Imagine-erre …

Et si on rejouait à « Pierre feuille sises-oh »

 

Vous vous souvenez ?

Il y avait …

Cet arbre valseur,

ces allées-anges,

et mon crayon

posée sur l’alvéole

de la feuille-deltaplane …

Un peu plus loin, je rencontrais Musset …

 

J’ai repris ces sentiers des alentours,

 à la bouche en feuille et au teint de fleur …

J’ai repris

et les ai reprisés, 

au fil de l’oh ! 

Inséparables chaussettes

usées

mais si douces,

 chevillées à mes mots,

aux rimes fantaisistes 

 et résonnant de mille pieds  

en sandales de mousse …

 

 

 

Aujourd’hui encore, vous pourrez glisser votre oeil polisson par la lucarne de mon récit  ….

 

Lucarne herbe

 

Follement délicieuse, n’est-ce pas, cette sensation de pouvoir tout contempler sans être vu !

 

Et pendant que votre oeil furète et court ….

 

 

Mes pas battent lent

à l’horloge des émois…

Je ne réveillerai pas

le lutin poète 

qui pense

dans l’alcôve des écorces ….

 

P1130291 (Copier) 

 

 

 

 

 Lente, libre et loin …

J’ai peur de marcher sur le nacre

de la brindille qui dort

entre les bras du matin …

 

P1130298 (Copier)

 

 

 

 

Feuille bohémienne,

j’ai lu dans tes mains,

vu

des caravanes d’étoiles

passer

sur des paysages ébènes,

et autour de l’âtre soleil

frétillent

en transe

des oiseaux de bonheur …

 

P1130313 (Copier)

 

 

 

 

Le vent entonne une ronde …

Des enfants d’arbres,

vêtus de rouge horizon,

tournent et tombent,

ivres de déraison,

aux pieds d’un pinceau pèlerin …

  

P1130307 (Copier)

 

 

 

 

Sur les chemins de pluie,

j’ai reconnu mes larmes,

dans ce drap scintillant

où la terre se roule

en rêvant

de dérives avec le printemps …

 

P1130312 (Copier)

 

 

 

 

Est-il besoin d’or

sur les joues de la fleur

pour lier l’art à son corps,

discret coeur-à-cor

qui fredonne un monde

hors

de tout artifice,

vers de beaux creux de dunes

et des cavernes de thym …

 

P1130300 (Copier)

 

 

 

 

Elle attendait

emmaillotée 

dans son chant de lavande,

de vrais silences

qui interpellent,

la présence existante

mais désertée

d’anciens chemins de grêle …

 

P1130310 (Copier)

 

 

 

 

Ses deux pieds

de ballade-in

brillaient…

Elle les regardait,

puis soudain se hissa

sur ses pointes

de satin blanc

et dansa

le spectre de la rose …

Comme elle

ose

l’happe-aile

des sens,

ta vocation prime-erre …

 

 

P1130316 (Copier)Feuilles imagine-erre recadrée (Copier)

 

 

 

 

Boire cru

le jus de l’oeuf

éclos sous les mots …

Instant tiède,

sangsue-aile,

qui s’évapore

léger

de mon bois à penser …

 

photo ravivée (Copier)

 

 

 

 

L’esprit 

à  fleur et à sang

du marcheur éveillé

flue et se fond,

à la sève des choses,

comme tout ce qui ondule

dans l’oeil des forêts,

en colliers de branches

et rubans de ruisseaux …

 

P1130318 (Copier)P1130321 (Copier)

 

 

 (Sabine)

 

 

_____________

 

Dans ce même esprit d’errance,

n’hésitez pas à …………

aller chevaucher doucement

sur des terres lointaines,

devenir mioche,

des miettes d’extase plein les poches,

laisser tambour-inné le soleil

de vos mains

et voir la cigogne, les soirs,

rêver de bulles d’astres …

Coller votre oreille

à celle du voyageur immobile

où se mêlent blues heureux

et harpe du ciel …

Aller vêtir de chanvre

les espoirs d’un pauvre moulin

et, peut-être,

trouver enfin la clef

de ce beau refuge de pierre

appelé « Miséricorde » !

 

Tout ceci c’est

quelques pas plus bas …

(Pour celles et ceux qui n’y seraient pas encore allés !)

 

 

 

36 réflexions sur « Imagine-erre … »

  1. Tu viens d’un autre monde, chère Sabine, sûrement du pays des fées des mots, là où la nature et ton âme se confondent et ne font qu’un. Tu me fais voir plein de choses et m’expliques ce qu’il en est, à moi, pauvre terrienne très terre-à-terre, alors merci pour cette bouffée de poésie, à chaque fois !
    Je t’envoie des bises légères sur tes joues de satin.
    A bientôt.

    J’aime

    1. Mes joues de satin ? Waouh !!!!

      Chut, j’en ai piqué un peu à la feuille balade-in …….Aïe, une de ses pointes est déchirée ! Elle dansera « le spectre éclopé de la rose » !!!

      Immense bisou ………..

      J’aime

  2. J’ai l’impression d’être un voyeur maintenant 🙂 la nature n’est pas pudique, elle s’offre à nous sans artifices…naturellement, c’est à nous de voir sa fragilité.
    Bisous Sabine

    J’aime

  3. Tes photos accompagnent si bien tes mots, tant que j’y pense, je voulais te dire que j’aime beaucoup celle de droite en fond d’écran, ces arbres qui s’élancent dans une brume lumineuse.
    Chaque phrase nous emmène dans un labyrinthe entre tes trouvailles et tes jeux de mots poétiques.
    Merci pour la balade Sabine

    J’aime

    1. Bonsoir alma !

      En fait, il n’y a qu’une photo (qui part de gauche à droite). Cette photo a été prise cet été sur le « camino del norte »………..
      Ces arbres dans la brume, c’est vrai, sont des délices ……..Ce mélange de pins et d’eucalyptus !
      J’aime tant marcher dans la brume et l’eucalyptus est un arbre que je ne me lasse pas de contempler, il me fascine !

      Bisou.

      J’aime

  4. J’aime beaucoup tes lucarnes, tes alcôves… Surtout ensoleillées, emperlées, pleines de vie – comme ton texte qui nous emporte cette fois encore de rêve en rêve, de saut en saut, de cabriole en cabriole, de refrain en refrain ! Merci Sabine, de nous promener ainsi par la main, l’oeil rivé sur la petite fleur semée en bordure de bois ou envolé vers les cimes onduleuses !

    J’aime

  5. Bonjour très matinal Sabine pour te lire et me promener dans ton chez toi … A sauter les fossés je retrouve mon âme de jeunette même si mes jambes restent aujourd’hui à la traîne !!! bonne fin de semaine avec mes tendres bisous !

    J’aime

  6. Ton univers est toujours aussi poetique Sabine, et tu nous emportes dans tes errances et nous lie du fil d’or de tes mots, je me suis régalée de la sève de ton langage tellement imagé, merci
    Je t’embrasse
    Marine

    J’aime

  7. Sabine ta poésie est comme rivière courante, jouant avec les trouées lumineuses, un pont entre images et visions….les arbres en frissonnent….Le ciel est entre tes doigts, il est dans ton coeur ….
    Je t’embrasse

    J’aime

  8. Où puises-tu ton inspiration … « à la sève des choses » en chant-et ou en mêle-ode-dit, Sabine… tes mots « à fleurs et à sang » sont des sOleils étincelants, si liant, qu’ils nous transportent force-aimant sur tes chemins de grêle, de brume ou de lumière, et nous hissent loin, intense-aimant vers ton plus Haut essence-ciel à notre Sur-Vie.
    Tes photos sont des bijoux éclatants de beauté, qu’elles soient en rubans-beaux d’eau, d’encalyptus, de colliers de branches, dans le regard de ta forêts, ou simplement belles parce qu’elles naissent dans le silence des peaux d’arbres écorcées… .
    Merci beaucoup.
    Bonne journée à toi Âmie !
    Den

    J’aime

  9. Bonjour Sabine, on voit que c’est le printemps des poètes et c’est ici qu’on trouve la plus belle des ritournelles liée aux feuilles, aux arbres, aux ruisseaux dont tu nous émerveilles par le chapelet de tes jolies photos. Bises

    J’aime

  10. Tes promenades sont lents émerveillements. La nature est un palais dont tu ouvres les portes pour surprendre des trésors que tous ne voient pas. Là réside le simple bonheur d’être et prendre la plume pour le dire (et la photo aussi) est cadeau pour chacun ! Amitiés. Carmen

    J’aime

  11. J’aime toujours autant te suivre sur tes chemins…

    Je crois que si le lutin poète dort, il t’a laissé sa plume. 🙂
    Bises et douce journée Sabine.

    J’aime

  12. Me revoilà chez toi Sabine dans la douceur de tes mots, dans la tendresse de ta plume et je me noie au coeur de tes photos, chacune raconte des histoires merveilleuses, chacune a cet essence qui fait la pulpe de tes mots.

    En regardant tes photos pour Passeurs de mots j’ai été interpellé par celle où le soleil joue le facétieux dans l’eau du chemin. Ceux qui ne voit pas avec tes yeux y verraient simplement un tas de boue sur un chemin. Mais quand on plonge au coeur on y voit un ailleurs qui n’est pas plat, un monde différent qui permet de voir au delà de ce que voit le commun des mortels.

    Tu fais aimer la poésie même à ceux qui en sont fort loin. Tout est poétique, chacun de tes mots nous entraînent dans des lieux inexplorés…

    Et bien entendu on attend, avide chacun de tes textes qui fleuriront au cours des jours, voire semaine…Une délicieuse attente que l’on ne ressent pas surtout si comme moi on vient te relire, on vient voir tes photos d’hier et d’aujourd’hui.

    Mais quand enfin on reçoit ton courrier alors je me précipite pour te lire et ….à nouveau immuable comme la vie le temps suspend son vol…

    Merci Sabine!

    Bisous d’EvaJoe

    J’aime

  13. Au hasard des chemins,
    Tu as trouvé la clef
    Qui ouvre « les lucarnes »
    Aux mots bohémiens
    Qui frissonnent au soleil,
    Aux mots sucrés
    Qui fondent sous la pluie.

    Au hasard des chemins,
    Tu as trouvé des perles
    Aux boues des ruisseaux,
    Des éventails de plume
    Sur des feuilles frivoles,
    Des fleurs un peu folles
    Dansant sous la lune.

    Au hasard des chemins
    Tu as trouvé des merveilles
    A offrir aux regards,
    Des images d’un paradis
    Où la nature est ce poète,
    Ce musicien baladin
    Qui chante que « c’est beau la vie »…

    J’aime

  14. Bonjour Sabine,

    Je suis sûre que tu as réveillé  » le lutin poète qui dort dans l’alcôve des écorces  » ( j’aime beaucoup cette image ); il t’a suivie , silencieux et invisible, pour écouter les mots magiques de ton coeur de fée humaine et les rapporter au génie de la forêt qui ne les avait jamais entendus.

    Bon dimanche printanier
    Bisous

    Blanche

    J’aime

  15. Jolie balade de tes mots au cœur de la Nature… On te suit pas à pas…. on rêve avec toi ! Merci de cette féérie de trouvailles qui ne tiennent qu’à toi et à bientôt

    Un bientôt un peu chaotique aussi, car préparation de bagages pour une balade au cœur de l’Andalousie… (Mon rêve !)… J e reviendrai te lire dès notre retour…

    Tous mes plus gros bisous chère baladine

    J’aime

  16. http://scontent-amt2-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xpa1/v/t1.0-0/s526x395/10399665_1674290072841044_5834400378762144933_n.jpg?oh=dc5f20056fabc5f82f68fab1df9a6255&oe=57851B4D

    Aujourd’hui est un jour important

    Voici enfin le printemps

    Je reviens d’un long voyage

    A bord de mon petit nuage

    Je suis allée cueillir quelques fleurs

    Pour t’en faire un bouquet de bonheur

    Un bouquet qu’il te faudra entretenir

    Pour ne pas le laisser mourir

    Le printemps c’est douceur

    Le printemps c’est couleur

    Je te le souhaite porteur

    De toutes ces saveurs.

    -dimdamdom-.

    Bisous et merci pour ce beau chemin 🙂

    Domi.

    J’aime

  17. un passage chez toi en ces jours de malheur, nous fait oublier un instant l’actualité des hommes… et ça fait du bien comme de passer la main sur le dos du chat… continue de ronronner à la vie ; Merci!
    Bises

    J’aime

  18. Chère Sabine,

    En lisant tes magnifiques vers j’ai oublié, le temps d’un instant, la laideur d’un certain monde.
    tes mots sont un souffle soyeux qui nous caresse l’âme
    merci pour cette balade au pays de la douceur et de la féerie
    Bisous
    😉

    J’aime

  19. Bonjour Sabine
    merci de ton souhait, non personne, hélas je pense que c’est loin d’être fini les attentats contre la Belgique
    Je te souhaite un très bon samedi
    Avec amitié
    René

    J’aime

  20. Qu’il est bon de se désaltérer sur ces chemins par tous les temps. j’ai passé un merveilleux moment à te lire. Je te souhaite de joyeuses PAQUES Sabine. Je t’embrasse bien fort.

    J’aime

  21. Bonjour Sabine,

    Merci pour tes souhaits de Pâques qui m’ont apporté le soleil ! ils sont arrivés avant la publication des miens un peu tardifs !
    Mais le vent souffle fort en cette belle journée de dimanche et j’ai préféré me promener avec ton lutin et tes mots magiques qui m’ont fait rêver !
    Je t’embrasse bien fort
    Blanche

    J’aime

  22. Coucou Douce Sabîne !!! Sourire
    De jolis mots en belles images, tu nous entraines tendrement et sainement dans ton doux sillage… Pour le plus grand Bonheur de nos Mirettes, tes photos nous font emprunter les Pas du Chemin de ton Cœur où là, tes tendres et féériques phrases, nous mettent ce particulier Baume Imagine-erre qui résonne encore et encore dans nos Esprits même quand nous avons franchi « le Pont du Réel »… Sourire Tendresse XXL
    Merci Précieuse Toi… Immense Sourire
    Mille très tendres Bisoudoux Chaleureux
    ***Tincky***

    J’aime

  23. Sous l’écorce
    De l’arbre qui valse dans le vent
    Un petit lutin silencieux
    Nous observe
    Il nous veut beaucoup de bien
    Il est là pour veiller sur nos vies
    Il est là pour consoler nos peines
    Et fabriquer du bonheur
    Que les feuilles nouvelles de mai
    Distilleront au bord de la rivière
    En particules d’or

    Ce lutin est ton ami et tu sais si bien nous le raconter Sabine, merci

    J’aime

Répondre à almanito Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :