Il était deux amis …

 

 

Pour la communauté des « Passeurs de mots » dont le thème du mois nous pose une question exaltante, à savoir :

« Que nous inspire cette photo, offerte par notre amie Soledad » ?

 

 

 

 

 

Je vous propose deux chemins pour aller à la rencontre de mon inspiration …

 

Celle de l’écoute, bercée par ma voix,  vous réchauffant peut-être au coin d’un feu

 

 

 

(Prenez bien soin d’éteindre le lecteur du blog, afin d’éviter toute cacophonie !)

 

 

   

Ou celle de la lecture, avec un chat ronronnant sur vos genoux ….!

 

OU

peut-être les deux, ce serait encore mieux !

On peut en créer des chemins,

tant qu’on veut !!!

 

 

Il était deux amis

 

Voici une barque

sans rame ni couleur,

dont les mots s’émiettent

dans le gris de la terre,

Apeurés

par le silence de l’eau,

Etouffés

sous l’âpreté des pierres !

Et voici un arbre

sans feuille ni oiseau,

danseur au dos cassé,

aux membres devenus frêles,

Ne le portant plus vers le haut !

 

Sur l’un l’autre ils veillent,

joignant leur pauvreté,

leurs faims, leurs rêves,

leurs douleurs !

Ensemble

ils regardent la mer,

aspirant en secret

à un miracle, un sauveur …

Et nous voilà arrivant, 

nous,

 passeurs de mots,

sur notre fringant radeau

en bois de frisson,

recouvrant leurs bleus

d’un manteau de velours

en fibre de lumière

et de grand merveilleux !

Et puis voici mes mots

qui donnent sans compter,

simplement inspirés

par le tempo du coeur …

 

Dès lors emportés,

par les voiles de notre ardeur,

ils comprennent soudainement

à quel point

l’amitié vraie,

celle scellée dans la misère

et la force du temps,

pouvait mener loin,

si loin,

vers des rivages inespérés,

tendrement prodigieux !

 

Alors,

il s’est mis à pleuvoir

dans leurs yeux

des pétales de fleurs …

Retournez donc vous promener

sur l’image,

et vous y trouverez,

en hommage,

des bouquets de bonheur !

 

Sabine.

 

 

Mais,  j’y pense, vous n’avez peut-être ni feu ni chat ?

Si c’est le cas,  je vous les prête pour quelques heures ….

 

P1090240 (Copier)P1090291 (Copier) 

 

 

84 réflexions sur « Il était deux amis … »

  1. J’ai aimé lire et écouter ta voix…
    Bravo , je reviendrai te commenter car j’attends mon fils pour aller taquiner la truite dans la rivière juste à côté, c’est l’ouverture…
    Bon et doux Samedi SABINE
    Bisous
    timilo

    J’aime

  2. J’ai aimé lire et écouter ta voix…
    Bravo , je reviendrai te commenter car j’attends mon fils pour aller taquiner la truite dans la rivière juste à côté, c’est l’ouverture…
    Bon et doux Samedi SABINE
    Bisous
    timilo

    J’aime

  3. Ma tendre Sabine … Avant de t’écouter ( quand la maison se réveillera, je te lis en silence pour le moment dans le lever du jour et ô quel jour puisque le soleil l’oiseau la fraîcheur les couleurs du ciel au petit lever seul oeil nous donnent déjà la joie de vivre ) je te lis pour mon bonheur … Je saisis tes mots, comme tu le sais, comme tu sens les miens. Je profite pour te remercier, car je sais ta spontanéité, ta sensibilité et je suis honorée que tu me confondes avec un autre poète … ( je suis plutôt d’accord, sourire ) tu es une perle d’Haut et je rends grâce aussi aile et à l’oiseau-branche qui se sont posés sur ma main, rejoignant les chemins de nos coeurs …

    Je t’embrasse bien fleur et bien printemps

    J’aime

  4. Ma tendre Sabine … Avant de t’écouter ( quand la maison se réveillera, je te lis en silence pour le moment dans le lever du jour et ô quel jour puisque le soleil l’oiseau la fraîcheur les couleurs du ciel au petit lever seul oeil nous donnent déjà la joie de vivre ) je te lis pour mon bonheur … Je saisis tes mots, comme tu le sais, comme tu sens les miens. Je profite pour te remercier, car je sais ta spontanéité, ta sensibilité et je suis honorée que tu me confondes avec un autre poète … ( je suis plutôt d’accord, sourire ) tu es une perle d’Haut et je rends grâce aussi aile et à l’oiseau-branche qui se sont posés sur ma main, rejoignant les chemins de nos coeurs …

    Je t’embrasse bien fleur et bien printemps

    J’aime

  5. Chère Sabine,
    Lors de ma dernière visite chez toi, j’étais tellement resté sous le charme de tes mots que j’avais oublié de te rendre ton feu et ton chat empruntés pour la circonstance. Je viens réparer ce matin. Rassure-toi, j’en ai bien pris soin, d’ailleurs je vois qu’ils ont repris leur place favorite.
    Merci et gros bisous ensoleillés de nous deux
    Alain

    J’aime

  6. Chère Sabine,
    Lors de ma dernière visite chez toi, j’étais tellement resté sous le charme de tes mots que j’avais oublié de te rendre ton feu et ton chat empruntés pour la circonstance. Je viens réparer ce matin. Rassure-toi, j’en ai bien pris soin, d’ailleurs je vois qu’ils ont repris leur place favorite.
    Merci et gros bisous ensoleillés de nous deux
    Alain

    J’aime

  7. Je suis tout imprégnée de ta voix et tes mots glissent jusqu’à mon coeur, comme la barque qui reprend la mer, comme l’arbre qui écoute soudain chanter la nature en son vieux corps craquelé. Chère Sabine, tes mots trouvent le chemin qui mène à la tendresse, à la compréhension, à l’indulgence, à l’amour du prochain, à la délicatesse des choses, au frisson de l’herbe et à la pudeur des pétales à peines éclos. T’écouter, t’entendre ou te lire apaisent les fatigues et les inquiétudes. Tu nous mènes sur la voie de l’espérance.

    Sens-tu comme je te remercie profondément? Si profondément!

    Lorraine

    J’aime

  8. Je suis tout imprégnée de ta voix et tes mots glissent jusqu’à mon coeur, comme la barque qui reprend la mer, comme l’arbre qui écoute soudain chanter la nature en son vieux corps craquelé. Chère Sabine, tes mots trouvent le chemin qui mène à la tendresse, à la compréhension, à l’indulgence, à l’amour du prochain, à la délicatesse des choses, au frisson de l’herbe et à la pudeur des pétales à peines éclos. T’écouter, t’entendre ou te lire apaisent les fatigues et les inquiétudes. Tu nous mènes sur la voie de l’espérance.

    Sens-tu comme je te remercie profondément? Si profondément!

    Lorraine

    J’aime

  9. Mais tu sais Sabine, point besoin de cheminée, ni de chat, seul le son de ta voix réchauffe.
    Je me suis laissez bercer telle la barque par le clapotis de tes doux mots.

    Bises.

    Philippe.

    J’aime

  10. Mais tu sais Sabine, point besoin de cheminée, ni de chat, seul le son de ta voix réchauffe.
    Je me suis laissez bercer telle la barque par le clapotis de tes doux mots.

    Bises.

    Philippe.

    J’aime

  11. L’onde avance a capricio, le clapotis des vagues se font dolcissimo pour laisser ta voix venir à nous con anima et nous conter ces mots musicalement merveilleux. Sur terre comme sur mer tu es ma chère Sabine notre balise des mots voyageurs.
    Je t’embrasse con délicatezza

    Ton burlando Bohémien

    J’aime

  12. L’onde avance a capricio, le clapotis des vagues se font dolcissimo pour laisser ta voix venir à nous con anima et nous conter ces mots musicalement merveilleux. Sur terre comme sur mer tu es ma chère Sabine notre balise des mots voyageurs.
    Je t’embrasse con délicatezza

    Ton burlando Bohémien

    J’aime

  13. Bonsoir Sabine,

    je viens de t’écouter une seconde fois. Ta voix est très agréable. Ton poème était bien joli mais en t’écoutant, on le redécouvre . Ta voix y ajoute un charme de plus s’il en était besoin.
    Merci et bravo. Tu as bien servi ce joli thème
    Bises
    Martine

    J’aime

  14. Bonsoir Sabine,

    je viens de t’écouter une seconde fois. Ta voix est très agréable. Ton poème était bien joli mais en t’écoutant, on le redécouvre . Ta voix y ajoute un charme de plus s’il en était besoin.
    Merci et bravo. Tu as bien servi ce joli thème
    Bises
    Martine

    J’aime

  15. Chut! Je sais tu vas me gronder ,je ne suis pas couchée, mais dès mes derniers mots déposés chez toi j’irai et cela je te le promet. Je sens le sommeil me gagner. J’irai bien me pelotonner avec ton chat, je pense qu’il me laisserait une place, oh là je te vois rire ma chipie…

    Bon tant pis je me contente de t’écouter, de cette manière le chat peut dormir..C’est grisant de t’entendre, même que j’aimerais bien qu’un jour nous puissions faire une soirée conte et que tu nous raconterais avec ta voix aux intonations merveilleuses une histoire de notre crû!

    Hum! Le rêve à portée de la main, qui sait?

    Dans la douce nuit t’entendre est un pur bonheur, je reconnais chacun de tes mots, ton souffle, tout je suis près de toi et je me laisse porter par ta voix et je m’imprègne de tes mots…Oulà je sens comme une mélancolie m’envahir, c’est parce qu’à la fois tu es proche de moi et si loin…Quel dommage de ne pas être à une encablure, mais non je rêve, que vais-je m’imaginer? Vraiment cette nuit je sens que tu me manques. T’écouter fait surgir les belles choses du passé, les moments intenses que nous avons vécu…

    Je ne sais pas pourquoi, je nous revois vers les fontaines où nous étions allés chez toi, lorsque nous admirions les belles roses trémières, je nous revois marchant à l’île d’Aix. Quels beaux moments nous avons partagés.

    Et voilà ton texte est finis et je me suis attardée à t’écouter et à chaque fois je nous revois, je te vois photographiant dans le champs les cigognes.

    Il faut que je m’arrête sinon je ne vais pas aller dormir.

    Douce et belle nuit

    Gros bisous ma soeurette à moi

    Ton EvaJoe

    J’aime

  16. Chut! Je sais tu vas me gronder ,je ne suis pas couchée, mais dès mes derniers mots déposés chez toi j’irai et cela je te le promet. Je sens le sommeil me gagner. J’irai bien me pelotonner avec ton chat, je pense qu’il me laisserait une place, oh là je te vois rire ma chipie…

    Bon tant pis je me contente de t’écouter, de cette manière le chat peut dormir..C’est grisant de t’entendre, même que j’aimerais bien qu’un jour nous puissions faire une soirée conte et que tu nous raconterais avec ta voix aux intonations merveilleuses une histoire de notre crû!

    Hum! Le rêve à portée de la main, qui sait?

    Dans la douce nuit t’entendre est un pur bonheur, je reconnais chacun de tes mots, ton souffle, tout je suis près de toi et je me laisse porter par ta voix et je m’imprègne de tes mots…Oulà je sens comme une mélancolie m’envahir, c’est parce qu’à la fois tu es proche de moi et si loin…Quel dommage de ne pas être à une encablure, mais non je rêve, que vais-je m’imaginer? Vraiment cette nuit je sens que tu me manques. T’écouter fait surgir les belles choses du passé, les moments intenses que nous avons vécu…

    Je ne sais pas pourquoi, je nous revois vers les fontaines où nous étions allés chez toi, lorsque nous admirions les belles roses trémières, je nous revois marchant à l’île d’Aix. Quels beaux moments nous avons partagés.

    Et voilà ton texte est finis et je me suis attardée à t’écouter et à chaque fois je nous revois, je te vois photographiant dans le champs les cigognes.

    Il faut que je m’arrête sinon je ne vais pas aller dormir.

    Douce et belle nuit

    Gros bisous ma soeurette à moi

    Ton EvaJoe

    J’aime

  17. Ah si j’étais passé ici avant de venir là bas, là c’est plus que certain que je n’aurais pas jeté mon coeur à la poubelle.
    Penses-tu que je puisse le rattraper pour le passer à la machine, le faire bouillir, pour voir si les couleurs d’origine, peuvent revenir, est-ce qu’on peut ravoir à l’eau de Javel, des sentiments, la blancheur qu’on croyait éternelle, avant…. (paroles d’Alain Souchon)

    En tout cas à te lire et surtout écouter ta voix mélodieuse, je le pense maintenant!!!
    Hélas ma chandelle est morte je n’ai plus de feu , ni plus de chat, mais un chien, je crois que ça peu le faire 😉
    Bisous Sabine et merci pour cette séquence tendresse!!!
    Domi.

    J’aime

  18. Ah si j’étais passé ici avant de venir là bas, là c’est plus que certain que je n’aurais pas jeté mon coeur à la poubelle.
    Penses-tu que je puisse le rattraper pour le passer à la machine, le faire bouillir, pour voir si les couleurs d’origine, peuvent revenir, est-ce qu’on peut ravoir à l’eau de Javel, des sentiments, la blancheur qu’on croyait éternelle, avant…. (paroles d’Alain Souchon)

    En tout cas à te lire et surtout écouter ta voix mélodieuse, je le pense maintenant!!!
    Hélas ma chandelle est morte je n’ai plus de feu , ni plus de chat, mais un chien, je crois que ça peu le faire 😉
    Bisous Sabine et merci pour cette séquence tendresse!!!
    Domi.

    J’aime

  19. Coucou Ma Douce Soeur de Fleurs !!! Sourire
    Comme il est doux et agréable de commencer cette belle journée provençale avec ta jolie voix envoutante au tendre tempo de bons mots… Sourire Ravi
    Bercée par le délicat clapotis de l’eau, j’embarque avec joie et bonheur dans tes belles phrases… Je navigue dans ton unique et sensible inspiration avec la sensation de respirer à « plein Coeur », le doux air iodé de la Pure Amitié… Sourire Enchanté
    Bon, point de chat sur mes genoux mais Mr Bibou dort juste derrière moi, bien enfoui sous la couette !!! Quant à Manzelle Pitoulette, je la vois du coin de l’oeil, elle monte la garde au cas ou, oiseaux, lézards et autres souris pointeraient le bout de leur nez !!! Sourire Félin
    Pour « le feu », la tendre flamme de ma profonde Amitié pour Toi me suffira… Clin d’oeil Tendresse
    Qu’il est bon de revenir me balader dans ton merveilleux Univers Bloguien !!! Intense Sourire
    Mille très tendres Bisoudoux Chaleureux
    ***Tincky, Ta P’tite Soeur de Fleurs***

    J’aime

  20. Coucou Ma Douce Soeur de Fleurs !!! Sourire
    Comme il est doux et agréable de commencer cette belle journée provençale avec ta jolie voix envoutante au tendre tempo de bons mots… Sourire Ravi
    Bercée par le délicat clapotis de l’eau, j’embarque avec joie et bonheur dans tes belles phrases… Je navigue dans ton unique et sensible inspiration avec la sensation de respirer à « plein Coeur », le doux air iodé de la Pure Amitié… Sourire Enchanté
    Bon, point de chat sur mes genoux mais Mr Bibou dort juste derrière moi, bien enfoui sous la couette !!! Quant à Manzelle Pitoulette, je la vois du coin de l’oeil, elle monte la garde au cas ou, oiseaux, lézards et autres souris pointeraient le bout de leur nez !!! Sourire Félin
    Pour « le feu », la tendre flamme de ma profonde Amitié pour Toi me suffira… Clin d’oeil Tendresse
    Qu’il est bon de revenir me balader dans ton merveilleux Univers Bloguien !!! Intense Sourire
    Mille très tendres Bisoudoux Chaleureux
    ***Tincky, Ta P’tite Soeur de Fleurs***

    J’aime

  21. Je t’ai écoutée, je t’ai lue et relue jusqu’à en avoir des frissons devant tant de beauté. Tu es une  » passeuse  » de mots et soudain tout devient possible. Quel bel hymne à l’amitié. Merci pour ce partage. Je reviendrai te lire, t’entendre, c’est certain. Je me suis réchauffée à ton feu et j’ai doucement caressé le chat endormi. je t’embrasse tout fort.

    J’aime

  22. Je t’ai écoutée, je t’ai lue et relue jusqu’à en avoir des frissons devant tant de beauté. Tu es une  » passeuse  » de mots et soudain tout devient possible. Quel bel hymne à l’amitié. Merci pour ce partage. Je reviendrai te lire, t’entendre, c’est certain. Je me suis réchauffée à ton feu et j’ai doucement caressé le chat endormi. je t’embrasse tout fort.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :