à la Une

Au seuil de ma demeure ..

Qui que tu sois, enfant du hasard ou passant inspiré, tu es le bienvenu sur ce blog. Le voyage, le « vrai » (tant de chemins me l’ont murmuré) se nourrit de l’amour et l’écoute que tu portes en toi … Ils sont, de l’univers, le pain sacré !

Ecouter un oiseau

Sourire à un inconnu

C’est déjà partir

C’est forcément aimer …

MERCI d’être venu jusqu’ici !

Sabine/SAB-Lyse

Antre-tant …

1ère partie

Nous le cherchions mais il est venu à nous avant même le temps de la quête, fanchon dénoué au vent, mots arc-en-ciel plein le cartable …

Il fut durant deux jours le compagnon de rêve de notre infiniment subtile « pause dans le TANT », ce petit village au nom vif, résonnant tel un rondeau enjoué

« Queyssac »

Au premier matin, nos bâtons de marche iront danser sur le chemin des orchidées

« Entrez, je vous en prie ! » nous dit l’arbre.

« Venez écouter ce chant à la fois doux et ensorcelant qui vibre sous mes pieds … »

Terre un peu folle, aux tresses de nacre, qui métisse les murs, tu nous séduis déjà !

Derrière chaque volet, dort au loin un meunier, un fabricant d’arcs …

J’ai posé mes intuitions pêle-mêle sur une tuile … Le vent, par les archères créées, en a fait un incroyable cerf-volant imaginaire !

De son fil à mon inspiration, me voici emmenée vers d’étranges herbiers … tout de vers vêtus !

N’entends-tu pas, derrière le buisson, le hautbois du pâtre ?

Cachée derrière l’arbre, vapeurs d’extase gravées dans l’écorce, j’entrevois un horizon magnifiquement transcendant …

Tout n’y est que souffle divin, mouvements sacrés, reliance et … baisers éblouis !

Je rencontre un peu plus loin un arbre-maître …

Je mêle mes pieds à ses racines, mon chant à son ventre …

Et nous fûmes transportés, tous deux, vers un monde d’immensités invisibles ….

Je vivrai d’autres approches ensuite, mais non aussi viscérales …

Et ce banc, aussi curieux qu’hospitalier, attendait que nous lui contions tout !

Il aurait ainsi de quoi se réchauffer, l’hiver, à l’âtre flamboyant de ses passants rêveurs …

Je frémis tout à coup à l’idée de voir s’achever cette lumineuse balade …

J’enfile une écharpe de fortune autour de mes frissons pour ne rien égarer non plus de mes souvenirs …

Les pierres embrassent en leur être des oiseaux de couleur …

Ce seront nos derniers pas pour aujourd’hui au coeur de ces paysages où tout ondule de plaisir entre fleurs et feuillages …

L’air, la terre, les astres, en deviennent effrontément gourmands !

**************

2ème partie

Oeil par la fenêtre du lendemain, nous nous éveillons dans la brume et le charme fou d’un second jour dans ce pays !

Nous repartons, plus fringants encore qu’hier, à la découverte de nouvelles auras, sur la balade des hameaux …

Un héron est posé sur une petite cabane du ruisseau « Le Marie », nous évoquant une scène d’Asie …

Ici, les toits se penchent vers les fleurs pour leur murmurer l’histoire des hommes …

L’automne serait-il déjà venu en douce glisser au cou de ses amantes ses ocres en diamants ?

Bel instant émotion devant l’arbre qui prie !

Serait-ce le fruit de ses invocations qui soigna son arbre voisin ?

De cette balade des hameaux, nous retenons que les trésors d’authenticité, devenus à ce point rares, ont le pouvoir fabuleux de submerger de joie !

Oh-séant de verdure assis en amazone sur d’espiègles saisons, vagues des nuances qui divaguent d’ivresse, nos yeux se noient dans ton verre d’écume végétale, y devinant tous tes vagabondages ...

Nous saluons un drôle d’oiseau, fait de bois et de mousse, né d’une onde nostalgique et d’une main éphémère !

Vertige du temps passé à l’écoute du présent, au visage d’un pigeonnier mais à l’âme d’un silo à grains …

Phare champêtre au beau milieu d’un vert apaisant, il nous annonce le retour au bercail !

Y entrer c’est …

méditer, entendre, et ressortir le coeur couvert de cette poudre d’antan, magicienne du geste noble !

Nous repartirons de Queyssac dans l’après-midi, j’écrirai sur ma moleskine ces mots

 » Nous nous sommes profusément abreuvés, la source était bonne et fraîche, nous partons ! »

Oui, il était temps de partir mais nous ne parvenions pas à quitter le hameau …

Comme pour tout ce qui est court à vivre mais doit être pleinement beau, il me semblait que toutes les couleurs de l’Univers s’étaient harmonisées, rien que pour nous, dans un même petit carré de ciel !

Queyssac, cet antre unique où sont réunis, dans une même brassée, tous les arômes ancestraux : la halle, le four à pain, le cabanon à confidences, la vieille église du XIème … Même les tombeaux antiques du petit cimetière y ont un regard attachant ! Sans oublier l’auberge, ancienne épicerie, où l’on peut déguster, entre autres, une soupe à l’ail divine et généreusement offerte à chacun, quel que soit le menu choisi, devenant ainsi un merveilleux rituel du coeur !

Immense yourte à ciel ouvert, Queyssac est un hymne à l’essentiel, faisant resplendir l’or de la parole et du partage …

Merci à l’âme de ce village et de ses habitants !!!

****************

3ème partie

Nous partons pour la « rue des fontaines » à Bergerac, rue qui nous a appelés la veille en l’apercevant, de façon singulière, un rien surnaturelle …

Nous y avons senti nos anciens oripeaux, un peu de lait de notre chair, un parfum de « déjà vécu » émanant d’un lieu que nous empruntions pour la première fois !

Il ne faut jamais chercher à expliquer la raison d’être d’un semblable rendez-vous, il en perdrait de son prime écho toute sa voix !

Notre découverte, que nous tiendrons secrète ici, fut quelque peu bouleversante …

Notre émoi fébrilement rangé dans un coin de notre mémoire, nous tournoierons dans l’ancienne ville, véritable enchevêtrement de ruelles magiques …

L’Univers se plaît à nous surprendre …

Nous étions garés à côté d’un message d’amour mais ne l’avons vu qu’en repartant !

Fallait-il qu’il en soit ainsi ?

Je le pense en effet, car il résumait sublimement en une note superbe notre périple, lui donnant tout son sens !!!

SAB-Lyse

St Sauvant …une balade or-du-tant !

St Sauvant, un village en habit de ses gens, peau d’Âne dans sa robe couleur soleil, pot d’âme aux fleurs des chants inspirés du ciel …

Là-bas, l’église du XII ème ouvre ses bras en danse d’ailes à l’inconnu qui passe … Il devient oiseau du paradis sans même avoir eu besoin de s’y agenouiller !

Ruisselante de ses longues gerbes de lierre sauvage, elle évoque un vieux livre en fibres d’étoiles, parfumé aux essences mythiques, qui emporte vers des légendes exquisément lointaines …

Guidée par son coeur gène-heureux, elle offre ses lèvres en d’innombrables baisers, les posant de préférence sur les joues maigres, les fronts brûlants …

St Sauvant nous subjugue par son côté tendre et nous y emmaillote chaudement …

Avec ses mille recoins pour créer et dire, ses rondeurs d’ange et ses noms enchanteurs … Passage du Galocher, chemin du Maine à cheval, et cette rue du Paradis qui nous fait inévitablement passer par la rue de la Raison !

Nous déambulons dans la vallée du Coran, de joies en frissons, enfants que nous sommes, nés d’un instinct frais et d’une douce déraison .

La forêt exhale le fort encens des églises …

Chaque nouvelle approche est une invitation à la valse lente, à la volupté du monde …

Dans ce recueil inédit

de feuilles et de mousse

et de vers allant-vert,

apercevoir en douce

la frimousse étourdie

d’un poète écureuil …

Soleil fou ou brume de fée, on ne sait, aimant à s’imaginer les deux enlacés

Cette fresque mouvante, aux embruns des cieux, donne à un vieux moulin, dont elle est la prenante ligne d’horizon, un regard de penseur éternel …

N’écoutez pas le Coran de trop près ou trop infiniment …

Il ne cesserait d’escalader en vous tel un hoya amoureux !

Ruine reconstruite des maints de l’insouciance, délicieuses heures filent-hantent, petit théâtre pour enfants et oiseaux, vive les mers-creux-dits !

Le Coran derrière la voûte est un ténor …

Il t’a touché …Paon … T’AIME-OR !

Parfums âme-air sur le linge qui flotte, un savon doux glisse entre les souvenirs, des mots purs s’endorment, drapés dans l’herbe témoin …

C comme Chant Cymbale CORAN … L’arbre-conteur l’énonce de ses racines, d’un bel écho touchant !

Valse lente encore ...

Nos pieds sont des planètes tournant, ivres de musique, autour du silence …

Entre bambou rieur et murmures vivaldiens, nos pas se couleront pour ne pas réveiller …

les lavandes-d’hier ...

Nous reprenons une semaine plus tard le même chemin, accompagnés de notre « mésange de passage », notre fille Lola.

A quelques pas de l’église, un homme arrive avec la clef du bonheur, ouvrant à la prière et au réconfort l’une des « Maisons des Hommes »., qui devrait être considérée non seulement comme havre de paix mais encore refuge de nécessité …

Cette démarche constitue pour lui un geste quotidien … Mais ce n’est pas le seul qu’il accomplit chaque jour !

Avec sa compagne, Ai Tamura-R, Maître de la méditation et guérisseuse, ils sont les magiques concepteurs du « Petit cosmos », doux repaire de saveurs et de spiritualité. Salon de thé, galerie d’art et atelier de bien-être ; on y déguste, entre autre, le thé fumé du Japon … Ai se recueille depuis l’enfance et va à la forêt tous les jours, à la rencontre des herbes médicinales et des fleurs comestibles …

Au fil des pas, des sons et des senteurs, mon cueilleur d’images et fidèle coéquipier des chemins se laisse un peu plus envoûter par l’aura particulière des lieux …

Nous aurions pu, l’un et l’autre, nous ennuyer sur ce second passage, mais il n’en fut rien !

Nous nous sommes sentis traversés, au contraire, par de nouvelles ondes et chérissons un peu plus la vocation de « l’instant présent » qui est de ne jamais penser ni à hier ni à demain et de se laisser dériver au rythme des merveilles du jour …

Elles n’y étaient pas l’autre jour … Des étoiles sont nées, boutons d’or par milliers, qui boivent l’or-ange de l’air et les absinthes de pluie !

Je reviens près du vieux moulin et je m’aperçois qu’il veille sur St Sauvant comme un astre sur sa nichée d’aurores ou de crépuscules …

En repartant, j’entends le pic vert d’une forêt que nous avons quittée il y a bien longtemps ! Comme si tout se transportait de l’un à l’autre, le chant des oiseaux, les baisers de l’église sur les arbres et les nuages…

Il semble régner dans cette vallée une sorte de télépathie où chaque élément vit dans l’amour et la contemplation de l’autre !

« Fermez toutes les portes derrière vous » nous entonne la forêt !

« Lutins, loutres, visons, antilopes saïga et Cro-Magnon en personne vous attendent vers la chaumière des vents bavards ! »

Nous croyons entendre chanter le silex, ses poinçons, ses burins. Vénus nous observe de là-haut dans son manteau d’ivoire …

Les feuilles des châtaigniers aux longs doigts de pianistes bercent la terre dans une symphonie qui re-VERDI de fleurs invisibles et de notes secrètes fébrilement enfouies …

L’arbre à romances nous raconta …

Au hasard d’une pensée nomade, je songe à Stevenson et son ânesse Modestine .

Combien ils auraient béni cette vallée du Coran !

Les lieux auront charmé notre mésange …

qui peut reprendre son envol !

Entre chaque pierre, chaque élan vers elle et ses souffles d’amour, c’est …

un peu plus de divin qui perle à chaque instant !

SAB-Lyse

Femme-mille-lierres

Prendre une poignée de mots, les laisser murmurer leurs secrets à nos oreilles et les voir vêtus de leurs propres oripeaux de magiciens aux sang-dalles d’art-gens …

Ainsi, quand la balade la plus « familière » devient « femme-mille-lierres », c’est que tout en nous respire l’enfant primitif !

C’est poussés par cet élan nourricier que nous sommes partis cheminer dans les entrailles d’une campagne naïve pour une courte errance …

Entends-tu battre les coeurs de nos arbres morts ?

Ils battent parfois comme un tambour d’Afrique …

Humain ou végétal, quel que soit le règne dont elles font partie, les âmes qui flottent inspirent la même force, exhalent le même parfum d’authenticité !

Plaisir intimement suprême et célestement délicieux, nous marchons pieds nus, chaque pas immergé, enveloppé dans les émotions de la terre …

Nous nous frayons des sentes improvisées, faisant redécouvrir à nos pieds la prudence naturelle …

Notre passage entre les maïs crée une symphonie de cymbales, effleurement léger, pulpe de papillons …

A chaque instant, la nature nous offre une corde pour laisser jouer l’archet de notre imaginaire, un vers pour boire à la poésie de l’instant …

Près de nous, un oiseau prenait son envol …

Combien il fut bon d’attraper au vol la chanson du vent qui parle d’instants simples et doux …

… avant de nous enrouler dans la douce étoupe du chemin de retour, un rien grotte de verdure aux lueurs préhistoriques …

Ce fut une balade des plus

« or-dîne-air » !

SAB-Lyse

Goûte d’eux pluie …

 

Une fois encore, elle s’est invitée, à la lueur de notre souffle, comme elle le fit sauvage-aimant en septembre, lors de notre errance landaise … 

La pluie !

Goûte-l’être de pluie, cool coule, art-rose, hymne-onde …

Qu’elle soit larme ou graine d’astre, qu’elle éclate en sangle-haut ou germe dans notre chair, rien ne vient rompre notre volonté de tisser notre chemin entre ses mailles, dès lors que l’appel de la fugue vient en nous résonner fou !

D’une telle art-d’heure, en connaîtrons-nous un jour le mystère ?

Au premier retentissement de bâton sur la chaussée, elle nous glace les doigts, tente d’éteindre notre flamme, mais rien ne parvient à affliger nos pas … Notre flânerie est comme inscrite déjà quelque part, sur une page-herbier de l’univers, en écorce de joie !

 

 

 

 

Souvent, la tristesse des hommes immerge les cils des arbres … 

Et je pense à ce courant d’aujourd’hui, partagé entre crainte et euphorie, essayant de lire sur la soie de l’horizon des réponses de nacre …

 

 

 

 

Au coeur d’une contrée où la terre s’épand comme un lierre invincible, tout est à perte de vue à s’en éprendre et s’y perdre, à s’or-raciner …

Nous marchons dans une sorte de désert énigmatique, au front trempé, au regard mélancolique, où la solitude, vagabonde inspirée, élève vers le ciel ses sublimes mains sculptées de boue …  

Combien, sous nos yeux, est émouvante et pathétique cette oeuvre dorée à l’art-fin !

Ces instants de rudesse, nécessaires giclées d’absinthe du pèlerin, ne trouvent leur substance que dans la force même de l’être et l’exubérance de sa foi. Instants qui lui font se blottir dans un délice foetal, retrouvant ses talents, ses instincts et ses origines propres …

 

 

 

 

Un étrange farfadet, croisé en chemin, me l’avait dit  « Tu n’entendras l’histoire des lieux qu’après avoir passé un pacte de complicité avec l’air … »

 

 

 

 

Il détenait ces secrets de vieux murs suintants de splendeurs passées …

 

 

 

 

La pluie, telle une araignée sur la toile du vent, continue d’en-mieller, dans la plus belle des spontanéités, rires vierges et murmures chatoyants …

 

 

 

 

La pluie dégringole sur les cous en écharpes de fête …

Mais, bien que vous ayez été sûrement très sages, toutes les images ne pourront faire le chemin jusqu’à ma musette ! Il pleut bien trop et je les confie donc à votre imaginaire…

La pluie pare les marais de lacs où se laissent glisser, parfois, des cygnes ailés-gants. Un peu plus loin, des ribambelles d’étourneaux jouent à la mare-aile entre les bois secs des tournesols … Près d’un domaine, de hauts chevaux blancs se dressent à fleur de nuages, leur couverture rouge amarante sur le dos. J’entends, entre deux parallèles, la voix éloquente des seigneurs, la valse tumultueuse des sabots et la brillance des épées fait naître d’éblouissants rayons de soleil …

 

 

 

 

En apercevant le chien endormi contre le tronc, je me mets à marcher sans bruit, sur la pointe des sens, mots en coeur, baisers en vers  …

 

 

 

Nous avions besoin de cette escapade pour nous sentir à nouveau libres, libres de voler et respirer au-delà des possibles …

Et c’est tout ce que je peux vous souhaiter de plus cher, cette liberté enivrante … Soyez-en grisés !

Soyez bulle de chant-pagne  …

Soyez bulle dans votre bulle en ces temps qui semblent s’opposer à tout pétillement !!!

 

Merveilleuse année 2021 à toutes et à tous ! 

 

SAB-Lyse

 

 

 

 

 

De vers en vert …

 

De vers en vert, dans mon bistrot à ciel ouvert, combien il me fut bon d’aller boire, à m’enivrer, l’air …

Tralalalal’air Tralalalal’air , fredonnait non sans plaisir la précieuse ère du TANT !

Je retrouvais mes vieilles complices de toujours, Liberté et Fantaisie, partageant avec elles nos instants d’éveil favoris, à la Prévert singulièrement étourdi, à l’art-à-gond sous huis d’or ébloui. Nous accostions des lieux et jardins inédits et, l’espace d’un jeu, peut-être interdit, ou allant le devenir, avions cette sublime impression de faire partie des nouveaux poètes maudits …

 

 

 

 

 

Nous croquions du regard des quartiers de paumes venus du verger des cieux, y voyant écrits des psaumes révolutionnaires à chanter aux vents audacieux…

 

 

 

 

Au grand bal des lueurs divines, aucun danseur n’est proscrit …

Nous y valsions, d’air-niches tourneuses, en voyageuses déjà aimées bien qu’inconnues …

 

 

 

 

La joie transporte au-delà de l’infini …

Des amoureux ont écrit à droite sur le mur …

 

 

 

 

Entre deux rires et deux frissons, nous avons vu naître un papillon

 

 

 

 

contemplé des algues de mère, un joli croissant de lune …

 

 

 

 

Un full-art bleu, sans doute laissé par un ange, nous caresse …

Vers une ronde incessante, nous rencontrons une effarouchée et un blessé aux grands yeux d’hespérie …

Serait-ce nos graffeurs épris ?

La différence rend l’âme féconde !

 

 

 

 

C’était il y a quelques jours, nous allions, comblées de nos retrouvailles, sur les sentiers de l’automne aux empreintes encore vibrantes de l’été …

Au fil des pas, nous nous demandions, d’ailleurs, si ces deux-là s’étaient réellement quittés …

 

 

 

 

Un rien de sucre roux, sur les lèvres des arbres, rappelle la saison …

J’entends, ma plume posée sur une  branche, des symphonies de baisers …

 

 

 

 

Un druide nous hèle, l’oeil perplexe, la fleur aux dents …

 

Que de rimes étranges,

autant que belles,

de sa cervelle,

émeuvent et dérangent …

Tu m’en offres un peu, dis,

grand sage ?

Demain,

si je ne sais plus ni écrire,

ni être,

et par le souffle des images,

transmettre, 

j’y plongerai toute entière

ma main !

 

 

 

 

Comme marchant sur les mêmes prestigieuses traces, la forêt m’envoie ce message …

« Contre toute force contraire, écrouante à souhait, demeurent toujours en toi, si tu le veux, tous les plus beaux vertiges lumineux : celui d’aimer, de respirer, de rêver et celui d’ETRE HEUREUX ! »

 

 

 

 

Vers la nuit noire qui s’annonce, n’y voir encore et encore que le fantôme du jour …

 

 

 

 

En ces temps de mise à l’ombre, où la lumière ne vit que pour jaillir, j’offre cette page.

 

A toi, qui que tu sois, relégué en apparence ou converti …

N’oublie jamais 

que tu es l’être-toile

dans le ciel des vénustés …

Plus que jamais,

conserve tes étoiles

et ton identité !

 

SAB-LYSE

 

 

 

 

 

Mue-gaie …

 

 

Faute de muguet et de soleil, 

je vous ai trouvé

dans mes tiroirs secrets

une pochade de fleurs et de sève,

peinte à l’or fou du ciel …

 

Joyeux premier mai, Amis !

Et gentiment veuillez pardonner

mon retard à vous le souhaiter…

Avec le vent et la pluie 

je valsais !

 

Soyez heureux !

 

SAB-Lyse 

                                                                     

 

 

Il était une fois la lumière de demain …

 

Dis-moi, bel arbre, toi qui sembles porter dans le regard tous les états d’âme de la terre, avions-nous réellement besoin, pour éclairer nos consciences, de la venue de cet impitoyable redresseur de torts (« Cor-aura »), entourant nos vies de barbelés tranchants ?

 

Non, répondit l’arbre, ému ! Une simple sagesse au quotidien aurait pu mener sans drame ni violence sur les chemins du dévouement, de l’amour, de la contemplation, du respect de notre Terre et de l’élévation de ses Hommes …

 

Comment fabrique-t-on la sagesse, où trouve-t-on sa matière ?

En aurais-tu le secret, arbre-prophète ?

 

On ne la fabrique pas, conta l’arbre, elle s’éveille avec ton âme. Mais c’est un labeur de chaque jour !

Chaque jour, en toi elle se pense, se cherche, se gomme même parfois, se retrouve plus somptueuse encore, se savoure sans fin, se sublime et peut se partager, à travers toi, universellement …

Elle est un mélange de gratitude et de joie, d’écoute et d’aventure, d’harmonie et de simplicité …

Il ne te faudra pas aller très loin pour la chercher car elle est en toi, scintille en toi, ouvre les yeux ! Elle chante en douceur, prête-lui une oreille attentive …

Elle fait partie de tes essences, chéris-en ses fruits, laisse-leur le temps du vent et de la pluie, et ne les cueille pas trop tôt …

Prends un peu de ta résine pure, un peu d’huile de l’un et de couleurs passantes, un peu de tes certitudes envolées et de silences sous les étoiles, un peu de ta tête vidée et du coeur hospitalier de l’air …

Ainsi, tu t’inscriras dans l’univers, aux côtés d’autres artistes engagés, comme créateur de la grande toile peinte aux maints éblouissants de l’existence …

 

Alors, j’ai tout en moi pour devenir sage et cheminer vers la lumière  …   Bénis soient tes mots, Ami !

Je m’en vais, de ce pas, tout cultiver …

Je reviendrai te voir, promis, pour t’offrir en bouquet les senteurs de ce champ d’énergie et d’éternité …

 

 

 

L’arbre, confiant, sourit , se réchauffant un peu plus au soleil intérieur de la Terre …

 

SAB-Lyse

 

Je te dédie ces mots, mon ange, dont c’est l’anniversaire sur terre dans deux jours, afin que tu puisses continuer de là-haut à croire en nous et nous irradier du soleil ardent de ta Lumière :  maman