J’erre-crie ton nom « Liberté » !

 

La liberté : le thème de janvier chez les « Passeurs de mots » …

 

IMGP0531 (Copier)

 

 

« Etre libre comme un oiseau », dit-on, mais pourquoi ?

 

Parce qu’il emporte, sans doute, une foule de paysages et traverse une foule d’émotions …

Et, plus ces émotions, plus ces paysages sont différents, plus il prend sûrement conscience que la terre est un bouquet et qu’il constitue l’une de ces fleurs !

Alors l’oiseau chante, pour nous annoncer ce message …

 

L’oiseau surplombe le monde et prend avec lui du recul …

 

« Rester dans les airs permet parfois de mieux

comprendre les nuages. » (Extrait de mon livre « Citer la vie »)

 

A son image,

élargissons notre univers, parcourons des multitudes tout en aimant par-dessus tout les reflets de notre sillon solitaire !

 

Vous me direz que je ne suis pas dans la tête de l’oiseau, c’est un peu vrai.

Par contre, à défaut de voler, je sais qu’en marchant, plus nous faisons de rencontres avec des gens disparates et de toutes couleurs d’âme et de peau,  plus nous partageons avec eux et simplement le pain de l’existence, plus nous nous sentons …

« libres et heureux » !

Mais il nous aura fallu bien marcher seul, dans le brouillard de nos labyrinthes intérieurs, avant d’en arriver là !

 

Nous prenons également de la hauteur, comme l’oiseau …

Au fil des pas, nous allégeons peu à peu le poids de notre corps et celui de notre sac, soulageant avec eux nos doutes, nos craintes et nos misères intérieures ! 

 

 

IMGP0056 (Copier) 

 

 

Se sentir libre, c’est se sentir bien avec soi-même et avec les autres …

Et même si cette sensation nous envahit la plupart du temps, notre coeur et notre esprit gardent une part d’ombre et de confusion sur  lesquelles il nous faut cheminer !

Elle ne s’acquiert donc ni facilement, ni totalement.

La vie, souvent, nous tend les bras pour nous aider à l’approcher, mais le chemin reste long suivant notre foi et notre détermination ! 

 

 

La liberté nous appartient-elle ?

Non, pas plus qu’une autre valeur !

La liberté de coeur et d’esprit n’est pas un bien, c’est une façon d’être et de penser qui demande infiniment de courage.

Il faut sacrément retrousser les manches de son être pour savoir AIMER au-delà de toutes les frontières de race, d’idéologie ou de religion, comme le fit l’Abbé Pierre en prononçant ces mots :

« L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien. Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. »

Je peux comprendre le chemin qui l’a amené à penser ainsi.  Autant  je crois en la profondeur, en  l’authenticité et en  la sincérité vécue de ses mots,  autant  j’ai bien de la peine à les ressentir ici,  par rapport aux actes inqualifiables qui ont eu lieu ces derniers temps …

A croire que je ne suis pas parvenue encore à une telle dose d’amour et de tolérance !

 

« Se coucher, humblement, sur la paille du regard de l’autre, quel qu’il soit, et y trouver de l’or ! »  :  Sabine.  (Juste extrait de mes pensées de l’instant).

 

IMGP0354 (Copier) 

 

 

A notre époque dite « en perpétuelle évolution », où le sentiment est de plus en plus aseptisé,  il n’est pas aisé de pouvoir laisser librement exprimer son coeur …

Rien que le fait de sourire peut paraître en décalage ! (je l’ai maintes fois expérimenté).

Notre visage doit être porteur de soucis, c’est mieux « dans le moule » !

Et nombreuses émissions de télé, les actualités notamment, nous façonnent à loisir …….!!!

 

Et je réaffirme aujourd’hui les mêmes mots auxquels je croyais hier :

 

« Oui …sourire, aimer, rêver peuvent être de douces

formes de révolte menant vers la liberté d’exister ! » (Encore extrait de mon livre)

 

 

Autrefois aussi, les querelles  surgissaient et beaucoup de villages prenaient des allures de Don Camillo !

On s’expliquait parfois haut et fort, un poing faisait trembler une table,  puis on repartait ensemble, bras dessus bras dessous, finir la conversation autour d’un bon verre, en se moquant de nos colères.

Et tout marchait ainsi. La franchise, la spontanéité étaient les ingrédients majeurs de notre vie.

En revanche, tout se faisait dans le RESPECT !

On respectait le curé autant que l’instituteur …

 

 

IMGP0265 (Copier)Pèlerins contemplant ensemble le coucher du soleil …

 

 

Mais aujourd’hui, dans les villages, nous nous côtoyons trop peu pour connaître une telle qualité de relation !

 

Et à l’heure où nous parlons de « liberté d’expression », il n’en est rien dans nos propres vies …

Nos pensées ne sont pas cohérentes !

 

 

Quand nous comprendrons également qu’il est sain de pleurer ou d’être triste sans devoir avoir recours à la psychiatrie,

d’avoir envie de dire « bonjour » même à un inconnu,

de sourire à la moindre occasion, sans passer pour faible de caractère ou inconscient,

de se mettre en colère, de temps à autre, et de considérer cet état comme l’orage de notre ciel intérieur,

nous commencerons, alors, à emprunter le chemin de la …liberté d’exister ! 

 

 

Dans « le monde comme il me parle » d’Olivier de Kersauson,  chaque page reflète un sentiment de liberté …

Parmi elles,  j’ai choisi ces quelques mots, symboliques, pour en parler :

 

« On n’échappe jamais à soi-même en fuyant sur l’océan ; c’est l’inverse qui a lieu.

La course en solitaire permet des introspections…

Dans les aventures compliquées en mer, on va chercher notre simplicité primitive :  celle de la survie. On s’affronte soi-même, on se coltine ses défauts, sa médiocrité. On regarde la mer avec des yeux lavés de tout.  Loin des chagrins en pilule. On connaît l’enfer. Et souvent le paradis. »

 

Et, entre l’enfer et le paradis, je la vois voguer cette…

 liberté !

 

IMGP1043 (Copier) (Copier)

 

 

 

 

Posée, tel l’oiseau, sur une branche de mon chemin, au parfum d’étoiles, je dirai :

 

« Chaque être est unique, le comprendre c’est déjà le rendre libre. L’aimer tel qu’il est et respecter sa

route, c’est lui apporter les gouttes d’eau
nécessaires à sa floraison ! »

(Toujours extrait de mon livre « Citer la vie »)

 

——————

 

Je vous invite à présent à aller visionner la vidéo musicale que j’ai choisie pour illustrer ce thème et que vous entendez en fond : sur le lecteur de ma colonne de droite.

Pour l’avoir en grand, il suffit de cliquer sur le titre du morceau et vous atterrirez sur You Tube.

Pour les retardataires, si j’ai changé de musique entre temps,  il faudra rechercher sur You Tube : ABAJI – La Berceuse des Prêcheurs.

J’ai trouvé magnifique le geste de ce musicien avec l’enfant et encore plus superbe la réaction de l’enfant …!

Voilà là deux êtres, pleinement épanouis dans leur mouvement de « liberté » !

 

 

 

96 réflexions sur « J’erre-crie ton nom « Liberté » ! »

  1. Dans ton magnifique texte que de mots d’images et de souvenirs m’ont fait escorte en te lisant.
    J’ai comme toi marché sur les chemins de la spiritualité toute en nature
    Maintenant je marche sur le chemin de ma vie, comme sur l’autre je me suis parfois trompée comme l’autre les difficultés ne m’ont pas épargnées et pourtant je suis libre de le valider ou de m’en affliger.
    La liberté est de choisir de marcher la tête haute ou de se chercher des excuses. Même si parfois il arrive de s’apitoyer sur son sort pauvre humain
    Merci de ce beau partage Sabine amie du Chemin
    Bisous

    J’aime

  2. Dans ton magnifique texte que de mots d’images et de souvenirs m’ont fait escorte en te lisant.
    J’ai comme toi marché sur les chemins de la spiritualité toute en nature
    Maintenant je marche sur le chemin de ma vie, comme sur l’autre je me suis parfois trompée comme l’autre les difficultés ne m’ont pas épargnées et pourtant je suis libre de le valider ou de m’en affliger.
    La liberté est de choisir de marcher la tête haute ou de se chercher des excuses. Même si parfois il arrive de s’apitoyer sur son sort pauvre humain
    Merci de ce beau partage Sabine amie du Chemin
    Bisous

    J’aime

  3. J’avais lu déjà la moitié 🙂 je n’avais pas encore vu l’essentiel, ce sont des paroles sages, que j’essaye d’appliquer au mieux moi aussi 🙂
    Il manque cette solidarité d’antan, ce respect mutuel, cet écoute tout simplement.
    bises

    J’aime

  4. J’avais lu déjà la moitié 🙂 je n’avais pas encore vu l’essentiel, ce sont des paroles sages, que j’essaye d’appliquer au mieux moi aussi 🙂
    Il manque cette solidarité d’antan, ce respect mutuel, cet écoute tout simplement.
    bises

    J’aime

  5. aujourd’hui les gens se manquent de respect, ne savent même plus se dire bonjour, faire un sourire, chacun vit pour soi, l’indifférence règne et elle tue à petit feu et pour vivre en liberté, il faut y croire, et il faut aussi s’admettre tel que l’on est et le chemin est long pour y arriver

    J’aime

  6. aujourd’hui les gens se manquent de respect, ne savent même plus se dire bonjour, faire un sourire, chacun vit pour soi, l’indifférence règne et elle tue à petit feu et pour vivre en liberté, il faut y croire, et il faut aussi s’admettre tel que l’on est et le chemin est long pour y arriver

    J’aime

  7. hère Sabine,

    Ton hommage à la liberté est vibrant de chaleur et d’humanité.
    Liberté!
    Parfois je me demande si ce mot veut encore dire quelque chose. Parfois, j’ai l’impression d’une vague immense qui emporte tout. Sans doute ces impressions sont-elles liées à l’humeur du moment, liées aux échos de l’actualité.
    J’ai aimé chacun de tes mots, de tes images, de tes citations.
    La liberté s’arrête là où commence celle des autres. Reste à bien déterminer cette fragile frontière.

    merci pour ce beau texte
    Je t’embrasse bien fort Sabine
    Martine

    J’aime

  8. hère Sabine,

    Ton hommage à la liberté est vibrant de chaleur et d’humanité.
    Liberté!
    Parfois je me demande si ce mot veut encore dire quelque chose. Parfois, j’ai l’impression d’une vague immense qui emporte tout. Sans doute ces impressions sont-elles liées à l’humeur du moment, liées aux échos de l’actualité.
    J’ai aimé chacun de tes mots, de tes images, de tes citations.
    La liberté s’arrête là où commence celle des autres. Reste à bien déterminer cette fragile frontière.

    merci pour ce beau texte
    Je t’embrasse bien fort Sabine
    Martine

    J’aime

  9. Il n’y avait qu’une porte à pousser, mais les lettres dansaient devant mes yeux, non je n’avais pas de fièvre, mais, je ne sais ce qui se passait.

    Sais-tu chère Sabine, que j’ai lu trois fois ton texte, que je me suis attardée à chacune de tes photos, elle me parlait de toi, elles étaient toi…

    Quand tu chemines sur les terrains de chacune de tes randonnées je sais que tu es comme un oiseau qui du dessus regarde ce qui se passe en bas. Ton oeil est vif et tu as toujours le don de nous donner « la photo » la plus proche de la réalité, et elle correspond à qui veut bien la regarder avec tes yeux exactement à ce que tu as ressentis en la prenant.

    Tu es une femme éprise de liberté, libre de dire ce que tu penses au plus profond de toi.

    J’avais sur ma newsletter une photo représentant un oiseau qui s’envole hors de sa cage, hélas par un concours de circonstance malheureux, la photo n’y était pas. Mais ton texte magnifique nous parle longuement de l’oiseau libre. Malgré leur liberté ils ont à lutter contre vent et marrées surtout pour leurs longues migrations.

    On peut être libre dans sa tête et être en prison, ou enfermé dans son corps par tel ou tel maladie et être libre d’écrire, de parler de vivre…
    C’est comme la marche, tu vois et tu sais que maintenant j’ai des difficultés à me déplacer, et bien je me sens libre en marchant dans ma tête, en suivant au jour le jour ceux qui marchent, par telle anecdote, telles photos…..

    Je rejoins pleinement Olivier de Kersauson car fuir loin de ce qui nous chagrine ou nous fait mal ne nous rend pas libre, au contraire on est encore plus emprisonné, on se met des chaînes. Car dès que l’on revient la réalité nous saute au visage. Et, même je dirais que c’est pire…

    L’ éducation est enseigné d’une part à l’école,mais les parents tiennent une place importante, on le sait qu’il y a des failles, dans une même famille , les choses sont dîtes de la même manière et bien certains enfants ne le perçoivent pas de la même manière.
    Le vivre ensemble devrait faire partis de ces valeurs, mais tout le monde ne le perçoit pas de la même façon, alors du coup c’est la porte ouverte à des transgressions.

    Un texte qui remue les méninges, même si il y a un passage qui me titille..Je n’irais pas jusqu’à dire qui me dérange, juste il m’interpelle, mais je n’en débattrais point là, je pense que mon texte sur la Liberté que j’ai au trois quart écrit y répondra d’une façon plus directe.

    Ici je prendrais trop de place, de plus je ne suis pas détentrice de la Liberté, tout simplement c’est une des valeurs que mes parents m’ont donné, toujours savoir respecter la liberté de l’autre, toujours faire attention de ne jamais blesser les uns et les autres par des propos qui transgresseraient leur Liberté.

    Ma chère Sabine, je te fais un b

    J’aime

    1. Partir c’est, justement, se ….retrouver !
      C’est ce que veut dire Kersauson……..
      Partir en solitaire sur les chemins comme en mer c’est se retrouver face à soi, dans son plus humble apparat.
      Quand on part, d’ailleurs, c’est souvent et inconsciemment pour mieux se retrouver …….
      Mais on ne s’enchaîne pas, en partant, on ne s’emprisonne pas …Bien au contraire, on se LIBERE !
      On se libère car on parvient, au fil des réflexions et des épreuves, à tout mettre à plat ; on y voit plus clair, plus humain, et on apprend à comprendre et aimer son “vrai” miroir.

      Et on revient « lavés », avec un regard neuf et une place immense pour accueillir l’autre !

      C’est cet état d’être dont parle Kersauson, et que j’évoque également dès le début et sur une grande partie de mon texte …..

      Je ne suis pas détentrice de la liberté non plus , j’ai juste …vécu mes mots !

      Bisou.

      J’aime

  10. Il n’y avait qu’une porte à pousser, mais les lettres dansaient devant mes yeux, non je n’avais pas de fièvre, mais, je ne sais ce qui se passait.

    Sais-tu chère Sabine, que j’ai lu trois fois ton texte, que je me suis attardée à chacune de tes photos, elle me parlait de toi, elles étaient toi…

    Quand tu chemines sur les terrains de chacune de tes randonnées je sais que tu es comme un oiseau qui du dessus regarde ce qui se passe en bas. Ton oeil est vif et tu as toujours le don de nous donner « la photo » la plus proche de la réalité, et elle correspond à qui veut bien la regarder avec tes yeux exactement à ce que tu as ressentis en la prenant.

    Tu es une femme éprise de liberté, libre de dire ce que tu penses au plus profond de toi.

    J’avais sur ma newsletter une photo représentant un oiseau qui s’envole hors de sa cage, hélas par un concours de circonstance malheureux, la photo n’y était pas. Mais ton texte magnifique nous parle longuement de l’oiseau libre. Malgré leur liberté ils ont à lutter contre vent et marrées surtout pour leurs longues migrations.

    On peut être libre dans sa tête et être en prison, ou enfermé dans son corps par tel ou tel maladie et être libre d’écrire, de parler de vivre…
    C’est comme la marche, tu vois et tu sais que maintenant j’ai des difficultés à me déplacer, et bien je me sens libre en marchant dans ma tête, en suivant au jour le jour ceux qui marchent, par telle anecdote, telles photos…..

    Je rejoins pleinement Olivier de Kersauson car fuir loin de ce qui nous chagrine ou nous fait mal ne nous rend pas libre, au contraire on est encore plus emprisonné, on se met des chaînes. Car dès que l’on revient la réalité nous saute au visage. Et, même je dirais que c’est pire…

    L’ éducation est enseigné d’une part à l’école,mais les parents tiennent une place importante, on le sait qu’il y a des failles, dans une même famille , les choses sont dîtes de la même manière et bien certains enfants ne le perçoivent pas de la même manière.
    Le vivre ensemble devrait faire partis de ces valeurs, mais tout le monde ne le perçoit pas de la même façon, alors du coup c’est la porte ouverte à des transgressions.

    Un texte qui remue les méninges, même si il y a un passage qui me titille..Je n’irais pas jusqu’à dire qui me dérange, juste il m’interpelle, mais je n’en débattrais point là, je pense que mon texte sur la Liberté que j’ai au trois quart écrit y répondra d’une façon plus directe.

    Ici je prendrais trop de place, de plus je ne suis pas détentrice de la Liberté, tout simplement c’est une des valeurs que mes parents m’ont donné, toujours savoir respecter la liberté de l’autre, toujours faire attention de ne jamais blesser les uns et les autres par des propos qui transgresseraient leur Liberté.

    Ma chère Sabine, je te fais un b

    J’aime

    1. Partir c’est, justement, se ….retrouver !
      C’est ce que veut dire Kersauson……..
      Partir en solitaire sur les chemins comme en mer c’est se retrouver face à soi, dans son plus humble apparat.
      Quand on part, d’ailleurs, c’est souvent et inconsciemment pour mieux se retrouver …….
      Mais on ne s’enchaîne pas, en partant, on ne s’emprisonne pas …Bien au contraire, on se LIBERE !
      On se libère car on parvient, au fil des réflexions et des épreuves, à tout mettre à plat ; on y voit plus clair, plus humain, et on apprend à comprendre et aimer son “vrai” miroir.

      Et on revient « lavés », avec un regard neuf et une place immense pour accueillir l’autre !

      C’est cet état d’être dont parle Kersauson, et que j’évoque également dès le début et sur une grande partie de mon texte …..

      Je ne suis pas détentrice de la liberté non plus , j’ai juste …vécu mes mots !

      Bisou.

      J’aime

  11. Mince, je ne sais pas ce qu’il vient de se passer, mais j’avais commencé d’écrire la phrase quand brutalement, je me suis souvenue que je n’avais pas parlé de ta musique et au moment ou j’ai voulu remonter mes écrits, WordPress m’a dit vous avez un doublon…Pff les imbéciles.

    Luc me dit que j’ai du appuyer sur le logo de Window et du coup cela m’a envoyé mon texte

    Donc j’ajoute ceci

    La première fois je l’ai juste écouter elle m’a donné des frissons, puis j’ai regardé car je voulais savoir ce qui allait se passer avec cet enfant, alors j’ai encore été plus émue…C’est un moment d’instance bonheur, un moment que l’on ne vit pas souvent.

    Belle soirée, si tu veux de la neige, rire, elle tombe je t’envoie une boule de neige.

    Gros bisous et non que b , rire!!

    EvaJoe

    J’aime

  12. Mince, je ne sais pas ce qu’il vient de se passer, mais j’avais commencé d’écrire la phrase quand brutalement, je me suis souvenue que je n’avais pas parlé de ta musique et au moment ou j’ai voulu remonter mes écrits, WordPress m’a dit vous avez un doublon…Pff les imbéciles.

    Luc me dit que j’ai du appuyer sur le logo de Window et du coup cela m’a envoyé mon texte

    Donc j’ajoute ceci

    La première fois je l’ai juste écouter elle m’a donné des frissons, puis j’ai regardé car je voulais savoir ce qui allait se passer avec cet enfant, alors j’ai encore été plus émue…C’est un moment d’instance bonheur, un moment que l’on ne vit pas souvent.

    Belle soirée, si tu veux de la neige, rire, elle tombe je t’envoie une boule de neige.

    Gros bisous et non que b , rire!!

    EvaJoe

    J’aime

  13. Hello chère Sabine je souscris à tes fortes et belles paroles sur l’art de vivre et sur le fait qu’il faut sacrément retrousser les manches de son être pour savoir aimer ! J’aime aussi folâtrer au milieu des nuages, rêver , dire bonjour aux inconnus et leur sourire béatement, me laisser envahir par la tristesse et piquer quelques colères surtout contre les plafonds bas ou les étagères qui me laissent souvent des balafres vu que je vis une partie de mon temps dans la lune ! Bon je vais maintenant préparer mon sac et ma pèlerine car la neige est annoncée dans mes collines pour les prochains jours et sûr que j’irai faire un tour !

    J’aime

    1. Unissons nos bosses alors, FOU RIRE, car ……….nous avons les mêmes colères envers les poutres basses, les poteaux et autres installations narquoises !!!!!!!!!!
      BISOU ! (As-tu eu le temps, toi le musicien, d’aller voir cet enfant et ce musicien sur mon lecteur ?).

      J’aime

  14. Hello chère Sabine je souscris à tes fortes et belles paroles sur l’art de vivre et sur le fait qu’il faut sacrément retrousser les manches de son être pour savoir aimer ! J’aime aussi folâtrer au milieu des nuages, rêver , dire bonjour aux inconnus et leur sourire béatement, me laisser envahir par la tristesse et piquer quelques colères surtout contre les plafonds bas ou les étagères qui me laissent souvent des balafres vu que je vis une partie de mon temps dans la lune ! Bon je vais maintenant préparer mon sac et ma pèlerine car la neige est annoncée dans mes collines pour les prochains jours et sûr que j’irai faire un tour !

    J’aime

    1. Unissons nos bosses alors, FOU RIRE, car ……….nous avons les mêmes colères envers les poutres basses, les poteaux et autres installations narquoises !!!!!!!!!!
      BISOU ! (As-tu eu le temps, toi le musicien, d’aller voir cet enfant et ce musicien sur mon lecteur ?).

      J’aime

  15. Sabine merci pour ta réponse et le partage de bosses ….j’avais omis d’aller cliquer sur la vidéo et tu as bien fait de me le rappeler : c’est une petite merveille et le sourire et les applaudissements de la petite fille illustrent le pouvoir magique de la musique sur nos âmes ! Bisous

    J’aime

    1. Absolument !

      Sont également magnifiques l’initiative de ce musicien et son approche avec le monde ….

      Il neige parfois des étoiles sur les chemins …..BISOU : sabine.
      Et MERCI d’être passé durant ta pause !

      J’aime

  16. Sabine merci pour ta réponse et le partage de bosses ….j’avais omis d’aller cliquer sur la vidéo et tu as bien fait de me le rappeler : c’est une petite merveille et le sourire et les applaudissements de la petite fille illustrent le pouvoir magique de la musique sur nos âmes ! Bisous

    J’aime

    1. Absolument !

      Sont également magnifiques l’initiative de ce musicien et son approche avec le monde ….

      Il neige parfois des étoiles sur les chemins …..BISOU : sabine.
      Et MERCI d’être passé durant ta pause !

      J’aime

  17. Bonsoir Sabine,
    J’ai lu plusieurs fois tes pensées qui sont un véritable chemin vers la liberté, la vraie liberté qui n’est pas celle d’agir à sa guise car, comme tu le dis, elle n’est pas un bien. » Cette belle liberté de coeur et d’esprit est une manière d’être et de penser qui demande du courage » face aux regards des autres.
    Il s’agit d’être soi-même avec comme armes le sourire et le respect de l’autre, la simplicité en laissant parler nos émotions.
    C’est sans doute pour cela que l’oiseau est une belle image de liberté car , ne possédant rien, il est tellement léger qu’il peut regarder la vie de très haut avec confiance en lui-même. Les plus beaux sourires que j’ai rencontrés dans ma vie, je les ai vus dans le regard de personnes qui possédaient peu de choses !
    J’ajoute que la liberté nous demande de respecter tous les humains avec compassion parce que tous les humains possèdent en eux-mêmes la même lumière intérieure même s’ils l’ont oubliée. Mais s’il n’est pas possible de juger ce qu’est un être humain, il est de notre devoir de juger si un acte est bon ou mauvais face à la liberté d’ETRE.
    Merci Sabine pour ton beau chemin de vie souriant, libre et heureux. C’est toujours une joie de t’accompagner virtuellement, même si de temps en temps je regrette que ce ne soit pas dans la vraie vie !!
    Je t’embrasse de tout mon coeur et je vais aller regarder la video

    Blanche

    J’aime

  18. Bonsoir Sabine,
    J’ai lu plusieurs fois tes pensées qui sont un véritable chemin vers la liberté, la vraie liberté qui n’est pas celle d’agir à sa guise car, comme tu le dis, elle n’est pas un bien. » Cette belle liberté de coeur et d’esprit est une manière d’être et de penser qui demande du courage » face aux regards des autres.
    Il s’agit d’être soi-même avec comme armes le sourire et le respect de l’autre, la simplicité en laissant parler nos émotions.
    C’est sans doute pour cela que l’oiseau est une belle image de liberté car , ne possédant rien, il est tellement léger qu’il peut regarder la vie de très haut avec confiance en lui-même. Les plus beaux sourires que j’ai rencontrés dans ma vie, je les ai vus dans le regard de personnes qui possédaient peu de choses !
    J’ajoute que la liberté nous demande de respecter tous les humains avec compassion parce que tous les humains possèdent en eux-mêmes la même lumière intérieure même s’ils l’ont oubliée. Mais s’il n’est pas possible de juger ce qu’est un être humain, il est de notre devoir de juger si un acte est bon ou mauvais face à la liberté d’ETRE.
    Merci Sabine pour ton beau chemin de vie souriant, libre et heureux. C’est toujours une joie de t’accompagner virtuellement, même si de temps en temps je regrette que ce ne soit pas dans la vraie vie !!
    Je t’embrasse de tout mon coeur et je vais aller regarder la video

    Blanche

    J’aime

  19. La liberté … que dire de plus…
    Il faut défendre le peu qu’on a….
    Et comme on dit, elle s’arrête là où commence celle des autres….
    Mais cette frontière est de nos jours pas facile à délimitée…
    C’est très beau ce que tu as écrit là ….Bravo
    Douce journée SABINE
    Bisous
    timilo

    J’aime

  20. La liberté … que dire de plus…
    Il faut défendre le peu qu’on a….
    Et comme on dit, elle s’arrête là où commence celle des autres….
    Mais cette frontière est de nos jours pas facile à délimitée…
    C’est très beau ce que tu as écrit là ….Bravo
    Douce journée SABINE
    Bisous
    timilo

    J’aime

  21. Chère Sabine, je te remercie pour ton chaleureux commentaire sur ma fable africaine. En ce moment, je suis à la recherche de fables de tous pays afin de les mettre en rimes à ma manière. Nous avons là en effet un très riche patrimoine. Quand je suis à court d’inspiration, j’aime à me plonger dans ces univers que je ne connais pas. Si tu en trouves de ton côté, je suis preneur !
    Gros bisous et bonne fin de semaine
    Alain

    J’aime

  22. Chère Sabine, je te remercie pour ton chaleureux commentaire sur ma fable africaine. En ce moment, je suis à la recherche de fables de tous pays afin de les mettre en rimes à ma manière. Nous avons là en effet un très riche patrimoine. Quand je suis à court d’inspiration, j’aime à me plonger dans ces univers que je ne connais pas. Si tu en trouves de ton côté, je suis preneur !
    Gros bisous et bonne fin de semaine
    Alain

    J’aime

  23. Bonsoir Sabine, je me régale à mettre un nez dans les articles de ton blog. Ils respirent la joie de vivre et cela fait du bien . C’est un partage qui permet de penser à l’autre et aussi de courir plus vite dans son footing du jour !!! Enfin pour moi, il est loin le footing car j’ai … 80 ans et si je marche encore, c’est de moins en moins facile. Pourtant je suis comme toi, l’une de mes citations préférée est s’élever le soleil comme un oiseau dans le ciel épris de liberté.
    Bon je vais faire connaissance avec toi petit à petit et j’en suis très heureuse. Nous avons des amies communes, Aloysia et aussi Océanique qui a fait les chemins comme toi.

    A bientôt, heureuse de ma tartine de soleil rouge, j’espère que tu as mis de la confiture dessus. Gros bisous Sabine

    J’aime

  24. Bonsoir Sabine, je me régale à mettre un nez dans les articles de ton blog. Ils respirent la joie de vivre et cela fait du bien . C’est un partage qui permet de penser à l’autre et aussi de courir plus vite dans son footing du jour !!! Enfin pour moi, il est loin le footing car j’ai … 80 ans et si je marche encore, c’est de moins en moins facile. Pourtant je suis comme toi, l’une de mes citations préférée est s’élever le soleil comme un oiseau dans le ciel épris de liberté.
    Bon je vais faire connaissance avec toi petit à petit et j’en suis très heureuse. Nous avons des amies communes, Aloysia et aussi Océanique qui a fait les chemins comme toi.

    A bientôt, heureuse de ma tartine de soleil rouge, j’espère que tu as mis de la confiture dessus. Gros bisous Sabine

    J’aime

  25. Oui, ne t’inquiète pas………mes rêves s’en sont chargés et je peux te dire qu’ils s’en pourlèchent encore !!!!!

    80 ans ? Tu es sûre, tu n’as pas fait une erreur de calcul ?
    Dis-moi, quelle est ta recette de jouvence ? Des tartines de soleil rouge ???

    Bisou bisou : sabine.

    J’aime

  26. Oui, ne t’inquiète pas………mes rêves s’en sont chargés et je peux te dire qu’ils s’en pourlèchent encore !!!!!

    80 ans ? Tu es sûre, tu n’as pas fait une erreur de calcul ?
    Dis-moi, quelle est ta recette de jouvence ? Des tartines de soleil rouge ???

    Bisou bisou : sabine.

    J’aime

  27. Enfin je t’ai lue à travers tes mots et je t’ai entendue à travers cette merveilleuse musique.
    Aujourd’hui sur mon blog j’ai continué l’histoire de Mémé Jeanne et tu vas sourire en voyant que ton Kersauson est mon Tabarly hihi!!!
    Aujourd’hui j’ai compris quelque chose. Je l’ai fait passé au travers de cette Mémé Jeanne pas si drôle que ça en fait 😉
    Je te laisse découvrir 😉
    http://dimdamdom59.apln-blog.fr/2015/02/18/dis-meme-jeanne-tu-tousses/
    Je t’embrasse belle d’âme.
    Domi.

    J’aime

  28. Enfin je t’ai lue à travers tes mots et je t’ai entendue à travers cette merveilleuse musique.
    Aujourd’hui sur mon blog j’ai continué l’histoire de Mémé Jeanne et tu vas sourire en voyant que ton Kersauson est mon Tabarly hihi!!!
    Aujourd’hui j’ai compris quelque chose. Je l’ai fait passé au travers de cette Mémé Jeanne pas si drôle que ça en fait 😉
    Je te laisse découvrir 😉
    http://dimdamdom59.apln-blog.fr/2015/02/18/dis-meme-jeanne-tu-tousses/
    Je t’embrasse belle d’âme.
    Domi.

    J’aime

  29. Bon jour Sabine, autrefois la vie était plus facile et les gens avaient le respect pour autrui. Maintenant les parents d’élèves assassinent les professeurs, les mineurs se battent entre eux , etc … Nous détruisons peu à peu notre belle planète et je me demande ce qu’il restera pour nos enfants et mes petits enfants (car j’en ai déjà 4 !!!). Heureusement la nature nous donne encore de la joie avec ses beautés, ses fleurs, et j’attends le printemps avec impatience, assez de l’hiver et du froid. Gros bisous

    J’aime

  30. Bon jour Sabine, autrefois la vie était plus facile et les gens avaient le respect pour autrui. Maintenant les parents d’élèves assassinent les professeurs, les mineurs se battent entre eux , etc … Nous détruisons peu à peu notre belle planète et je me demande ce qu’il restera pour nos enfants et mes petits enfants (car j’en ai déjà 4 !!!). Heureusement la nature nous donne encore de la joie avec ses beautés, ses fleurs, et j’attends le printemps avec impatience, assez de l’hiver et du froid. Gros bisous

    J’aime

  31. Bonjour Sabine

    Nous avons tous une vue bien à nous de cette Liberté qui nous tien tant à coeur.

    J’aime bien ton regard sur celle-ci.

    Je participerais à ton thème sur le voyage bientôt, maintenant que j’ai plus de temps à moi et que l’aménagement de mon nouveau nid douillet prend forme.

    Bise.

    Philippe.

    J’aime

  32. Bonjour Sabine

    Nous avons tous une vue bien à nous de cette Liberté qui nous tien tant à coeur.

    J’aime bien ton regard sur celle-ci.

    Je participerais à ton thème sur le voyage bientôt, maintenant que j’ai plus de temps à moi et que l’aménagement de mon nouveau nid douillet prend forme.

    Bise.

    Philippe.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :