C »était hier …

 

P1120117 (Copier)

 

 

Ce 24 juillet,  j’écrivais …

 

 »  »  Ce chemin m’aura plus appris après que pendant !

 » Pendant » j’ai essayé de le traverser bon gré mal gré, sans toujours comprendre ce qui m’arrivait …

« Après », une fois mes pas sortis de ses hayons,  je l’ai senti « me » traverser, couler en moi comme une rivière vagabonde …

 

Je suis là, assise sur les marches de ma terrasse, entre un pied de vigne et un vieux robinet de jardin. Et, comme sur le chemin, lorsque nos paupières se ferment sur un joli noeud de bois ou que l’on s’endort sur les froissements d’un simple sac plastique, je m’épanouis en chaque chose jusqu’à m’y fondre, ne former plus qu’un avec l’air …

La chaleur de la pierre monte dans la chair de mes pieds et celle de mes mains posées à plat par-terre, les doigts écartés, telles deux étoiles de mer.

Je deviens « vent » en écoutant la symphonie du feuillage et y danse dessous rien qu’en fermant les yeux …

Il se met à tomber des ribambelles de gouttes folles, mon carnet est mouillé, qu’importe !

Je reste en divin contact avec le sol …

Après cette pluie, j’ai l’impression de respirer les entrailles de la terre et la pierre est encore plus chaude, plus onctueuse au toucher …

« Renaître, redevenir ce foetus dans l’embryon du monde … », il n’y a pas de sensation plus extraordinaire !!!

 

J’étais si mal ce matin, des événements familiaux m’ayant laissé un goût amer, avec cette effroyable notion que tout pouvait s’écrouler en l’espace d’un vol d’hirondelle, avant que je ne décide d’écouter la voix de la sagesse, celle dont nous berce le chemin à chacun de nos pas …

J’ai alors tout laissé derrière, me suis abandonnée à un sommeil paisible, prenant au réveil un formidable recul, moteur de ces quelques lignes.

Recul qui nous rend si différent des autres, de la grande masse humaine ; trop peu de gens s’arrêtent encore pour méditer, entrer en douce complicité avec l’instant.

La méditation demeure pourtant un vrai choix, avec de vrais sacrifices : il n’est pas toujours si aisé d’enfiler le vêtement d’un ermite !

Mais la vie est un fruit qu’il faut aller cueillir sur l’arbre afin d’en apprécier la VRAIE saveur …  » « 

 

Votre dévouée pèlerine.

 

____________________

 

 

 Je suis rentrée depuis maintenant deux semaines mais, comme vous le constatez, je « marche » encore !

Et je n’ai qu’une hâte, celle de reprendre au plus vite ce « Camino del norte » (j’espère en septembre) jusqu’à Santiago …

Comme jetée sur un marché aux mille couleurs, je ne sais où donner de la tête et de la plume pour vous conter toutes mes nouvelles découvertes, tant sur ce chemin qu’ailleurs …!

je tâcherai de prendre le temps, de cela je suis presque sûre, TANT j’en explose d’envie, et puis c’est une grande première… »je vous écris de mon Windows 8″, laissé dans son bel emballage depuis plus d’un an, ne parvenant pas alors à me détacher de mon vieux pote « XP » !

 

P1120120 (Copier)

 

 

Et je … salve-hour,

en rafales de mots et petits bonheurs !

 

Deux paires de lunettes ?

L’une pour flâner entre les étoiles et l’autre pour …rire avec le soleil !

 

Dans le verre ?

Rien que du terroir, je vous le promets !

 

A intense-aimant bientôt …

je vous AIME !!!

 

Et j’ai retrouvé mon « Ludovico Einaudi », compositeur dont (je crois) je ne saurai plus me séparer …

 

 

34 réflexions sur « C »était hier … »

  1. Comme j’aime tes mots Sabine! C’est bien cela, pour moi, être « dans » la vie, être au monde.
    J’adore ces gens qui portent leur âme devant, tu es de ceux-là bien entendu.

    Avec tendresse,
    Hélène *

    J’aime

  2. Heureuse de ton retour et de tes mots, des pas qui racontent tes chemins de vie…
    Pour toi j’ai choisi ce poème:
    « Que dans la beauté
    mes pas me portent
    tout au long du jour
    à chaque retour des saisons…
    Que mes pas me portent
    sur un chemin de pollen
    dans la danse des sauterelles
    avec la rosée sur mes pieds…
    Que mes pas me portent
    dans la vieillesse
    sur un chemin de beauté
    vers une vie nouvelle… »
    chant Navajo

    Amitiés

    J’aime

  3. Bonjour Sabine, que c’est beau tous ces mots que tu alignes ici avec facilité, pouvoir méditer, je voudrais bien, cela s’apprend il me semble, avec de la bonne volonté, mais en ai-je assez pour pouvoir sortir de moi-même, laisser derrière les angoisses et les peurs, et comme toi, communier avec la nature. Je t’embrasse chère pélerine et suis heureuse de ton retour MTH

    J’aime

  4. Bonjour Sabine, chacun mène sa barque comme il peut avec les événements que la vie sèment en chemin… des bons et des moins bons… certes on préfère le côté rose, mais le côté noir nous donne de la force, nous aident à positiver aussi, amicales pensées, jill

    J’aime

  5. Sabine en te lisant je retrouve aussi un peu de Cathy……toi tu trouve sérénité dans la marche et en toi. J’aurais aimé qu’elle puisse aussi…………… Tes paroles en second me touche aussi beaucoup car comme toi je viens de traverser un ouragan. J’entrevois des rayon de soleil mais la tourmente fut éprouvante et je me sens fatiguée. Heureusement semaine prochaine des vacances ailleurs vont permettre de s’éloigner des ondes négatives qui plane encore ici et là et surtout redonner des forces à l’âme meurtrie. Bisoussssssssss

    J’aime

  6. Chère Sabine, Je crois que marcher aide à penser et à aller de l’avant au lieu de se morfondre sur les difficultés de la vie. Lance ton coeur devant et cours pour l’attraper dit un proverbe. Et bien sûr être pèlerine apporte encore bien plus qu’une simple marche. C’est une coupure dans le temps, un instant de bonheur souvent partagé avec ceux rencontrés. Merci pour tes jolis mots. Je t’embrasse.

    J’aime

  7. Merci de ce partage…Tes mots sont superbes chère Sabine!

    Se fondre, ne faire qu’un avec la nature..
    être à même le sol recevoir la pluie
    sentir l’humus et la vie
    En être l’animal pensant
    Instant délicieux de se sentir
    Lié à jamais avec l’éternité.
    Je te souhaite une belle soirée en continuité…

    J’aime

  8. Quelle force, ma chère Sabine…. heureuse de te retrouver ici sur la toile Âmie ! , tes mots sont si poétiques, et finalement si plein de sensualité naturelle… merci pour ce partage.
    Bonne fin d’après-midi…. Bisous. Den

    J’aime

  9. Me voilà Sabine encore toute imprégnée de tes mots qui ont ouverts en moi une douce mélodie me racontant ce chemin , le tien ou celui emprunté par d’autres….Cette mélodie qui ne t’as pas quitté puisque tu es dans l’attente de repartir…

    Je t’imagine sur ta terrasse entre le pieds de vigne et le vieux robinet, c’est comme si j’y étais mais je n’ai pas de mal puisque je les connais ces lieux….

    En t’écoutant hier, en te lisant maintenant je voyais les étoiles de mer…J’imaginais…

    Et un nuage est passé en te relisant, même si j’avais bien compris ce que tu m’en avais dit, ce moment ou l’on devient ermite ou l’on désire l’être, mais et même si ce n’est pas donné à tout le monde d’atteindre ses rivages, et bien, figure toi que samedi dernier le 18 juillet ( jour de mon anniversaire) j’étais chez des amis et nous avons parlé de ces instants privilégiés ou retirer du monde on peut être amené à ne plus parler…Une amie m’a donné envie de me rendre dans un de ces lieux ou le silence est de rigueur…Elle disait une chose incroyable mais que toi tu comprendras que même sans rien se dire , dans le regard on se comprend et au-delà de l’incroyable on échange encore plus de choses que si on s’était fait un long discours.

    Merci oh merci je reviendrais ma Sabine, j’ai passé un délicieux moment à te lire, à te voir, à t’imaginer.

    Gros bisous

    EvaJoe

    J’aime

  10. Bon retour parmi les mots, Sabine. Oui la nature nous apaise et nous en avons grand besoin dans l’agitation du monde. L’amour pour les nôtres, quand l’épreuve est là, est souvent source d’angoisse… une angoisse qui peut devenir galopante. C’est là qu’il est nécessaire de stopper tout, se promener, méditer, pour calmer le mental dont l’agitation n’a jamais rien résolu. Amitiés. Erin (Carmen P.)

    J’aime

  11. Tu es une vraie terrienne, Sabine, les pieds bien ancrés sur la terre que tu aimes toute entière, tout en ayant la tête dans les nuages de la pensée et de la poésie !
    La marche permet de beaucoup méditer et aussi de se vider la tête et l’âme parfois, c’est pourquoi j’aime tellement marcher également.
    Bises très amicales.

    J’aime

  12. Chère Sabine, merci pour ces nouvelles. Tes mots, il me semble si bien les comprendre tant ils font écho à une expérience personnelle, même si je « marche » d’une manière différente. Méditer, prendre du recul…
    Gros bisous de nous deux
    Alain

    J’aime

  13. Chère Sabine ,les ouragans semblent glisser sur ton pouvoir de sérénité…J’espère que ce n’était pas trop grave…Marcher…Depuis un an je ne sais plus ce que poser le pied par terre le matin sans me sentir comme debout sur mes os…Je ne sais pas si tout reviendra comme avant. Je m’éveille ces temps derniers ,la mélancolie dans l’âme…Alors tu vas repartir ?…Fuis-tu quelque chose ? Où cherche-tu ce que tu n’as pas encore trouvé ? A moins que ce ne soit que le plaisir d’aller….
    Tes mots sont toujours si imagés que l’on croirait voir…
    J’ai passé un scanner récemment ,et par humour ,sur FB j’ai mis l’imagerie de mon crâne .Une façon de s’amuser comme une autre.Cela a eu un beau succès, à mon grand étonnement !!!
    Après les grosses chaleurs ,12° ce matin…brrr
    Sans doute n’auras-tu pas le temps de lire mon Interlude publié avant ton départ…Pas grave !
    Je t’embrasse. Un dimanche en solitaire, rien qu’avec mes oiseaux…
    H

    J’aime

  14. Bonjour Sabine
    Très joli billet qui nous permet de participer à tes pas sur le chemin. C’est presque comme si nous y étions.
    j’ai marché aussi pendant ce temps, d’une maison à une autre et je me sens bien dans ce nouveau petit nid.
    Bisous et bon dimanche.

    J’aime

  15. C’est vrai que l’on peut se détacher des soucis quotidiens par la méditation… prendre du recul.
    J’espère que tes soucis ne sont pas trop graves malgré tout.
    Le chemin est parfois bien long, mais ce qu’il apporte ne se mesure pas.
    Merci pour ces moments partagés.
    Passe une douce journée. Bises.

    J’aime

  16. Joie de te retrouver, et apprendre avec toi ou réapprendre tout simplement la tendresse envers soi, devenir sa complice : quel bonheur!
    Tu me donnes la confiance, merci ma douce Sabine!
    bisous

    J’aime

  17. Heureuse de te revoir ici pour te lire.
    Je ressens ce trop plein de Chemin à partager et j’ouvre mes mains pour le recevoir comme la pluie qui s’est invitée ce jour. Cette pluie qui lave abreuve la terre, nous lave nous désaltère. Cette pluie qui quoique l’on face retournera à la mer (notre mère).
    Belle journée Sabine
    Bisous

    J’aime

  18. que cela fait plaisir de te revoir !*
    ton message me prends » aux tripes  » et conforte mes pensees !
    prends soins de toi ! la vie ne nous fait pas que des cadeaux
    je t’embrasse

    J’aime

  19. Sur le chemin tu as trouvé la sagesse, la paix de l’âme, ton coeur s’est ouvert un peu plus, merci Sabine de ce beau moment de poésie, il arrive que l’on ait vraiment besoin de se ressourcer comme tu as su le faire
    Je t’embrasse
    Marine

    J’aime

  20. Merci pour le miel que tes mots versent en mon coeur, chère Sabine, tu possèdes le don d’apaiser les fatigues et les doutes, de redonner courage quand on se sent près de défaillir et de nous insuffler la sagesse de la méditation; si apaisante, si riche et si clairvoyante, quand nous traversons les heures difficiles. J’ai eu l’impression de vivre ton ressenti, comme si, sur le chemin,je marchais soudain avec toi!

    Je t’embrasse, faiseuse de petits miracles par la force de l’âme, du coeur et de l’esprit,

    Lorraine

    J’aime

  21. Bonjour Sabine,

    Se parer d’une bulle intemporelle afin de voguer or du temps et faire corps avec les éléments naturels est un vrai délice de temps à autres, mais pas toujours facile dans notre vie de tous les jours.

    On en ressort le corps et l’âme purifié.

    Le voyage se poursuit donc… Et tu sauras nous en conter les merveilles rencontrées et ressenties.

    A bientôt d’en lire la joliesse.

    Bise.

    Philippe.

    J’aime

  22. Ah ! Oui, laisser des choses trop lourdes à porter derrière soi, fait un bien énorme, à certains moments, en effet ! Vivre de l’intérieur redonne des ailes pour l’instant qui cout ! Moi, je suis de retour depuis le 31 en fin de journée !
    Bonne soirée de ce samedi Sabine et agréable dimanche !
    Bisous♥

    J’aime

  23. Je comprends ta joie, Sabine, mais je ne saurais jamais la dire aussi profondément que toi ! je sais seulement que c’est merveilleux grâce à la marche méditative de devenir vent, nuage, pierre chaude, chant des oiseaux ! MERCI de nous faire participer avec amour à toutes tes vibrations !
    Je t’embrasse
    Blanche

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :