La Jard en jarre de rêves …

Allez comprendre pourquoi, en ce dimanche écartelé par la colère du vent, nos pas ont eu envie de se poser sur un paysage implacablement désert, la Jard, que seules habitent une tourbe épaisse et quelques herbes mouillées …

Il n’y a rien à comprendre, juste à se laisser aller au mystère intégral de chaque délice d’être, celui-là même qui nous fait avancer !

J’aurais pu, d’ailleurs, intituler ce billet :

« Hêtre ou ne pas être … »

 

En glissant un oeil par la lucarne … Rue et vent (Copier)

 

L’air mutin fait aussitôt aspirer à des rêves aussi intimes qu’insensés ….

P1130228 (Copier)

En hommage aux « voyageurs immobiles » ,

je dédie ces quelques pierres,

que réchauffera au fil des découvertes

le credo de mon inspiration …

 

 P1130223 (Copier)

Pour eux, j’irai même plus loin …

Jusqu’à me faire

« la malandrine des grands chemins »,

ôtant crochets et cadenas

dans la volonté d’un bel abri …

 

P1130225 (Copier)

Entre deux tranches de terre

j’ai trouvé la fève,

l’ai ranimée de mes mains,

pas de gale-être

sur la peau de mes chemins ….

Une fois dans ma poche

mon coeur devint mioche,

miettes de joyeuse gavroche

à garder pour demain …

P1130229 (Copier)

J’aime croire

en l’ivresse d’un voyage

qui prolongerait mon regard,

plus loin

que tout au-delà imaginable …

P1130233 (Copier)

Dans sa malle-être

de passe-t-elle,

l’hiver griffonne ses envols

afin que la marouette s’y abandonne ….

 

P1130234 (Copier)

J’ai troué

le papier verre

de mes carnets !

Plus rien désormais

ne polira mes grains

d’émoi

de fantaisie

de vérité …

Un soleil fou est venu

à la porte de mes mots

tambour-inné …

 

P1130239 (Copier)

Paumes en coeur,

l’herbe est un écueil

pour l’eau qui a peur

des silences âme-air …

 

P1130240 (Copier)

Berge métissée,

née d’un vol de pavot

vers une ballote noire,

joue sous le vent

du blues heureux …

P1130246 (Copier)

L’ombre enlace le vide

de sa silhouette de fée,

il danse un rien d’unanime

sur les solitudes échouées …

P1130254 (Copier) 

Je n’ai plus qu’un papier vert

pour traduire

la verdeur

des idylles du soleil !

 

P1130261 (Copier)

Langues de bois

tressent des rimes…

Dans la fleur de leurs tirades,

d’infinies scènes d’amour

s’en-cheveux-être à jamais ….

 

P1130263 (Copier)

Là,

vous ne le voyez peut-être pas,

un voyageur immobile

médite

sur le piquet,

desserrant un à un

ses chaînes de prison-niée …

Il ne sait plus qui,

de lui ou de son épieu,

est le plus entravé !

 

P1130267 (Copier)

Là-bas le moulin de Rabaine

et son saule

pleure-heures …

Il aurait voulu qu’en son ventre,

s’effilochent le coton et le chanvre,

pour offrir aux poètes

matière à créer,

en avoir un jour  la primeur !

P1130271 (Copier)

En l’écoutant,

des sirènes pleurent-nichent

sur l’incertitude de l’oh ….

P1130275 (Copier)P1130277 (Copier)

Le voyageur est parti,

a laissé une liane

entre ses rêves

et ceux de l’arbre

pour pouvoir s’accouder

à la harpe du ciel !

P1130279 (Copier)

Le voyageur en partant

a réveillé des chants,

sur le chagrin des îles,

qu’entonnent des étoiles

aux lèvres amarantes

et en jupons de cils …

P1130281 (Copier)

Tous les rêves sont à fleur

et m’effleurent de leur crinière,

blonde, feu,

baie, mandarine …

Mes rires suintent

de senteurs équines, 

et je reste cette étrangère,

étrange,

chevauchant avec douceur

entre des anémones de Mongolie …

P1130282 (Copier) 

Mon soleil fou

peu à peu

disparaît

dans l’imperceptible du décor …

P1130283 (Copier)

L’aurais-je aussi rêvé,

fait naître

de ma bouche,

en bulle étourdie,

avec l’eau des toits

et le savon blanc des nuages ?

P1130285 (Copier)

A-mère-t’hume,

il entre chaque soir

dans le placenta du ciel !

A-mère-veille

il aura, demain,

le sourire de l’enfant 

d’aile …

P1130286 (Copier)

Un vieux bossu, au loin,

qui avait tout vu,

tout entendu de mon histoire,

alla tout rapporter

au Seigneur des vents …

Mais, parvenu à la fin du voyage,

l’homme soudain pleura !

 

P1130288 (Copier)

Apôtre tant vénéré

dans les prières du pèlerin,

toi qui as donné à cette église

ton nom,

dis-nous, je t’en prie, pourquoi

à cette heure si froide du crépuscule

elle ne laisse entrer personne !

Ne pourrais-tu pas

lui chanter quelques mots-ombrelles

à l’oreille ?

Ce vieil homme de mon récit,

et tant d’autres avec lui,

gueux splendides,

bardes maudits,

misérables 

errant sans collier,

Hommes-chiens

qui connaissent si bien

le langage de l’aube

et les bienfaits de l’hirondelle,

tous

ont les yeux âprement tournés

vers ce soupçon de chandelles

qui brille par le vitrail

et ignorent encore pourquoi

ils ne peuvent trouver refuge en son sein !

P1130289 (Copier)

A toutes ces …fissures du TANT

qui nous font entrevoir l’illusoire

et toucher l’impalpable,

de nos doigts d’enfant …

Sabine.

34 réflexions sur « La Jard en jarre de rêves … »

  1. Que de merveilles, ma chère Sabine, tu nous offres !! Tant qu’à chaque image, à chaque texte, je m’arrête le souffle coupé pour te dire : « oh ! » – « ah! » mais aussitôt une autre surprise surgit, balayant la précédente de son rire délicieux !
    Si je commence par le début, voilà, ta seconde photo, eh bien, c’est exactement la campagne derrière chez moi ; ce sont mes champs, là où je promène mes chiens, oui… j’en étais toute ébaubie…
    Mais ensuite nous avons versé dans le sépia, dans la magie des photos de rêve, des photos qui s’évaporent comme des bulles dans la douceur des instants… Et puis soudain, sans que la différence soit trop visible, hop ! du vert à nouveau avec le blanc et noir de ces jolies cigognes qui semblent se plaire par chez vous en cette saison encore… Et puis à nouveau du sépia, de beaux arbres, un « inconnu solitaire » que je n’ai pas trouvé… Et enfin ces images splendides de soir ; ces soleils rouges derrière la brume que tu nous offres comme des coeurs palpitants d’amour… ! Merci Sabine, vraiment, cette jarre est une corne d’abondance remplie de trésors inouïs…

    J’aime

  2. Beauté, merveille, splendeur des mots et des images, quel enchantement !
    Voilà, c’est dans cet état, que je me retrouve à la fin de ce superbe billet !
    Douce poursuite de ce jour à toi Sabine,
    Bisous♥ et merci !

    J’aime

  3. Bonjour Sabine ! C’est splendide entre tes photos toutes plus explosives les unes que les autres et tes lignes parfois tellement tirées par les cheveux que je me surprend à devoir relire pour en comprendre le sens profond … ah au moins avec toi le Français n’est pas « foutu » et le vocabulaire encore moins !!! Gardons toutes ces valeurs qui font si belle notre langue ! Merci !!! bisous bonne soirée en ce jeudi ou il fait pluvieux ici et ou j’ai qq bobos à l’oreille, la gorge côté droit … Ah non pas d’antibio SVP on va patienter et rester au chaud !

    J’aime

  4. Le temps ici, déploie son vol pour mieux nous surprendre au détour de chaque image. Un rêve sans fin où l’on ne sait plus qui est le voyageur immobile, qui est le gueux !
    La nature est une maison où chaque fissure ouvre un univers poétique. Merci pour cette immersion !

    J’aime

  5. Il faut être toi pour voir autant de magie dans les paysages que tu traverses, tu dois être une sorte de fée.
    La photo de la lune est exceptionnelle.
    Belle soirée et bisous.

    J’aime

  6. Bonjour Sabine, ton texte est magnifique et les photos viennent l’enrichir, à moins que ce ne soit le contraire ! L’ensemble fait rêver , tu nous transportes sur les ailes des anges et nous ouvres la porte afin de s’abriter du vent . Merci

    J’aime

  7. Que dire devant ces mots qui caressent l’imaginaire se posent sur le coeur telle une fleur?
    Je ne sais,
    que dire des illustrations qui frappent l’esprit le réveillent le nourrissent ?…
    je ne sais.
    Que dire de l’auteur qui nous offre rêve ou leurre?
    je ne sais mais elle a du talent……..ce n’est pas un leurre.

    J’aime

  8. Tes mots s’égrainent comme un chapelet dans les mains d’une âme belle… et toutes tes images se laissent saisir en demie teinte… pour laisser du mystère derrière le moindre courant d’air
    Très bon moment avec toi Sabine

    J’aime

  9. Merci chère Sabine pour ce sublime cheminement où mots et photos sont poétiquement mêlés . Moi aussi je veux être ce « malandrin des chemins ôtant crochets et cadenas dans la volonté d’un bel abri ….. » Bises

    J’aime

  10. Comme elle est belle ta rivière Sabine ! J’ai suivi tous ces liens que tu as tressés, et même les malheureux emprisonnés ont pu délier leurs barbelés…
    Je t’ai citée au Jardin de Titi et j’ai posté le poème Rencontrer le hasard que je ne t’avais pas envoyé avant car il était destiné à être publié sur Le Traversier et donc, ils devaient en avoir la primeur…
    Merci Sabine pour ces émotions que tu crée avec tellement de talent et de coeur !
    Je t’embrasse fort
    Marine

    J’aime

  11. En tourbillon de mots et d’images,
    Sur ton chemin
    On cueille miettes et cailloux…
    on emplit ses poches
    de ces joies de hasard
    que tu sèmes sur des solitudes échouées
    au bord du monde,
    sur des « anémones de Mongolie »…
    Là-bas, j’ai effleuré la blancheur des « édelweiss »
    sur une montagne sans nom…
    J’y ai aussi trouvé des soleils aussi rouges que le tien et des pas de pèlerins anonymes
    dans ces « fissures du tant »…
    « J’y ai touché l’impalpable »
    comme dans ton poème qui effleure en mots et en images
    la poésie de l’être…
    « Hêtre ou ne pas être »
    Devenir arbre pour planter ses racines dans sa terre
    et offrir à ses branches
    les routes de l’Univers…
    **

    Merci pour cette page de toute beauté
    ****

    J’aime

    1. Marie, je comptais y venir ce soir mais il est un peu trop tard ………….
      Je veux déguster, magistralement m’imprégner….

      J’ai tellement pensé à toi, à ton voyage, lorsque j’ai écrit ma strophe évoquant les senteurs équines et les anémones de Mongolie ………….

      A demain marie, IMMENSE bisou : sabine

      J’aime

  12. Beau poème plein de philosophie à méditer, à penser, à analyser. Les photos sont superbes et accompagnent bien ce cheminement de pensées.
    Merci de nous faire rêver et en même temps réfléchir sur bien des maux de tolérance et d’amour.

    Bonne journée et bisous.
    Nicole

    J’aime

  13. Bonjour Sabine,
    En cheminant avec toi d’images en images, je me dis que tu dois avoir sur l’épaule droite un petit lutin un peu mioche , un peu fou qui te souffle les mots qui traversent les murs des apparences et je comprends son dépit et sa colère de ne pas pouvoir traverser ceux de cette vielle église romane !
    Au-delà des « fissures du tant », que cette journée te redonne l’espérance
    Bisous
    Blanche

    J’aime

  14. Je suis venue, repartie puis restée de longues heures à m’imprégner de tes mots, de tes photos qui me chatouillent l’esprit et me font voguer dans d’interminables instants où le temps suspend son vol….

    Comme j’aime les voyageurs immobiles, et aussi je m’attarderais ce jour sur cette photo de cet arbre qui m’attire, me fait rêver. Mais que dis-je ce sont des sirènes et si je les écoute je vais rester de longues heures et je vais être envoûté….. Et attirer par l’Ô!

    Moments magiques que toi seule sait nous donner lorsque tu nous entraînes au fil de tes mots dans des lianes qui en formant une harpe nous permet de nous accouder et de découvrir ce ciel…

    C’est BEAU !

    B comme beauté mais on s’en serai douté….
    E comme extraordinaire que tu puisses à chaque fois nous faire rêver
    A comme admirative de ces mots qui fusent toujours en harmonie et me laissent pantoise ….
    U comme Univers, celui que tu sais découvrir et que tu nous offres!

    A bientôt, oui je reviendrais car à chaque photo j’avais quelques choses à en dire…

    Ton blog porte bien son nom car quelque soit le chemin que tu arpentes tu nous le fait aimer et je vibre avec toi.

    Je t’embrasse Sabine et te souhaite une belle journée, ici il neige, il grêle, de vraies giboulées de Mars.

    EvaJoe

    J’aime

  15. Sabine je me laisse porter par tes mots…….tes photos féeriques….Je plane….A peine ici ,à peine là , je ne sais où je suis…dans l’intervalle des mots, du temps imagé….Dans l’hier aussi…
    Je t’embrasse………..

    J’aime

  16. Chère Sabine, je m’en viens relire tes textes, qui me bercent de leur merveilleuse poésie enrubannée de tes jeux si subtils sur les mots ! … La première fois j’avais été engloutie sous la beauté des images, cela valait de revenir boire les textes à la source… Voici la seconde fois aujourd’hui qu’on me parle d’une église fermée ! Je sais pourquoi : il y a trop de profanateurs d’églises ; trop de voleurs de statues ou de parties de boiseries, ou trop de pilleurs de lieux de culte qui par exemple y mettent le feu (cela vient d’arriver à Fontainebleau, ma ville natale) ! C’est dommage bien sûr…

    J’aime

  17. Merci pour ton si beau commentaire sur mon hasard en écho au tien, tu dis mieux que personne la poésie de l’instant, l’osmose avec la nature grâce à tes mots qui flottent dans l’air comme des nuages légers, comme les trilles de l’oiseau, le vol de la tourterelle, le chant cristallin de la rivière, tout ce qui fait que la vie est belle malgré les peines, les manques, les regrets… Je suis tellement touchée par tes chants bibliques, bien loin des agressions humaines !
    Je t’embrasse avec mon amitié, tu es une si belle personne !
    Marine

    J’aime

  18. J’adore tes jeux de mots dans cette poésie…
    Mille bravos!
    Et cette nature toujours aussi surprenante de beauté que tes mots encensent si bien…
    Pour que le 8 mars dure 365 jours et cette année 366
    Je fais une petite apparition sur le blog…
    J’ai les maçons chez moi et ce n’est pas évident…
    Douce journée Sabine
    Bisous
    timilo

    J’aime

  19. Le rêve est à portée de mains
    Où certains ne voient que simples pâquerettes toi Sabine tu vois des petits soleils aux mille mains
    Et tes promenades sont toutes enchanteresses
    Merci

    J’aime

  20. Merci Sabine pour cette magnifique page toute en délicates broderies, en fines gouttelettes de cet impalpable qui nous va droit au coeur, doux présent qui nous transporte, nous sublime.
    En te lisant, je revois un poète qui était venu dans ma classe. A la fin de l’année, les élèves avec son aide avaient écrit un recueil de poésie qui avait été publié. Il lisait ses textes et en l’écoutant, les enfants notaient au passage les images poétiques qui leur plaisaient. Ensuite, ils composaient un petit poème en vers libres. Il y avait vraiment des moments magiques ! Je t’imagine bien dans ce rôle, mais peut-être le fais-tu déjà.
    Gros bisous de nous deux
    Alain

    J’aime

  21. Tout est beau Sabine, images, mots. Ton ciel scintille au coeur de ce voyageur immobile. Que de beauté dans ton regard pour nous faire partager ce beau voyage. Gros bisous et bon week-end.

    J’aime

  22. Que rajouter de plus à tant de beautés lumineuses, délicatement posées… partout, sur ta page…. dans tes mots et tes images… Sabine, que j’en reste tout’ébaudie, gourmande de poésie et du jeu de tes mots, tes trésors, des bijoux ….
    merci pour ce voyage généreux au coeur de tant d’harmonie éclatante !
    Une douce soirée je te souhaite, comme tu aimeras.
    Den

    J’aime

  23. Coucou Douce Pèlerine des Cœurs !!! Sourire
    Grande Amie Intime de Dame Nature dont tu sais capter les secrets même les plus infimes… Doux Secrets que tu nous révèles au fil de tes douces photos… Saupoudrées tendrement par la plus pure sève des tes mots !!! Oh combien c’est beau !!! Immense Sourire
    Sabîne Fière & Douce Pèlerine, Talentueuse Tricoteuse des Bons Mots, Prodigieuse Brodeuse d’Images… comment te dire ?… Euh si ce n’est que je t’Admire et t’Aime fort fort fort !!! Sourire Radieux
    Je te souhaite une merveilleuse aprèm’ ainsi qu’une très douce semaine sereine Dame Sabîne !!! Intense Sourire
    Mille très tendres Bisoudoux Chaleureux
    ***Tincky***

    J’aime

  24. je suis revenu , l’atmosphère ici me plait, ce n’est pas pareil à l’extérieur avec les horreurs 😦 un peu de musique les photos et je retrouve le moral, bisous Sabine

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :