Petite Lou aux aguets

 

(Avant de m’écouter vous lire ce poème,

prenez soin d’éteindre le lecteur du blog, sur la colonne de droite,

afin d’éviter toute cacophonie).

 

 

 

Petite Lou aux aguets 

 

 

Petite Lou est fatiguée

Contre l’arbre de ses rêves

S’est effondrée !

Elle court, elle court

Dès le lever du jour

Sans jamais s’arrêter.

Du haut de ses trois ans,

N’a pas le temps de penser,

Doit tout enregistrer …

Seuls, sur sa chevelure

Croustillante comme le blé, 

Ses petits palmiers si amusants

Peuvent jouer avec le vent

Et lui faire des pied de nez.

Aujourd’hui, c’est mercredi …

De ses jambes encore trop courtes,

Trop fines,

Elle file, elle file

Comme elle peut

Pour rattraper maman,

Les bras chargés de paquets,

Qui court qui court

Loin, si loin devant elle !

Elle aimerait tant se poser

Comme ce joli pigeon sur le trottoir.

Elle le regarde,

Ivre d’envie

« Maman maman

Donne-moi du pain pour lui ! »

Maix une voix en colère lui dit,

Toujours au loin, à l’infini,

« Allez, allez, dépêche-toi ! »

 Un matin, à l’école,

Elle a beaucoup pleuré …

Elle n’avait pas su bien fixer

Son manteau au crochet,

Ni même repéré le bon

Là où était inscrit son prénom.

Aussitôt,

Elle a entendu une voix

Lui crier avec dédain

« Mais, qu’est-ce qu’on va faire de toi ! »

 

Un jour,

Rien qu’un jour elle voudrait

Pouvoir être aux aguets,

Comme la grenouille se cacher

Derrière des roseaux

Et attendre …

Aller parler au loup

Au renard

Ou à l’épervier

Qui, sûrement,

Sauraient la comprendre.

Car

Tout au fond d’elle,

Il est un palais

Fait de poésie et de silence

Dont, pour l’heure,

Elle est bien la seule à s’éprendre !

 


Sabine.

 

 

 

A tous les enfants de ce vingt-et-unième siècle,

que l’on entraîne dans notre course folle contre le
temps, 

en oubliant, tout simplement,

qu’ils ne sont 

que des enfants !

 

(Certains de ces comportements,

certaines de ces réflexions,

je les ai vus et entendues …)     

 

 

———————–

 

 

 

P1040126--Copier-.jpg

 

 

Je devais vous offrir cette page ce matin, mais, entre temps, il a fallu que j’amène notre petite chatte
« Lou » au vétérinaire en urgence.

Elle y est encore et pour le week end, sous perfusion !

D’après les diverses analyses, elle aurait été empoisonnée aux anti-limaces.

 

Oui, elle s’appelle « Lou » aussi, et bien que n’ayant rien à voir avec ce poème…

Drôle de coïncidence, n’est-ce pas ?

 

 

——-

 

 

Aux toutes dernières nouvelles, ce ne serait pas une intoxication mais un genre de « céphalite
bactérienne »

L’état de Lou s’aggrave depuis hier, en dépit des soins intensifs et des perfusions ……..

Nous gardons malgré tout espoir jusqu’au bout !

 

 

————

 

 

Petite Lou s’est envolée vers les anges cette nuit…

ce 26 novembre.

(J’ai écrit ce poème, qui porte sans le vouloir le même prénom, juste avant de la découvrir malade

A croire qu’il devait être écrit, là, en simple résonnance avec sa mémoire !)

 

Nous venons également de retrouver son frère « Bambou », disparu depuis hier, dans un état semi-agonisant
il y a une heure. Il vient de rejoindre sa soeur vers les anges à l’instant …

Tous deux étaient inséparables. Lorsque Lou est partie en clinique, elle portait sur l’oreille les
empreintes de têtée de son frère, qui avait pris l’habitude de lui sucer l’oreille !

Le microbe se serait-il propagé ainsi ?

Nous n’en savons encore rien. Nous amenons Bambou chez le vétérinaire qui va procéder à une analyse
supplémentaire au Laboratoire de la Rochelle…

 

Pour l’instant, notre rescapé « Noé » est en vie et paraît en bonne santé …

Inch allah !

 

51 réflexions sur « Petite Lou aux aguets »

  1. Je pense à cette chatte …Pire que le loup, les poisons que l’être humain sème dans les jardins…Donne-nous des nouvelles quand tu sauras. La vie est si fragile…et l’espérance est
    grande !

    J’ai réussi à couper la musique pour écouter ta voix de source vive ….

    Je t’embrasse chère Sabine

    J’aime

  2. Bonsoir chère Sabine ; tu vois que ça fonctionne bien !

    Très belle dédicace pour ce beau moment ; que fait-on des enfants en ce monde , ici , oui oui , tu le sais , toi , et ailleurs !

    Je recopie ma réponse à ton mail ( en partie , lol ! )

     » Bravo et merci pour cette jolie histoire , très mignonne , et tellement
    vraie.J’adore ta voix , elle est si douce.Merci aussi pour ta confiance !J’ai écrit un petit com signé de moi . »

    Plein plein de bisous ***************************

    J’aime

  3. Ah ta voix !!! en t’écoutant dire ce joli poème, je m’imaginais le disant avec mon accent un peu chantant de la gironde… j’espère que le petit chat va s’en sortir ! je t’embrasse de
    bon matin chère Sabine, merci pour tes lignes si douces pour mon anniversaire … que le temps passe vite maintenant …! bisous en ce dimanche !

    J’aime

  4. Bonne nouvelle alors de la petite chatte chère Sabine…

    Mon enfance fut beaucoup bousculée et par le monde adulte et aussi par des enfants …J’ai su garder le silence, car malheur à moi le jour où j’ai risqué de dire ce qui s’était passée, ce ne sont
    pas les petites camarades qui subirent ce que moi l’on m’infligea. Justice n’étant pas de ce monde. Mais ça forge le caractère ).

    Je t’embrasse, bon dimanche d’Automne.

    J’aime

  5. Bonjour Sabine,

    Je viens de lire et d’écouter la lecture de ton poème et même si je ne suis ni père ni grand-père je trouve ce poème très beau et dans bien des cas il y a pas mal de vrai dans ce poème.

    Bonne journée et bon week-end.

    Amicalement Paulo.

    Gros bisous.

    J’aime

  6. Bonjour Sabine

    Tous ces poisons que l’ont met dans les jardins alors que l’on peut faire avec des produits naturels et sans danger!J’espère que petite Lou va s’en sortir.Bon courage.Gros bisous.Aimée

    J’aime

  7. En lisant et surtout en t’écoutant j’ai des frissons et  je pense à tous ces enfants à qui la vie n’ a pas donné la chance d’être bien née. A la petite fille  que  nous avons eu à
    la maison pendant quelques années, née comme ça et pas aimé….

    A une jeune femme très chère à mon coeur, tu sais de qui je parle, qui a eu ce genre de réflexions et bien d’autres (regarde comme tu es grosse, qu’est ce qui m’a donné une fille pareille) et
    j’en passe.

    Je pense à tous les enfants des écoles à qui un jour leur maman celle qui est pour nous « Notre Maman » a dit ce genre de paroles ou a fait ce genre de réflexion. Combien ont pu se construire? Et
    surtout comment? 

    Même si beaucoup ne viendront pas te lire je trouve que en ce dimanche matin c’est un beau texte qui peut donner la main à la journée (contre la violence faîtes aux femmes) . Hier elles étaient
    aussi des enfants et souvent les enfants battues ou à qui l’on a pas donner des mots d’amour sont aujourd’hui des femmes mal dans leur peau voir, pire, battues.

    Ta voix est celle d’une conteuse, à chaque fois que je t ‘écoute je pense même si les histoires sont différentes, à Pierre et le loup, tu mets l’intonation de voix au moment ou il faut et quelque
    soit ce que tu nous dis on est transporté, ici je l’avoue malgré que ta voix soit belle on est transporté vers les premiiers chagrins d’enfants qui ne comprennent pas ces mots qu’on leur jette en
    pâture.

     

    Bisous ma Sabine, merci de faire réfléchir nos consciences.

     

    Beau dimanche

     

    EvaJoe

    J’aime

  8. Où est le temps où notre maman était toujours présente et pas pressée,qui prenait le temps de nous apprendre et d’observer tant de choses….Les enfants d’aujourd’hui n’ont plus le temps de rêver
    entre la nounou,l’école ,les activités du mercredi et du samedi…..Pauvres gosses bousculés!!!!Je te fais de grooooos bisous.Aimée

    J’aime

  9. Sabine,

    Je n’ai pas oublié ton petit chat mais je pense qu’il va s’en sortir, mais il faudrait que tes voisins mettent du marc de café, si ce sont tes voisins…. Cela tue très bien les limaces et cela
    ne fait de mal qu’à elles. 

    Belle journée et bisous au trio des pèlerins fous

     

    EvaJoe

    J’aime

  10. Chère Sabine…Etrange…une méningite ?

    ( autre contexte : mon père enfant avait été atteint de ce mal , condamné à mourir…par les médecins impuissants. Il s’en est tiré par des soins archaïques …après 10jours de coma. Son
    père avait fait appel à ce qu’on appelait une guérisseuse.)

    Toujours dur…de pareils moments. L’attent interminable et l’angoisse mêlée …

    J’aime

  11. la maladie e ce siècle nous la transmettons à nos enfants.

    et nous ne pensons pas aux conséquences et le stress que déjà touts petits nous contastons sur leur organisme.

     

    Bisous Sabine merci pour ta sagesse et ce constat que tu fais.

     

    J’aime

  12. Pauvre petite Lou ! (La chatte… ) Justement nous venons d’apprendre que cet été dans le quartier deux gros chiens ont été empoisonnés (dans des maisons différentes), par de la mot-aux rats (ils
    sont morts tous les deux) : les propriétaires n’ont pas porté plainte mais cela nous a paru suspect et on était toutes retournées.

    Quant à ton poème, c’est un délice ! Cela me rappelle ma petite fille, Minéa, qui a aussi trois ans, et même des souvenirs d’enfance… Tu nous montres cela de l’intérieur, et c’est d’une telle
    vérité ! Mais oui, quand pourrons-nous offrir aux enfants une vie décrispée, sans ce stress perpétuel  que nous impose une société basée sur la performance et sur la concurrence !

    Bisous, Sabine.

     

    J’aime

  13. bonsoir Sabine,

    J’ai écouté ta voix avec grand plaisir tout en lisant ton texte, il est vrai que nous ne voyons pas que ces petits bouts de chou, sont aussi petits!

    pour eux, c’est énorme tout ce qu’on leur demande, c’est un grznd changement dans leur vie, te ce, dès la naissance, tu as raison de préciser qu’à notre siècle, rien ne leur permet d’être  » zen »

    je le constate avec mes petits enfants, j’ai mal pour eux!!!!

    comment fabriquer des enfants malades ou instables etc….la réponse est là!

    Ils sont fatigués, ne résistent plus aux microbes et pourtant il faut continuer au même rythme ..

    Ah, si je pouvais les aider, mais moi, je suis « malade » et n’y peux rien, à mon grand regret..

    Allez, je vais te laisser sur ces mots, puis te remercier de tes passages si gentils sur mes pages, je t’embrasse bien aicalement, une pensée pour ce chaton, aussi..

    Mamoune

    J’aime

  14. Ta voix est si douce et ta réflexion pleine de délicatesse. Les trois premières années de notre vie ne devraient être que découverte tranquille du monde, que douceur, joie de vivre, éveil de tous
    les sens…mais il y a tant d’adultes pressés et insatisfaits que la petite enfance est malmenée, soyons à la hauteur de ces petits bouts plein de sagesse.

    Pour ton petit chaton il a la chance d’être un petit animal il pourra partir tranquille sans acharnement, laisser faire la vie.

    Bisou Sabine et merci pour ta confiance.

    (je me suis inscrite à tes news)  Jamadrou

    J’aime

  15. Juste quelques mots pour dire à la petite Lou et à tous les enfants de son âge que le palais, oui, il existe. Je le sais, j’y vis et les invite tous à y entrer.

     

    Hélène*

    une pensée magique pour Lou-chat afin que sa santé retrouve l’harmonie.

    J’aime

  16. et oui, trop vite le monde pour les enfants trop vite pour qu’ils s’épanouissent comme des fleurs trop arrosées, des fleurs de serre

    plein de bisous pour le petit chat …. toujours triste de les voir malade

    bises 

    J’aime

  17. Coucou Sabine !

    Merci de m’avoir prévenue de la parution de ton poème et de l’enregistrement que tu as fait de cette superbe poésie . Je te rejoins dans ton analyse … les petits n’ont plus le loisir de
    s’ennuyer et de rêver . Tout leur est imposé, ils doivent suivre le rythme et les désirs des adultes qui choisissent à leur place une montagne d’activités qui les fatigue, les remplit, et les
    éloigne de leurs propres attentes, de leur appétit de création , de leur pouvoir imaginaire .

    J’aime observer mes petits loups lorsqu’avec trois fois rien ils construisent leur univers de jeu …ils s’isolent, s’installent dans une bulle peuplée de pirates ou de chevaliers et de
    princesses pour réécrire des contes qu’on leur a lus où se mèlent tous les genres et tous les scénarios ! construisent des cabanes de fortune pour abriter leurs rêves les plus fous !

    « on dirait que … » oui, tout est permis !

    Alors, ne les abîmons pas, ne leur volons pas leurs étincelles et leurs paillettes ! car plus tard, elles leur manqueront cruellement pour faire face aux difficultés qui ne manqueront pas de
    semer des embûches sur leur chemin . Plus ils sauront puiser au fond d’eux leur capacité à rebondir, plus ils sauront développer leurs forces vives .

    Merci Sabine pour ce beau thème !

    Ta petite chatte saura peut-être elle aussi résister à cette vilaine maladie pour peu qu’elle ait appris déjà à s’immuniser …

    Je t’embrasse très fort … j’attends des nouvelles …

    Plume .

     

    J’aime

  18. Je me revois enfant  en écoutant ce poème , combien de fois ai-je entendu les adultes me parler ainsi 

    Il faut laisser les enfants rêver pour qu’ils deviennent des hommes et certains il leurs faut beaucoup plus de temps

    Merveilleuse plume et douce voix

    Je réécoute……

    Bon et doux Lundi Sabine

    Bisous

    timilo

    J’aime

  19. Je pourrai parler de ce poème qui est très beau, et de cet air du temps livré à la vitesse à laquelle je refuse de m’adapter mais je pense plutot à ta petite chatte qui livre bataille…. belle
    journée malgré tout Sabine

    J’aime

  20. J’ai l’impression d’avoir déjà vécu ça et il est bien vrai que les enfants actuels n’ont plus le temps d’être des enfants. Je fais une prière pour la petite Lou. Bises à vous

    J’aime

  21. Très belle poésie !

    Comment ne pas y retrouver notre propre enfance en tout cas pour ceux qui rêvaient d’histoires qui bien sûr ne sont jamais réelles, mais……. qui aident tant à grandir.

    Notre époque actuelle ne laisse plus aux enfants le temps de folâtrer dans les près et forêts, mais peut-être rêvent-ils eux aussi, biens sûr pas dans les près et forêts comme nous, mais à leur
    façon. Mais leur laissons-nous le temps de rêver ?

    Comment va Lou ? Beaucoup de caresses. Et courage à vous trois.

    Grosses bises à tous.

     

    J’aime

  22. On égare nos enfants dans nos courses folles alors qu’ils ont tant besoin comme le dit Colette Nys Mazure « d’heures immobiles » et d’espaces libres où il fait bon rêver et jouer et même
    s’ennuyer…Un enfant m’a dit un jour: »j’aime me z’ennuyer » ne me « déz’ennuie pas »…

    J’adore ta petite Lou …ton poème est vraiment très émouvant…Chaque parent et enseignant devrait le lire…

    Désolée pour ton petit chat…

    J’aime

  23. Si les adultes prenaient conscience que de simples paroles dites aux enfants peuvent les blesser et entamer la confiance en eux et ce durant une partie de leur vie, il réfléchiraient à deux fois
    avant de les prononcer…

    … On en sort jamais indemne.

     

    Ton texte énoncer par ta voix ma touché.

     

    Philippe. 

    J’aime

  24. Bonjour ma douce Sabine

    Ta voix m’a fait frémir à la lecture de ce magnifique poême et la suite m’a fait pleurer, j’ai pensé que ta petite Lou etait allée rejoindre ma merveilleuse petite samba au jardin des animaix et
    j’ai pensé à la peine que tu devais ressentir, je sais que les mots ne veulent rien dire dans ces moments là mais du fond du coeur je pense à toi et je suis près de toi

    Tiens moi au courant de la santé de Bambou, je souhaite qu’il s’en sorte

    Envers et contre tout ma puce je te souhaite de passer des moments pas trop difficiles

    Je t’embrasse très fort

    Méline

     

     

    J’aime

  25. Chère  sabine  , je  suis  vraiment  désolée  d’apprendre  de  si tristes  nouvelles  , la  perte  de  nos  petits 
    compagnons  est  toujours  une  grande  tristesse ! J’espère  de  tout  coeur  que  votre  petit  Noé  ne  sera 
    pas  touché  par  cette  horrible  maladie  !

    Ton poème  est  si beau , si touchant  , si vrai …nous  avons  un petit  chéri de  4 ans  et  notre  petite  fille  qui marche 
    depuis  la  semaine  dernière  , alors  évidemment je  suis  très sensible  au contenu de  ton poème  ! Merci de  tout 
    coeur  , et  bon courage ! Je  t’embrasse  bien amicalement !

    J’aime

  26. Aux paradis des chats mon beau Oscar va s’occuper de ses deux petits bouts de chou. Lui a été assassiné par un fou (conducteur) C’était la crème des chats, et surtout il était beau comme des deux
    petits chatons que j’aimais tant regarder dans tes photos. Faîtes attention au dernier bébé. Et quand aux autres il serait plus prudent de savoir exactement ce qui s’est passé.

    Je pense à vous très fort.

     

    Bisous

     

    EvaJoe

    J’aime

  27. Bonsoir Sabine,

    Mes pensées t’accompagnent en imaginant « Lou ». Mon frère a également « perdu » son chat de 12 ans « Enzo »…

    Je reviens à ton poème qui exprime toute l’attention et la compréhension que tu as à l’égard des enfants. J’ignore si tu as exercée un métier de pédagogie mais je suis très sensible à ton
    langage. 

    J’espère que tu m’excuseras de mon grand retard sur mes commentaires. Lorsque j’aurais répondu à tout le monde. Je pense prendre une pause en décembre. Bisous. Suzâme

    J’aime

  28. Comme il est beau ce poème! Les enfants n’ont plus le TEMPS de vivre, il faut toujours qu’ils courent pour manger, pour se préparer, pour écouter…et ils n’ont même plus le temps de jouer car,
    pour être dans l’air du temps, ils « doivent » faire des activités à l’extérieur de la maison.

    Je suis triste pour toi au sujet de tes chats et je sais que cela représente un grand vide. Le notre est mort au mois de Juin et ils nous arrivent plus ou moins de le chercher. En plus tu en as
    perdu deux.

    Mon blog marche un epu ralenti mais je te remercie de tes passages.
    Bisous de nous deux

    Yveline

    J’aime

  29. Des anges s’ajoutent à la peinture du ciel! Il y a beaucoup plus d’anges là-haut que d’êtres vivants sur Terre, c’est normal ici l’espace est quand même bien restreint. Et il faut beaucoup
    d’anges pour soutenir un seul être sur le chemin.

     

    Hélène*

    J’aime

  30. On ne reçoit que de l’amour chez toi.. c’est tellement chaleureux et amical que j’aimerais un jour aller avec toi marcher sur un chemin et t’entendre me dire des mots si doux ceux  » qui
    détournent la pluie en rires »

    Merci beaucoup pour tout.. et ton passage chez moi.. et tes coms si doux à lire!

    Bonne soirée et au plaisir de pouvoir se lire encore

    Jeanne

    J’aime

  31. Que c’est trite et dure quesqu’on les aimes et quand on les perds c’est horrible ça me rapel mon fils il habite en bretagne et a perdue la maman et le bébé aprés avoir vue les voisins dans le
    village tous les chats on disparue douce soirée je rajoute ton inspiration bisous evy

    J’aime

  32. Tout d’abord , je suis très triste de la disparition des deux petits chats . Ils sont partis ensemble comme ils ont vécus.

    Ton poème est superbe et émouvant et tu le dis si bien .Combien de petits enfants sont incompris et malmenés. C’est dommage et regrettable que l’adulte agisse ainsi et parle sans réfléchir.

    J’espère que le petit rescapé va bien et ne présente aucun signe de souffrance.

    Je suis désolée d’écrire si tard , mais je ne reçois plus rien , ni articles, ni coms!

    Douce soirée, bises Sabine

    J’aime

  33. C’est tellement vrai Sabine, nous sommes dans un monde devenu fou. Je lisais justement ce week-end un chapitre sur Le Temps et son non-respect mais ce n’est pas la première fois que je fais ce
    genre de lecture et me rends compte par moi-même que le monde court toujours après quelque chose, que si on n’est pas dans les rythmes déjantés, on nous prend pour des demeurés. C’est l’avénement
    de l’ère industrielle qui a amené – avec le progrès – les rythmes contre nature que nous connaissons aujourd’hui et dont pas seulement les enfants souffrent terriblement. Frénésie, frénésie. Une
    nouvelle forme de pouvoir pour faire tomber les moins robustes. C’est l’Etre que je suis qui t’écrit, la Femme, la maman, l’artiste aussi (qui n’a même plus le temps de se laisser aller à son
    inspiration et à sa rêverie cause boulot), et surtout pas l’enseignante car c’est un métier de passage dans ma vie. Trop souvent, les élèves que j’ai (pas des petits mignons de l’école primaire)
    sont déjà complétement formatés et standardisés et c’est moi qui ai du mal à m’adapter à leur manque de fantaisie et de rêve. Bises Sabine.

    J’aime

  34. Je suis vraiment navrée pour ta ravissante petite Lou, quelle tristesse…

    Quand aux enfants que la vie des plus grands bouscule, j’ai un peu connu cela enfant, bien que la vie était bien moins trépidante mais l’époque était compliquée, troisième fille j’étais toujours
    ailleurs alors je me faisais bousculer et je ne comprenais pas grand chose à ce qui m’entourait avec une soeur plus grande d’un an qui savait tout et était de plein pied dans l’instant, comme
    quoi on peut être élevées comme des jumelles et être si différentes ! Ton texte est magnifique car je sais il y a plus grave que ce que j’ai connu tout de même ! Gros bisous dame de coeur !

    Marine

    J’aime

  35. je lisais ce magnifique poème et je suis allée au delà et j’ai lu  pauvre petits mais ils ont été heureux avec toi et ne sont pas partis seuls ..je sais ce que c’est que de perdre un
    animal que l’on aime ….je pense très fort à toi  je t’embrasse si tu veux bien 

    J’aime

  36. Coucou Ma Douce Soeur de Fleurs !!! Sourire

    Ta voix qui sublime comme toujours, tes tendres mots, est aujourd’hui accompagnée par une inspiration prémonition… « Hommage avant l’Orage »… Sourire Soupir

    Mes plus douces & tendres condoléances Doux Amis Endeuillés………Tendresse

    ***Douce Paix à ses Deux Tendres Âmes***

    J’espère que tout ira bien… MAINTENANT !!! Sourire Espoir

    Je suis bouleversée Ma Tendre Copîne….. Aprés Dame Hélène (J’espère que tu ne recevras pas « une triple peine comme elle, au travers d’un malencontreux commentaires sans tact et sans
    diplomatie… Sourire GRAND Espoir)… c’est un autre triste sort qui s’est emparé de vos doux Minous… mais la peine & la tristesse que je ressens pour Vous & pour vos douce âmes à
    quatre pattes, sont bel et bien « réelles et sincères »…………

    Je vous envoie toutes mes plus douces pensées amicales… Sourire BIG tendresse

    Mille millions de milliards de tonnes de très très tendres Bisoudoux

    ***Tincky***

    J’aime

  37. Chère Sabine, j’ai écouté avec beaucoup d’émotion. Tu racontes à merveille. Comme je partage tout ce qui est dit là ! Les adultes ne laissent pas vivre les enfants, ils les bousculent sans arrêt,
    leur imposent des emplois du temps dont aucune grande personne ne voudrait, et l’on s’étonne ensuite qu’ils soient distraits, aient envie de jouer… L’enfant est une personne, une vraie
    personne, pas une page blanche ! La société n’a pas encore compris cela. Pourquoi ces programmes scolaires surchargés, alors qu’il y a le temps pour les études ? Après quoi court-on ? Est-il
    nécessaire de transmettre aux jeunes notre stress et nos frustrations ?

    Je suis bien triste pour tes petits chats, et j’espère que ton petit dernier va s’en sortir.

    Bisous

    Alain

    J’aime

  38. Bonsoir ma douce Sabine

    Comment vazs-tu ? et Noé comment il va

    J’ai bien pensé à toi et par voie de conséquence à ma Samba et je comprends ta peine

    Je suis avec toi ma puce, hélas, je suis loin et je ne peux rien faire

    Je te siouhaite cependant une douce soirée

    Gros bisous et caresses à Noé

    Méline

     

     

     

    J’aime

  39. j’ai beaucoup de peine pour tes petits chatons…j’imagine facilement votre peine…courage …

    . j’ai beaucoup aimé ton poème et cela m’a rappelé certains souvenirs ….laissons les enfants vivre leur enfance, c,est un moment si précieux – on entend
    souvent dire « ils grandissent tropvite! »alors prenons le temps de les regarder grandir …quant aux jugements qui figent l’enfant dans telle ou telle attitude je ne sais pas si ceux qui parfois
    les disent en réalisent toute la portée!!!

    J’aime

  40. Tu as une très belle voix féminine et maternelle, Sabine, et les petits enfants doivent rêver en t’écoutant ! ta petite Lou doit être bien triste et se demander dans quel paradis sont partis les
    petits chats…Les enfants ont autant de mal à comprendre la mort des êtres chers que la vie folle que de pauvres parents sont obligés inconsciemment de leur faire mener… Je me sens encore
    coupable d’avoir stréssé mon fils quand il était petit car il était lent le matin pour se préparer à l’école… maintenant que je suis grand-mère, j’essaye d’offrir à mon petit fils pendant les
    vacances des moments de calme dont il a besoin . Ton poème aborde un grand sujet de société : tuer l’enfance le plus vite possible pour transformer l’être humain en futur rouage … Mais
    l’enfance qui vient du monde de la lumière, cette étincelle que nous avons en nous ne peut pas mourir, elle se tait pendant de nombreuses années jusqu’au jour où elle sort de terre pour donner
    une belle fleur ; la nature est faite de patience ! je te souhaite une belle journée et je t’embrasse

    Blanche

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :