Goûte d’eux pluie …

 

Une fois encore, elle s’est invitée, à la lueur de notre souffle, comme elle le fit sauvage-aimant en septembre, lors de notre errance landaise … 

La pluie !

Goûte-l’être de pluie, cool coule, art-rose, hymne-onde …

Qu’elle soit larme ou graine d’astre, qu’elle éclate en sangle-haut ou germe dans notre chair, rien ne vient rompre notre volonté de tisser notre chemin entre ses mailles, dès lors que l’appel de la fugue vient en nous résonner fou !

D’une telle art-d’heure, en connaîtrons-nous un jour le mystère ?

Au premier retentissement de bâton sur la chaussée, elle nous glace les doigts, tente d’éteindre notre flamme, mais rien ne parvient à affliger nos pas … Notre flânerie est comme inscrite déjà quelque part, sur une page-herbier de l’univers, en écorce de joie !

 

 

 

 

Souvent, la tristesse des hommes immerge les cils des arbres … 

Et je pense à ce courant d’aujourd’hui, partagé entre crainte et euphorie, essayant de lire sur la soie de l’horizon des réponses de nacre …

 

 

 

 

Au coeur d’une contrée où la terre s’épand comme un lierre invincible, tout est à perte de vue à s’en éprendre et s’y perdre, à s’or-raciner …

Nous marchons dans une sorte de désert énigmatique, au front trempé, au regard mélancolique, où la solitude, vagabonde inspirée, élève vers le ciel ses sublimes mains sculptées de boue …  

Combien, sous nos yeux, est émouvante et pathétique cette oeuvre dorée à l’art-fin !

Ces instants de rudesse, nécessaires giclées d’absinthe du pèlerin, ne trouvent leur substance que dans la force même de l’être et l’exubérance de sa foi. Instants qui lui font se blottir dans un délice foetal, retrouvant ses talents, ses instincts et ses origines propres …

 

 

 

 

Un étrange farfadet, croisé en chemin, me l’avait dit  « Tu n’entendras l’histoire des lieux qu’après avoir passé un pacte de complicité avec l’air … »

 

 

 

 

Il détenait ces secrets de vieux murs suintants de splendeurs passées …

 

 

 

 

La pluie, telle une araignée sur la toile du vent, continue d’en-mieller, dans la plus belle des spontanéités, rires vierges et murmures chatoyants …

 

 

 

 

La pluie dégringole sur les cous en écharpes de fête …

Mais, bien que vous ayez été sûrement très sages, toutes les images ne pourront faire le chemin jusqu’à ma musette ! Il pleut bien trop et je les confie donc à votre imaginaire…

La pluie pare les marais de lacs où se laissent glisser, parfois, des cygnes ailés-gants. Un peu plus loin, des ribambelles d’étourneaux jouent à la mare-aile entre les bois secs des tournesols … Près d’un domaine, de hauts chevaux blancs se dressent à fleur de nuages, leur couverture rouge amarante sur le dos. J’entends, entre deux parallèles, la voix éloquente des seigneurs, la valse tumultueuse des sabots et la brillance des épées fait naître d’éblouissants rayons de soleil …

 

 

 

 

En apercevant le chien endormi contre le tronc, je me mets à marcher sans bruit, sur la pointe des sens, mots en coeur, baisers en vers  …

 

 

 

Nous avions besoin de cette escapade pour nous sentir à nouveau libres, libres de voler et respirer au-delà des possibles …

Et c’est tout ce que je peux vous souhaiter de plus cher, cette liberté enivrante … Soyez-en grisés !

Soyez bulle de chant-pagne  …

Soyez bulle dans votre bulle en ces temps qui semblent s’opposer à tout pétillement !!!

 

Merveilleuse année 2021 à toutes et à tous ! 

 

SAB-Lyse

 

 

 

 

 

24 réflexions sur « Goûte d’eux pluie … »

  1. Il est un régal de lire une telle richesse de mots enveloppés d une sensibilité si pure.
    Comment ne pas voyager au cœur de notre maison intérieure en lisant la poésie de ta ballade.
    Je reçois chacun de ces mots et images dans ma mémoire comme une valse inscrite sur mon carnet de bal.
    Chaque valse est ce ressourcement de connection avec notre grande dame nature..
    Merci pour la douceur de ton écriture qui apaise directement le moindre agitement intérieur.
    Nathalie petit poucet

    J’aime

  2. Comment répondre à de si belles paroles ? Tu as été tellement inspirée dans ces lignes… Merci pour ces évocations, ces images toutes simples mais si proches de nous.
    Belle année à toi, sans craintes sanitaires, libre de tout déplacement, libre de tes convictions, libre d’aimer, de photographier, libre de tes mots à double sens, de tes regards qui vont parfois bien au-delà de nos sens…
    A très vite pour de nouvelles inspirations.
    Avec amitié,
    Dorothy

    J’aime

  3. Bonsoir Sabine,
    Comme il fait bon de te lire ! Je me laisse griser par tes mots si beaux ! Ces temps passeront, et à nouveau, nous pétillerons en toute liberté, je le crois ; je le sens !
    Merveilleuse année 2021 à toi également,
    Bisous♥

    J’aime

  4. Même si je n’aime pas la pluie qui nous a inondés les jours derniers de décembre, je trouve ta complainte bien agréable et comme elle se termine en bulles de champagne c’est bien ! Tout paysage a son charme, toute marche a ses surprises il faut savoir les trouver et les faire siennes.
    Merci Sabine, la liberté est en nous, cultivons la. Je te souhaite une année pleine de joies, de rayons apaisants, de chaleur dans ton coeur, de beaux échanges
    Je t’embrasse

    J’ai beaucoup aimé ce petit chien blotti

    J’aime

  5. Merci, Sabine pour tes paroles apaisantes et tes ondes musicales: nous avons tellement besoin de douceur et de poésie en ce moment. Je te (vous) souhaite une belle année, libérée et riche de découvertes.
    Amitié. Annick

    J’aime

  6. Bonjour Sabine,

    Il est vrai que, comme Marine, la pluie, en ce moment, j’en ai eu mon content. 🙂 Mais à doses raisonnables je l’aime bien. Elle peut-être si poétique.
    Marcher, aller partout à sa guise, sans crainte des uns et des autres, oui, nous en avons tous tant besoin. En attendant nous pouvons laisser vagabonder nos pensées. Rien ne les arrête.
    Mes meilleurs voeux sabine
    Bises

    J’aime

  7. Merci pour ce beau commentaire de ta part chez moi, je t’ai répondu pour te dire tout le bien que je pense de toi Sabine, qui comprends ce que la vie a de terrible et d’infranchissable et pourtant il faut aller de l’avant, et tenter de sourire à ceux qui nous entourent, tu sais le faire si bien…
    A bientôt, que la vie te soit douce

    J’aime

  8. « Il pleut sur la ville comme il pleure en mon coeur »
    Et un élève impertinent devant écrire à la suite dit
    Mais je m’en fiche car j’ai mis mon capuchon et je vais à la chasse aux escargots »
    Si ta promenade peut faire suite à cette affirmation c’est en termes tellement plus poétique que tu nous mènes sur tes pas nous délivrant une ode à la pluie.
    J’aime au pied du vieil arbre ce chien veillant sur lui et je comprend que tu te sois approché à pas feutrés.
    Quya est une petite chatte de 20 mois très gourmande et ses yeux ronds lui donnent un air impérieux. Elle a du caractère. C’est une petite bretonne.
    En cette année 2021 où les dangers ne sont pas encore écartés je te souhaite le meilleur pour toi et ta famille. La nature dans sa diversité nous offre le merveilleux. Sachons le voir et le saisir
    Je t’embrasse chère Sabine poétesse des chemins

    J’aime

  9. tes clichés (et textes) sont magnifiques et poétique mais rien a faire je n’aime ni pluie ni neige ni froid! Le dernier cliché est insolite on dirait qu’un animal est enroulé contre le tronc…Bisous doux dimanche

    J’aime

  10. toujours un plaisir de te lire, texte pertinent et photos biens captés. Bien vu ce tronc ♥ on dirait qu’il est gardé par deux animaux.
    Très belle année 2021 à toi et tes proches, santé, joie, créativité et partage.
    Je t’embrasse.
    Danielle

    J’aime

  11. La paréidolie, encore… chacun voit dans des formes les plus ordinaires, des dessins fabuleux.
    Actuellement, pour moi, la pluie a collé les plumes de l’oiseau qui ne sait plus voler (!) le froid maintenant paralyse mes rêves et mes yeux se sont endormis sur des images gelées.
    La musique qui me berce d’habitude , sur mes planches de salut, a pris de drôles de résonnances.
    je rame sur des fumées acres, l’air est inconnu, je respire la brume, et les bruissements des branches nues me laissent en cendres!
    Mais rien n’est perdu , je vais reverdir comme la plaine, et l’année sera inondée de pâquerettes.
    Je t’embrasse

    J’aime

  12. Coucou Douce Soeur de Fleurs !!! Sourire
    Le Mariage de tes Mots et des Notes de Musique sont magiques… J’ai été imprégnée littéralement du tout !!! J’ai baigné avec un Bonheur Serein au Coeur de Toi !!! Liberté m’a été susurrée et j’ai reçu avec grand plaisir de belles et tendres éclaboussures !!! Merciiiiiiiii !!! Sourire Enchanté
    C’est apaisée et emplie de Zénitude que je te dépose tendrement ici Tous Mes Voeux pour cet An tout neuf !!! Santé, Bonheur à Toi & aux Tiens !!! Sourire Tendresse
    Continuez de prendre grand soin de Vous comme vous savez si bien le faire… Clin d’oeil/Sourire
    Des Milliers de Tonnes de très Tendres Bisoudouxxx Affectueux et très Chaleureux
    ***Tincky***

    J’aime

  13. Bonjour Sabine. Ces gouttes d’eux pluie sont un régal. On partage ta promenade sous ton regard et avec ta plume aidée par la langue des oiseaux. Cela redonnerait le moral. Il faut veiller à préserver des temps où la nature nous aide à oublier les soucis. Bonne Année à toi aussi, Sabine.

    J’aime

  14. C’est toujours un plaisir de venir sur ton blog où tu partages tes émotions, j’adore tes mots et la façon dont tu les écrit . A part toi, qui sait saisir aussi bien ces détails et ces petites choses que la nature nous offre et que nous savons pas voir. merci d’enchanter nos vies avec ta poésie
    Douce journée SABINE
    Bisous
    timilo

    J’aime

  15. Coucou Sabine
    Mes pas m’ont menée vers toi aujourd’hui, puisque ce corps usé m’en laisse la possibilité après une longue semi-interruption… L’art-rose est fort joli, mais la maladie bcp moins, en ces temps brumeux et pluvieux… :-)) ! J’adore ton texte … Je vais le relire plusieurs fois afin d’en saisir toutes les subtilités… Merci pour tes mots composés avec le coeur et l’âme et gros bisous réconfortés : le soleil – timide – est de retour

    J’aime

  16. Tu fais toujours de très belles rencontres… et, même si c’est très en retard que je te lis, j’apprécie ta promenade.
    Merci pour tout, Sabine.
    Passe une douce soirée.

    J’aime

  17. Bravo.. Mais ce joli poème à du se perdre car je lis bonne Année 21
    C’est toujours un plaisir de lire tes élucubrations… tes mots valises qui en portent plusieurs à la fois !!
    Il y a très longtemps que nous n’avons échangé.. les jours les mois les années aucun répit !
    Je ne participe plus aux tournois sur les bastingage.. Je ne sors plus, arthrose en es la cause
    Je ne marche presque plus.. et je m’efforce à conserver ce « presque »
    Porte toi bien.. prends soin de ta famille..
    Amitiés

    J’aime

  18. Coucou,

    Depuis mon coin de ciel bleu vers celui de ta pluie de septembre. C’est très joli, plein ‘images originales. Un moment de pure poésie très apprécié. Merci beaucoup.
    Au plaisir de te lire encore.
    Gros bisous

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :