Entre sang et levant ….

 

Pour m’écouter vous lire ce poème,

cliquer sur la flèche de cette petite vidéo,

en prenant bien soin d’éteindre le lecteur du blog (sur la colonne de droite)

afin d’éviter toute cacophonie.

Je ne saurais trop vous conseiller de lire en même temps sur la page,

pour  cueillir certains jeux de mots avec le parfum qui leur est propre !

 

 

 

 

Dans l’éclat rouge et orangé

qui sublimise toute chose

y verrai-je encore aujourd’hui

la splendeur du levant

ou les espoirs en feu d’une terre

d’où ne jaillissent plus que des vapeurs d’en-sang !

 

Oh toi dont l’ancêtre

épargnait le ramier

en mémoire de Noé et de la colombe,

vivant du lait de ses chameaux

et d’un peu de farine,

que tu offrais parfois en pain

au simple voyageur, 

oh toi, fais-leur entendre !

Et dis-leur que dans ses prières

on ne parlait ni de sang ni de mort ….

 

Dans ses versets et dans ses chants,

puisses-tu encore

y voir fleurir le henné et le jasmin, 

entendre une fontaine

à chaque pas étranger,

et  penser à l’errant affamé

à chaque fruit tombé sur le sol …

 

Oh toi qui vénère ce livre sacré,

tu sais qu’au pied des mosquées

peuvent encore couler de belles rivières,

éprises de sycomores

et de mûriers blancs,

où les hommes se souviennent

de contrées au printemps éternel,

des doux amas de laine,

la poussière des petits ateliers,

et les confitures délicieuses ….

Oh oui, souviens-toi,

on pouvait danser le mot liberté

dans ces vergers merveilleux …

 

Mais aujourd’hui,

toute offrande dans sa chair

a été bafouée !

Et nos larmes ne sont plus

comme ces roses qu’on laisse sécher

à la fin de la lune

afin qu’elles deviennent plus belles encore ….

Nos larmes sont de vraies larmes,

sorties des profondeurs,

elles coulent à se perdre

 dans un désert humain,

à l’image du monde

devenu pour un temps,

juste un temps je l’espère,

paysage écartelé

dans un émail de douleurs …

 

Oh toi qui ne crois qu’en l’amour

à déverser dans les prières,

dis au ciel qu’il reverra la limpidité

 dans la marche des fleuves,

et que nous pourrons encore 

y laver nos « soi »,

pauvres teintures-riez …

Dis vite au ciel

 que la tristesse de l’univers

ne fera plus agenouiller le cèdre,

et que le poète chantera encore « ô soir »

dans la fraîcheur des eaux,

imprégnées de fleurs,

et près des bassins

où nagent des poissons d’or et d’argent !

 

Oh toi,

calme les mains tremblantes

de cette femme qui dénoue ses longues tresses

dans la tiédeur des étoiles,

et fais revenir sur ses monts

la chèvre égarée de peur,

partie fuir entre les oliviers …

Car

que reste-t-il dans tes versets,

de la candeur de ton histoire,

et de l’authenticité de tes convictions

au coeur de cet aujourd’hui,

si farouchement incertain

et déjà meurtri !

 

Si aucune vérité,

aucune beauté,

ne se périt dans les livres,

fais, oh mon dieu,

que nous ne soyons pas forcés

d’aller à la hâte les cacher

dans je ne sais quelle caverne du temps !

 

Car

nous nous souviendrons tous 

de ce jour

où les plus nobles croyances,

celles sculptées par la fraternité,

tombèrent en ruines,

s’élevant dans les nues,

telles des colonnes squelettes …

Et  sur leur marbre froid,

nous nous souvenons encore

que le moindre mot d’amour se tut !

 

(Sabine)

 

————

 

A toutes les victimes de ce 13 novembre 2015 et à leur famille.   

 

 

42 réflexions sur « Entre sang et levant …. »

    1. Merci à toi, océanique, d’être venue lire ce grand message d’espoir !
      Tu peux venir « m’écouter » à présent, j’avais tellement envie de clamer ces mots, et les porter vers le haut …

      A bientôt.

      J’aime

  1. Sabine,

    Merci pour tes mots entendus et lus, mots sous forme de prière, mots de beauté, de lumière, mots qui ont surgis à toi et que tu as couché sur ta page. Mots offerts à nos regards avides après tous ces moments qui s’était estompé à nos yeux. Nous étions dans les ténèbres, tu nous redonnes la lumière.

    Merci Ô Sabine de permettre que les mots d’horreur ne prennent pas le dessus sur les mots d’amour. Comme j’aime ces sycomores et le bruit paisible de l’eau de la fontaine. Nous ne voulons plus de cèdre agenouillé.

    Merci pour tes mots d’espoir ….Comme cela me fait du bien à moi qui n’arrivait pas à écrire..Merci Ô ma Sabine, Merci.

    Je t’embrasse fort, très fort

    EvaJoe

    J’aime

  2. C’est vraiment touchant, j’étais venu le lire hier et aujourd’hui l’écouter c’est encore plus fort tu avais raison, j’aimerai que ces gens, qui au final ne sont pas croyant, viennent t’écouter, mais de cela ils en sont incapables, ils ne sont plus humains, merci pour nous, merci

    J’aime

  3. Merci Sabine pour ces mots que tu nous laisses en témoignage . Vibrant plaidoyer pour la beauté de la vie et la douceur des choses . J’ai écouté avec beaucoup d’émotion ce chant d’amour .
    Bises

    J’aime

  4. Il coule des mots de douceur, de paix et d’amour où chacun chacune peut si abreuver, prier, méditer dans son coeur!
    C’est un comme un chant vibrant d’amour qui touche notre âme, merci Sabine!

    J’aime

  5. Comme c’est bon , Sabine, de t’entendre réciter ainsi tes mots !
    Avant de t’écouter, j’ai d’abord lu, pour mieux goûter ensuite !
    L’Amour aura le dernier mot !
    Bon et doux jeudi !
    Bises♥

    J’aime

  6. Comme c’est superbe et avec ta voix, cela a encore plus de portée.
    Cela m’a fait immanquablement penser à l’Andalousie du temps où se côtoyaient toutes les religions dans la paix et la fraternité ! que ces temps-là étaient doux et quel bonheur d’aller visiter Cordoue et la Calahora où je me souviens avoir écouté un texte absolument magnifique à ce sujet.
    Cette civilisation arabo-andalouse nous a tant apporté à tous les points de vue, elle rejetterait avec force la folie de ces hommes qui se revendiquent d’une religion qu’ils ne connaissent même pas.
    Gros bisous, chère Sabine et encore merci.

    J’aime

  7. Merci pour ce partage d’espoir, chère Sabine, qui panse un peu la déchirure de nos coeurs et de nos âmes. Je suis sans voix devant les atrocités, mais mon coeur entend tes mots et ta voix qui consolent les larmes versées. Je pense intensément aux familles orphelines ; nous sommes tous endeuillés et le resterons longtemps. Même si nous gardons l’espoir de paix pour les hommes de bonne volonté.

    Je t’embrasse fort, chère Sabine,
    Lorraine

    J’aime

  8. C’est là un hommage magnifique…Ces jours-ci j’ai relu O.Khayyâm, ce grand poète et philosophe qui était contre tout fanatisme… »la coupe est le corps et le vin en est l’âme. Cette coupe de cristal toute riante de vin Est une larme où se cache le sang du coeur… »
    Chère Sabine je t’embrasse avec émotion.

    J’aime

  9. Ta prière se chante comme un psaume,
    Un psaume d’amour, de paix et de pardon…

    « Psaume 72
    Comme une pluie qui tombe sur un terrain fauché,
    Comme des ondées qui arrosent la campagne.
    En ces jours le juste fleurira,
    Et la paix sera grande jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de lune.  »

    Je te joins ce texte écrit par un anonyme:

    « Si la pierre disait:
    ce n’est pas une pierre qui peut monter un mur…
    Il n’y aurait pas de maisons…

    Si la goutte d’eau disait:
    ce n’est pas une goutte d’eau qui peut faire une rivière…
    Il n’y aurait pas d’océan…

    si le grain de blé disait:
    ce n’est pas un grain de blé qui peut ensemencer un champ…
    Il n’y aurait pas de moisson…

    Si l’homme disait:
    ce n’est pas un geste d’amour qui peut sauver l’humanité…
    Il n’y aurait jamais d’amitié et de paix sur la terre des hommes…

    Comme la maison a besoin de chaque pierre,
    Comme l’océan a besoin de chaque goutte d’eau…
    Comme la moisson a besoin de chaque grain de blé…

    La PAIX a besoin de TOI, unique et irremplaçable… »

    Paraboles d’orient et d’occident
    Jean Vernette
    Droguet et Ardant

    J’aime

  10. Chère Sabine, j’ai lu et j’ai entendu. Ta prière est lumière, et la lumière va à la Lumière. Tes mots sont beaux, profonds et vrais.
    Gros bisous de nous deux. Douceur à Toi.
    Alain

    J’aime

  11. Bonsoir Sabine,

    Je ressens dans ta lumineuse prière autant d’espoir que de désespoir, ce qui est normal quand on se trouve confronté à la cruauté humaine.
    Il y a quelque temps, j’ai recopié ces quelques lignes d’un livre dont j’ai oublié le titre :  » C’est étrange de constater comment toute lutte pour un idéal de perfection se trans forme en guerre d’extermination contre tout ce qui n’est pas parfait « ; cette constatation me semble valable pour tous les extrémistes et fanatiques de toutes les religions dans le temps et l’espace.
    L’histoire humaine est faite de haine et de souffrance dues à ces guerres , mais elle est faite aussi des belles victoires de l’Amour qui est un feu qui ne peut mourir.
    Le ciel orangé du levant qui a accueilli ta prière ne fera fleurir que les mots de bonté et d’espoir sortis de ton coeur.

    Je t’embrasse très fort et te souhaite un bon dimanche au coin du feu

    Blanche

    J’aime

  12. Coucou Sabine
    Espérons que les adeptes de toutes haines confondues recevront ton appel lumineux ! Et que les Sages de toutes nations sauront convaincre les roseaux faibles !
    Mais la drogue des paradis artificiels sait contrer toutes paroles de Sagesse ! Et la vérité est là : la drogue est à la base de la sauvagerie ! la drogue annihile la conscience et tout discernement….. le drogué est facile à contrôler et diriger !
    Merci Sabine et bisous

    J’aime

  13. Bonjour,

    Un bel hommage dans ce poème, évitons de nous égarer dans une fustigation de la sensualité de l’Orient, il y a sa face noire, comme nous avions, avons la nôtre.
    Bonne journée
    Bises

    J’aime

  14. Tes mots sont forts ma chère Sabine, ils portent haut ….. merci …. touchée en plein coeur, encor’….
    merci … j’ai lu tes mots… j’ai écouté ta voix… entendu ta prière … ressenti. la beauté..
    .. bisous amicaux. Den

    J’aime

  15. Actes de violence, d’inhumanité, de non respect de la vie et de la liberté, que penser de ces êtres qui n’ont aucune tendresse à offrir et qui ne connaissent pas la valeur de la vie des autres ni même de la leur, qui ne pensent pas à leur mère, à leurs soeurs, à l’opprobre qu’ils génèrent, nous sommes ensemble dans ces malheurs dont nous ne comprenons pas le sens…
    Merci Sabine pour ce texte empreint d’émotion, je t’embrasse

    J’aime

  16. Bonjour Sabine,

    Je suis émue en te lisant. Des mots poignants qui libèrent un message d’espoir encensé d’amour et de lumière. J’ai la foi qui me permet de croire toujours en la beauté de l’amour malgré ce qui s’est passé. Je t’embrasse bien fort.

    J’aime

  17. Bonjour Sabine,

    On devrait lire ton poème dans les mairies, devant les monuments aux morts! Il est magnifique de paix, d’amour et d’espoir en l’humain. Oui, il faudrait le clamer partout sur les ondes!
    Merci Sabine.
    Gros bisous

    J’aime

  18. J’étais venue lire, aujourd’hui j’écoute…
    Nos mots s’écrivent facilement… ils coulent comme des larmes, comme du sang;
    ils se racontent au lavoir où les femmes à genoux, lavent d’amour les blessures…
    J’entends tes mots, les miens, les nôtres, les leurs, ceux des cris , ceux des silences… même au milieu de la nuit, encore j’entends ces messages d’appels, ces vibreurs vibrant…. j’entends et je pleure.
    Mais pour tous, le besoin de se relever, de chanter, d’écrire, d’embrasser tous les peuples sans amalgames,… Oui tous réunis autour de sourires et dans un seul devoir, celui de chasser les faiseurs de haine .
    Autre chose… beaucoup plus léger…
    Ton commentaire sur Pascaline III ..?! Tu as eu l’impression que j’ai adapté une histoire que tu aurais déjà lu???? Non Sabine, c’est impossible!
    D’abord, parce que les mots que j’écris sont toujours les miens (ou alors l’auteur est mentionné) mais surtout, dans ces deux nouvelles (juin et novembre) c’est mon histoire!!! et comme chaque vie est unique, je doute qu’aucune autre femme est ressentie sa vie comme la mienne, et de la façon que je la raconte. la fin de l’histoire a été publiée dimanche…
    Je préfère te répondre ici, parce que j’ai voulu que ça ressemble à une fiction … Pascaline ne doit pas être Passion pour certains lecteurs…. je suis sûre que tu comprends……….

    Je t’embrasse très amicalement

    J’aime

    1. Ouvrant à l’instant mon écran, j’avais justement l’intention d’aller chez toi….Que j’aime ces hasards qui n’en sont pas !!!

      Mon lecteur de musique se trouve sur la colonne de droite (où tout se trouve d’ailleurs). Tu fais défiler jusqu’à ma longue file d’amis (« Mes hamacs ») puis, à la fin de cette liste, tu as « Caresses musicales » et le lecteur est là ….

      Oui, la musique va bien avec ce poème et elle ne t’a peut-être pas empêché de me suivre …..

      Bise-houx : sabine.

      J’aime

  19. Bonjour
    yes apln s’ouvre de nouveau, merci de tes com, sans réponse de ma part, mais nul n’est tenu a l’impossible n’est-ce-pas
    Je te souhaite un très bon mercredi
    Nos amitiés bises
    Qing&René

    J’aime

  20. Je relis ta poésie …
    Magnifique …
    Les hommes se trouveront toujours un prétexte pour s’entre tuer….
    Dur dur ce matin de me lever , j’ai du attraper un refroidissement, du coup je suis en retard dans mes publications
    Douce journée Sabine
    Bisous
    timilo

    J’aime

  21. Un petit coucou du matin pour te relire et te déposer ce poème:

    J’ai cru que le jour était vide
    J’ai demandé pourquoi
    J’ai cru que la nuit était vide
    J’ai demandé pourquoi
    J’ai cru que le cœur était vide
    Je l’ai pris dans mes mains
    Je l’ai vu s’éclairer et brûler peu à peu
    Alors j’ai cru que l’homme un jour enfin vivrait
    Non par quelque miracle venu du bout des cieux
    Mais par cette chaleur qui tremble dans ses mains
    Alors j’ai fait ce rêve d’une terre habitée
    Où l’arche et la colombe seraient enfin sauvées
    J’ai cru que chaque oiseau promettrait le soleil
    J’ai cru que chaque enfant annonçait le matin

    Jean Lavoué

    J’aime

  22. Je suis revenu t’écouter Sabine et j’ai aimée ta voix chaude et chaleureuse qui porte les mots de ton beau poème (juste un petit reproche pour la pub de boulanger qui est gênante au démarrage) Bis-aïeul (j’ai presque 7 décennies !!!)

    J’aime

    1. Ouaaaaaaaaaaah, 7 !!!!!

      Je vais filer sur ce pas vers chez toi car j’ai entendu ….un bouchon sauter !!!!

      Mon enregistrement s’ouvre directement sur ma voix chez moi mais merci de cette précision : la pub est bien malheureusement « pare-tout » !!!

      J’espère que tu m’auras gardé un peu de …sauc. du pays !!!!
      Bisouuuuuuuuuuuuu.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :