus glaciales !

Et nous croisâmes tout à coup cet homme, marchant avec des galoches sur le bas côté de la route, le
journal sous le bras, le litre de rouge bien calé dans l’une des deux poches de sa veste …

J’ignorais encore le contenu du vulgaire sac en  plastique qu’il tenait dans la main.

J’ordonnai aussitôt un arrêt brutal du véhicule …

Je voulais parler à cet homme !

Lorsque je suis descendue, prestement, il était juste à ma hauteur, et nous avons
spontanément engagé la conversation.

J’ai de suite vu qu’il transportait de beaux champignons dans son sac. Devant mon oeil
alléché, il m’en proposa aussitôt !

Notre fourgonnette contenait toujours à l’époque quelques bons kilos d’huîtres à faire
déguster à notre entourage, et l’échange fut donc bien vite fait !

Je le sentis délicieusement excité à cette idée, n’en ayant jamais goûté de toute sa simple
vie.

Après qu’il eût bien voulu poser pour la photo souvenir, quelque peu mouvementée, pour
avoir enjambé par mégarde un pré privé (!), nous lui proposâmes de le mener au plus près de chez lui, chose qu’il accepta.

Je reverrai toujours les regards horrifiés de mes filles, encore toute mioches, lorsqu’il
s’installa au milieu d’elles, l’haleine embaumant de bien curieux cépages …!

Aux multiples questions qu’il nous posait sur la façon dont il allait aborder ses huîtres,
nous avons presque regretté notre geste et franchement pris peur : il n’allait quand même pas les manger avec la coquille !!!

 

 

 

 

 

img343


Nous pressions le pas…

Il nous restait encore bien des kilomètres à faire, avant d’étendre nos corps fatigués sur
les matelas de notre tente et, dans ce pays, nous ne le savions que trop, certains soirs d’été sont d’une fraîcheur redoutable !

Qu’elle fut bonne la première source rencontrée, et combien prodigieux le soleil couchant,
au loin, en récompense …

Et toutes ces images insolites défilaient ensuite dans nos rêves, la nuit, sous les lueurs
de la lune, où l’espiéglerie du vent dans les branches, mêlée aux aboiements lugubres des chaumières avoisinantes,  donnait toujours à l’atmosphère un air d’épouvante !

 

 

 

 

 

img339

 

 

Une magnifique journée venait de se dérouler ….

En attendant l’ouverture du petit resto du coin, les filles jouaient dans l’eau du lavoir
avec quelques cailloux et bouts de brindilles, rêvant encore à leur ballade à dos d’âne….

Nous allions partir quand ce grand-père passa devant nous, une gamelle à la main,
accompagné de sa « grande famille à quatre pattes » ….

Vous ne rêvez pas, tous ces chiens sont bien à lui !

Je ne pouvais râter cette occasion, mais  il fallut une bonne dose de patience pour
faire figurer chaque chien sur la photo …

Encore merci à toi, adorable papi, le plus adorable que je connaisse !!!

 

 

 

 

 

img338.jpg

Pierre et Pierrette

 

 

Elle danse encore, 

avec l’agilité d’une chèvre sur les sentiers rebelles !

 

Il chante aussi,

comme si,

de son ventre,

on pouvait y puiser l’écho de la montagne !

 

 

 

 

 

img335

Quelque part…dans l’immensité du Mézenc.

 

 

Deux ancêtres entrain d’évoquer leur passé commun

L’un, moulin à eau de son état, et âgé de 500 ans

L’autre, grand-père nostalgique, qui y faisait moudre 55 tonnes par an de
grains pour les bêtes …

 

Qui, de l’un ou de l’autre, avait été le maître ? 

La réponse est, sans nul doute, sur la mine du vieillard !

 

 

 

 

 

img341.jpg

 

 

Nous lui avons simplement dit bonjour !

 

Il faisait très chaud, est-il besoin de préciser que nous marchions (!)

En lui disant bonjour, nous avons paré son coeur de beaux quartiers de
soleil….

A peine deux trois mots échangés, et elle nous faisait entrer dans son humble demeure,
sentant bon le vieux journal et le biscuit !

 

 

 

 

 

img346

 

 

Les chemins se souviennent …

Il leur suffit  de fermer les yeux pour entendre à nouveau ces pas
berceurs,

au timbre doucement rauque !

 

 

 

 

 

img345

 

 

l’écouter raconter la vie comme un sarment qui craque,

et fait jaillir le feu !

 

 

Je me souviens de vieilles portes craquelées,

d’une petite auberge, en contrebas, cachée sous un large escalier de pierre …Elle sentait
de bon matin le pain cuit au feu de bois !

Nous y dégusterons le soir une mémorable salade au chèvre chaud …

Et puis, ce peintre poète, isolé aux fins fonds de la montagne, comme je m’en souviens
aussi !

Il écrivait ses pleurs sur ses tableaux,

l’angoisse d’un monde nouveau, sans arbre, sans âme et sans terre…

J’ai pleuré sur sa majestueuse cigogne perdue dans un effroyable décor de grues mécaniques
….

 

 

 

 

juste…

 

img334

 

saisir au vol,

 

img344.jpg

 

y déposer une caresse,

 

img342.jpg

 

 

et laisser gambader dans un coin de nous …

 

img340.jpg

 

 

 

 

 

Ici,

que l’homme soit menuisier, grand cuisinier ou paysan,

l’hiver donne à ses habitants une âme d’artiste,

afin que leur coeur, toujours, puisse se réchauffer à l’âtre des jours,

éblouissant de son émoi chaque belle saison…

Ici, 

où rien ne se tait ni s’ensevelit,

tout prend valeur d’effort et de plaisir

dans la langueur du temps !


___________

 

 

Kewan se porte comme un charme, il mange bien, dort bien.

Demain, il devrait quitter les soins intensifs pour regagner sa chambre.

 


43 réflexions sur « Rires d’antan »

  1. Bonsoir Sabine

    On a du mal a imaginer que « la France profonde » existe encore en ces années 2000!! De bien belles photos où je reconnais la façon de vivre de ma Puisaye natale mais….dans les années 1950!!Bonne
    soirée .Gros bisous .Aimée

    J’aime

  2. Oh ! que ce récit est donc émouvant … j’ai vu défiler dans mon coeur tous les anciens de mon village qui m’ont transmis mes racines … je suis imprégnée de leurs regards, de leurs sourires, de
    leurs voix, de leurs mains, de l’odeur de leurs marmites …

    Magnifique, Sabine, je suis impressionnée par ton talent !

    Merci, bisous, Plume .

    J’aime

  3. Magnifique voyage à travers la campagne profonde et l’âme des gens vrais… Tes belles photos font rêver, et les vers libres dégagent une poésie irrésistible ! Merci, Sabine, et toutes mes
    félicitations pour ce petit Kerwan que l’on voudrait embrasser délicatement sur la joue.

    J’aime

  4. Haute Loire fidèle à mon coeur, que j’aime autant que toi pour d’autres raisons, car c’est le berceau de ma famille maternelle, mon grand père est né en Haute Loire et ses images ce sont celles
    que je voyais au travers de son regard et que toi tu as su nous donner , elles sont belles car elles puisent leur racine au travers des gens qui vivent sur cette terre rude mais si accueillante.

     

    Des images de la France dîtes profonde mais moi je dis de la vrai France, celle qui a du coeur, celle qui sait partager et tendre la main, celle qui accueille et qui donne un sourire, un mot ou
    une carafe d’eau fraîche.

     

    Ce sont des choses de la vie courante mais contée par toi elles sont auréolées de bonheur, de frisson de soupirs, de sourires , de rires.En un mot c’est du pur bonheur à te lire et à découvrir
    les visages de ceux que tu as croisé jadis et dont tu te souviens à la virgule pret ce qu’ils t’ont dit ou donné.

     

    Des regards échangés mais quels regards!

     

    Magnifique petite soeur des mots, l’on devrais te connaître au delà de ton blog.

     

    Bisous

     

    EvaJoe

    J’aime

  5. Que de souvenirs des champs et des vieux métiers, c’est super de voir ces belles photos, vraiment une bonne idée

    Je suis très contente pour ton petit fils, comme sa maman va apprécier de le voir dans sa chambre sans toutes les machines.

    Bonne soirée, gros bisous

    J’aime

  6. Ah quel beau et bon moment je viens de passer à te lire, il s’en va ce temps béni où les « gens » étaient si pauvres, vivaient dans un confort précaire mais qui avaient un coeur gros
    comme la terre, leur terre; en te lisant c’est toute une partie de mon enfance qui refait surface, ces bons moments où je suivais ma grand-mère qui allait laver le linge à la « cale » au bord de la
    Dordogne, à genoux penchée sur la planche à laver et qui me ramenait assise sur la brouette, j’avais 6 ou 7 ans, on sortait de la guerre, on était pauvre mais on était heureux ! excuse-moi c’est
    ton récit qui me fait te conter ce beau souvenir ! merci, çà fait du bien, c’est si loin !!!… je t’embrasse et suis contente pour ton petit que tout aille très bien ! à bientôt ! merci aussi
    pour tes lignes concernant le « Prieuré de Cayac », j’ai été surprise de tous les coms reçus, c’est vrai que ce Pèlerin est magnifique, je ne me lassais pas de le photographier, à venir très
    prochainement un nouveau billet sur les ruines de Cayac !!! bisous et bonne journée !

    J’aime

  7. Bonjour très chère Sabine,

    Commencer la journée comme je le fais actuellement avec toi, est un ravissement.

    Il faut que ce soit toi, une femme au grand coeur, pour parler des anciens aussi bien et aussi respectueusement, et avec de l’humour en plus !

    Tous ces gens sont nos racines paysannes dont nous venons quasiment tous. J’en fais partie car mes parents et autres ancères pourraient être sur ces photos.

    Ne les oublions pas, eux qui ont eu une vie de labeur essentiellement, en tous cas bien plus que de plaisirs.

    Merci pour ce beau texte.

    Je t’embrasse bien affectueusement, chère et douce amie.

     

     

    J’aime

  8. Bonjour chère Sabine .

    D’abord un grand sourire pour l’état de santé de Kerwan ! Merci de donner de ses nouvelles même en tout petit  , en dessous  .

    J’adore ton texte , les paysages , les photos en noir et blanc ; je revois celles très anciennes qui se trouvent dans les vieux albums légués par mes grands-parents .

    Très gros bisous ma Sabine et bonne semaine à vous tous .

     

    J’aime

  9. Comme j’aime ces photos en noir et blanc et cette façon bien à toi de parler de tes belles rencontres. C’est merveilleux de nous les faire partager. Oui, les chemins doivent se souvenir de tant
    de tendresse partagée. Je suis heureuse que ton petit-fils aille mieux. Je t’embrasse fort.

    J’aime

  10.  coucou bonjour sabine un grand remerciement pour ton petit passage sur mon blog et aussi qu’à traver le tient c’est une partie de ma jeunesse  que tu me fais revivre merci pour ce
    généreux partage mais je ne peux pas te quitter en te disant que je suis heureuse de savoir ton petit en meilleur forme il a gagné je l’embrasse doucement comme une maman et  toi je t’envoie
    mon amitié la plus sincère monette du 50

    J’aime

  11. j’en reste à la première histoire suivie d’une nuit sous la tente, je reviendrai, j’ai là un bon viatique… Je penses à mon berger des causses, de Signol et je me prends à rêver de ces êtres
    simples que leur vie rude contente, tu as si bien écrit cette rencontre…

    J’aime

  12. Bonjour Sabine, je suis déjà passée hier mais je manquais de temps et j’avais bien vu qu’il y avait de belles choses à lire … J’ai beaucoup beaucoup aimé cet article, textes et photos.
    L’impression de lire une des pages d’un de mes romans de terroir que j’aime tant ! Ces photos en noir et blanc sont superbes ; elles datent de quand ? quelques années il me semble au vu de la
    façon de se vêtir. mais il est vrai que les « anciens » dans les campagnes s’habillent et même encore à l’heure actuelle comme ça ! J’espère que tu vas nous mettre la suite  ou bien d’autres voyages de la même veine . Je
    suis contente de voir que ton petit fils va bien. J’espère que ça va aller de mieux en mieux et qu’il va retrouver une santé de petit garçon en pleine forme. Gros bisous et bon lundi Sabine,

    J’aime

  13. tout d’abord bisous à Kewan qui se porte bien ; tes photos me donnent le frisson … c’est toute ma vie de petite fille qui rejaillit (mes grands parents habitaient dans la Haute Loire pas loin
    de Bas en Basset) … ouah !! merci pour tes photos – je t’embrasse.

    J’aime

  14. bonnes nouvelles, bisous à Kewan

     

    tu parsèmes tous les chemins que tu parcoures de tes sourires et c’est une chaine que tout le monde devrait contnuer …..mais tous les êtres n ont pas ce regard d’enfant toujours émerveillé.

     

    bisous Sabine et bonne semaine

    J’aime

  15. Bonsoir SABINE ….On croirait feuilleter un livre qui parle d’un temps révolu . C’est assez extraordinaire ! Ces photographies sont d’un réalisme et d’une intemporalité incroyable .
    Ah! l’argentique…

    Il me semble regarder des photos de la famille du côté de ma mère ….Le texte que tu as écrit  s’accorde au rytme suspendu de la vie rurale .

    Je soigne Aengus …il est un peu malade .J’espère qu’il va se remplumer ,il mangeotte comme un…moineau en ce moment .

    Tous mes souhaits de bonne continuation pour le petit  opéré .

                                                                                                              
    Amitiés d’ H

    J’aime

  16. Bonsoir Sabine

    Je viens de terminer ce somptueux parcours au pays de l’argentique à travers ces superbes clichés en N/B. Un billet tellement riche au fil de tes mots, l’émotion est toujours présente et bien
    ressentie pendant sa lecture. Merci pour ce merveilleux voyage dans l’autrefois. Bisous Sabine et douce soirée à  vous.

    Roger

    J’aime

  17. Merci Sabine de ce beau partage. Grâce à toi, ces sourires, ces regards, ces gestes  nous resteront présents. Des portraits vrais, dans toute leur noblesse que tu nous offres avec cet amour
    des gens qui te caractérise. Tu sais que ces photos (Je suppose que tu en as beaucoup d’autres) feraient l’objet d’une belle exposition !

    Un gros bisou à Kewan et à toi. Alain

    J’aime

  18. Comme ces photos en évoquent bien d’autres……… celles de mon enfance, ou celles de certaines vacances en Bretagne.
    Bravo pour ces histoires, qui feraient ………. un bon livre à lire au coin du feu, avec un bon chocolat chaud……..

    Continues à nous faire rêver.

    Gros Bisous à Kéwan et sa Maman.

    Bonne journée à tous.

    J’aime

  19. Coucou Sabîne Ma Copîne !!! Sourîre

    C’est AVEC les yeux embués de larmes de TENDRESSE que je te dépose quelques mots……… immense sourire

    C’est CES ÊTRES HUMAINS là que j’aime AU CENTUPLE et qui me font SURVIVRE dans ce monde tristement « moderne »!!! Soupir

    Tes photos sont DIVINES et ont capté l’essence même de ces belles Âmes Pures !!! intense sourire

    Quant à tes douces lignes qui les accompagnent, comme toujours, elles nous offrent le meilleur de Toi-Même…. et quand « les mots » nous manquent « cruellement », toi, tu en donnes à profusion… ce
    qui déclenche toujours chez moi, un tsunami d’émotions qui déborde….. déborde de mes yeux tout attendris….. Sourire Radieux

    Je me languis d’avoir ton doux 1er Livre de Coeur…….. Février approchant à grands pas, j’ai envoyé « ton lien COMMANDE » à ma Douce Maman… Je pense qu’elle comprendra mon désir vital de
    « posséder » ton Bébé Papier…… Clin d’oeil

    Je suis très heureuse de voir que ton doux p’tit Fils continue à reprendre de ses douces forces vitales…. Oh je ne suis pas très inquiète… ces « p’tits bouts » ont des ressources que beaucoup
    d’adultes (hélas!!! Soupir) ont perdu !!!!!!!! Sourire Tendresse

    Je vous souhaite « à Tous » un très doux mardi ainsi qu’une excellente semaine sereine !!! Sourire Resplendissant

    Mille millions de milliards de milliers de tonnes de très très tendres Bisoudoux (MAIS un encore PLUS DOUX & PLUS TENDRE pour Kewan)

    ***Tincky***

    J’aime

  20. J’ai repris un bol de nostalgie en regardant les photos et aussi, cette décision de laisser ma maison vieillir et non pas la redécorer comme la mode actuelle, la laisser prendre ce goût de vieux
    comme tes photos.

    Bises et bonne fin de journée

    J’aime

  21. Que d’émotion! Tu écris divinement bien, Sabine. La plume du coeur, trempée dans l’encre d’un regard dont la beauté est époustouflante, dessine la beauté démodée, dans toute sa simplicité et
    donne envie de pleurer sur ce qu’on est en passe de perdre à jamais! Tes photos sont magnifiques et tes mots autant de coups de fouet au subconscient qui a fini par faire l’impasse sur ces
    trésors…

    Une forte étreinte et un gros bisous.

    J’aime

  22. Bonsoir ma douce
    sabine

    Comme tu as su si bien
    conter la vie de ces gens de la France profonde, tu l’as dit avec tant de poêsie qu’il me semble connaître  LA FRANCE PAYSANNE

    Oui  tu as un 
    grand coeur pour en parler d’une telle façon , j’ai beaucoup aimé

    Bravo ma belle pour ces
    photos

    Les vacances sont finies,
    me voici de retour et très heureuse de te retrouver.

    Merci pour ta fidélité en
    mon absence

    Je te souhaite ma puce une
    bonne soirée avec de gros bisous

    Méline

    J’aime

  23. Bonsoir ma douce Sabine j’ai enfin trouvé ton jolie poème sur mon blog excuse moi falais juste que je continue de répondre a mes coms bonne nuit bisous et merci pour ta fidélité evy

    J’aime

  24. J’aime beaucoup ton monde « argentique  » , il me rappelle qu’hier encore , la fraternité  prenait le pas sur tout, depuis qu’on est passé au numérique , tout va trop vite , et il me semble
    vers une mauvaise direction

    Un petit coucou à Kewan

    Douce journée,Sabine

    Bisous

    TIMILO

    J’aime

  25. Ces photos semblent tout droit sorties de ma mémoire, mes ancêtres du massif central, leur vies, leurs visages, mes paysages… j’aime beaucoup ces images en noir et blanc, et bien sûr le
    récit qui les accompagne. Merci! et heureuse pour tous que ton petit fils aillent mieux. amitiés

    J’aime

  26. Bonjour Sabine,

    Ravie de savoir que ton petit-fils va mieux…

    Quant à ces photos elle me ravissent. J’aime beaucoup le noir et blanc et les anciens clichés… Très beau « voyage » à travers le temps… Et les métiers d’antan.

    Merci et gros bisous,

    Cathy.

    J’aime

  27. C’est un billet magnifique avec de superbes photos!

    Merci pour le partage de ces jolis souvenirs racontés de façon si talentueuse.

    Et merci pour les bonnes nouvelles du p’tiot Kewan.

     

    ***

    Bizzzouzzzz et belle nuit****

     

    ps: tu as encore quelques jours pour mettre tes papillons à l’honneur. Il suffit de cliquer sur  « ad your link » en dessous des petites vignettes, et ensuite tu mets ton nom et tu fais un
    copier/coller de l’adresse URL de ton billet et le tour est joué. Si tu rencontrais des difficultés, fais-le moi savoir et je t’aiderai;o)

    Re-bizzzouzzzz.

    J’aime

  28. Merci Sabine de ton passage avec « le Pèlerin de Compostelle », je ne sais pas si tu avais visionné la 1ere partie qui est de quelques jours avant … il m’émeut ce Pèlerin, c’est en
    plus une oeuvre formidable, quel travail et beau, je ne me lassais pas de le photographier, j’y reviendrai quand il fera un beau soleil, c’est à 10 km de chez moi et le parc sera plus beau aussi
    ! je t’embrasse et je viens de revisionner avec grand plaisir ton si tendre billet ! 

    J’aime

  29. Bonjour ma
    Sabine

    C’est extraordinaire, que
    ces personnes si âgées fassent ces métiers artisanaux

    Quel reportage, je t’envie
    d’être allée là-bas

    Je te souhaite ma puce une
    bonne journée

    Gros bisous  

    Méline

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :